Le 2 de Denier

Le 2 de Denier

Pluri-activité, pluridisciplinarité

Dispersion

Le Divin Jongleur

2 de Denier

 Le Nombre 2, dans le Tarot, est toujours indication que quelque chose couve, quelque chose germine et s’apprête à se révéler. Il parle aussi de dualité. Là, c’est dans le domaine propre aux Deniers que cette dualité et cette germination se manifestent, dans le domaine de la terre, donc, de la matière, de la manipulation de la matière, des acquis, de la maison et de la richesse.

Le 2 de Denier est d’autre part sous l’égide de La Papesse, la femme voilée, qui est dans sa signification symbolique la plus forte, l’Atout de ce qui est caché, de ce qui couve, de ce qui est en formation et menace de se dévoiler.

On voit dès lors très bien ce que signifie le 2 de Denier : un domaine secret, un loisir ou un hobby, une maison de campagne, un amant secret, une maîtresse qui, jusqu’alors, avaient peu d’importance prennent peu à peu de l’envergure et risquent même de remplacer l’activité professionnelle officielle, l’époux ou l’épouse, l’habitat principal, etc. Dans un futur plus ou moins éloigné un choix devra être fait. Ce n’est cependant pas encore d’actualité. Pour l’heure, la personne jongle entre deux domaines, deux personnes, deux expressions de soi.

two_pentaclesC’est ce côté jongleur que met en évidence le Rider. On voit sur la Carte un homme qui tient dans ses mains, deux Deniers d’or sur lesquels est dessiné un Pentacle. Un mouvement perpétuel se dessine entre les deux Deniers, comme s’ils passaient d’une main à l’autre, comme si l’énergie dominante allait vers son déclin, tandis que l’énergie sous-jacente est en progression.

Ce jongleur se tient sur la seule jambe gauche, et c’est le Pentacle de gauche qui se trouve en haut, quand celui de la main droite reste en bas. On voit bien, dans sa symbolique temporelle, ce que ce dessin signifie : ce qui vient du passé tient toute la place apparente, mais ce qui se profile dans l’avenir et qui relève d’une tout autre possibilité, et qui reste encore en arrière, est prêt néanmoins à s’élever à son tour.

Derrière le jongleur, on voit une mer agitée. La mer est toujours symbolique d’une émotivité et d’une affectivité importante. Cette Carte renvoie donc à un moment d’intense investissement affectif, et peut-être même à une forme de surmenage dû à la dispersion de son énergie entre les deux pôles, apparent et caché, de sa vie. Cette double vie n’est pas sans causer quelques vives émotions.

Ce jongleur a cependant un très haut chapeau : il est inspiré, et saura trouver les moyens de revenir à plus d’harmonie dans sa vie.

Mais l’heure n’est pas encore au choix. Il faut tenir bon et continuer à avancer, avec ces deux domaines qui sont les siens, aussi compliquée que soit sa vie. Bien qu’un des deux domaines reste en retrait ou sous-jacent, apparaissant comme un hobby, c’est lui qui est appelé à devenir le plus important dans l’avenir. C’est en tous cas lui qui porte l’espérance. 

En lien avec le premier Niveau du Tarot, cette Carte indique une division intense de sa vie affective. Ce peut être parce qu’on a une vie secrète, ou bien parce qu’on a tout simplement l’obligation de diviser son énergie en part égale entre vie familiale et vie professionnelle. Quoi qu’il en soit, il faut jongler entre deux réalités aussi importantes l’une que l’autre, même si l’une est plus intime, plus secrète, et parfois cachée.

Souvent cette Carte apparaît quand il y a garde alternée, et la nécessité d’avoir deux maisons, deux foyers séparés. 

En lien avec le second Niveau du Tarot, le 2 de Denier qui peut, certes, renvoyer à tous les métiers en lien avec la jonglerie, indique beaucoup plus souvent l’existence de deux métiers. C’est, par exemple, la pluriactivité de celui qui est obligé d’avoir deux professions pour joindre les deux bouts.

Il peut aussi indiquer l’existence d’un hobby qui est en train de prendre de l’importance en termes de temps et d’énergie. Pour le moment, cependant, il reste matériellement impossible de se lancer dans ce qui représente sa passion, on doit garder la profession qui assure l’alimentaire.

Dans tous les cas, le 2 de Denier indique la pluridisciplinarité de celui ou celle qu’il représente : deux compétences sont entre ses mains.

Peut clairement indiquer la nécessité d’une diversion de son activité principale, et qu’il est temps d’explorer de nouvelles manières d’agir ou d’investir. 

En lien avec le troisième Niveau du Tarot, ce Nombre est toujours le signe d’une dispersion de l’énergie entre deux réalités alors même que rien n’autorise une telle dispersion. C’est alors le poids de cette vie secrète que désigne cette Carte et tout ce qui va en couter à celui qui en est accablé.

le divin jongleurEn lien avec le quatrième Niveau du Tarot, le 2 de Denier renvoie très clairement à ce personnage d’un conte médiéval et qui a été mis en scène par Massenet : Le Jongleur de Notre Dame.

Cet artiste-mystique offre son spectacle aux seuls regards de la Mère divine et de son Fils. Le secret du cœur mystique est alors révélé, extériorisé, exprimé par l’habileté d’un corps qui fait du jeu le moyen de vivre et d’exprimer son amour sans limites pour le divin.

Ce Jongleur mystique a donc endossé une profession méprisée, mais c’est pour la sublimer jusqu’à faire de son art une merveilleux poème de la louange et de l’adoration.

Dans tous les cas, et en relation avec le quatrième Niveau du Tarot, cette Carte renvoie aux artistes-mystiques qui font de leur art un moyen de rendre grâce au divin. 

 

Atout XXI-Le Monde

Le Monde

Atout XXI

Intégration, Unité

Humanité divine et intégrative

Bonheur et Paix pour la Terre entière

Exultation de l’univers

Le Monde 

Le Monde contient en lui la totalité du monde, comme l’affirme son nom. Et en tant qu’Atout final du Tarot, il contient la totalité du Tarot, sachant que le Tarot est lui-même une image de l’aventure humaine. Ainsi, quatre personnages symboliques encadrent la mandorle où se tient la danseuse du Monde et ces quatre personnages représentent les quatre Niveaux du Tarot. Ces derniers se situent aussi dans le Nombre de cet Atout : XXI qui se compose de quatre V, placés deux par deux, dans une relation où leur pointe se rejoignent. Ainsi, chaque X renvoie à deux univers complets : la Terre pour le premier X et le Ciel pour le second, et chacun d’eux se décompose lui-même en deux V, deux Calices, où fut recueilli l’essence des éléments propre à chacun des Niveaux : élément Terre pour le premier V tourné vers le bas correspondant au premier Niveau du Tarot, symbolisé par la Vache sacrée ; élément Feu pour le second V tourné vers le haut correspondant au second Niveau du Tarot, symbolisé par le Lion sacré ; élément Air pour le troisième V tourné vers le bas et correspondant au troisième Niveau du Tarot  et que symbolise l’Aigle; et enfin élément Eau pour le quatrième V tourné vers le haut et correspondant au quatrième Niveau du tarot, représenté par l’ange à gauche du Monde.

vache sacréeLa Vache, animal féminin et terrien, renvoie aux Deniers et au premier Niveau du Tarot qui sont liés à l’élément Terre, qui est sec, féminin et froid. Elle parle de la maîtrise de la réalité matérielle et de sa générosité. La Vache est en effet l’animal qui incarne la Mère divine dans sa matérialité, elle est la nourrice de l’humanité, celle qui donne son lait aux petits humains. Elle est la matière nourricière sans laquelle aucun corps, aucune incarnation n’est possible. D’où cette couleur chair qui est la sienne. Or, cet animal fortement terrien qu’est La Vache est représenté, dans l’Atout XXI, comme étant ailée : la matière n’est plus un poids qui tire vers le bas. Elle est remplie de lumière, devenue vase sacré recueillant les émanations du Ciel.

Lion mur du temple d'IshtarLe Lion, animal masculin et solaire, renvoie aux Bâtons et au second Niveau du Tarot qui sont liés à l’élément Feu, lui-même sec, masculin et chaud. Le Lion parle de la puissance et de la générosité d’une activité humaine engagé dans le monde sociétal. Il est l’animal qui incarne le Père divin dans sa créativité et son inventivité. Il est le feu qui protège, éclaire, transforme la matière pour l’humaniser et la mettre au service de l’humanité. C’est un lion ailé et qui n’a donc plus rien de la violence, de la tyrannie et du danger qu’un lion simplement terrestre recèle. Il possède en effet l’auréole de la sainteté.

L'aigle-JeanL’Aigle, animal masculin et aérien, renvoie aux Epées et au troisième Niveau du Tarot qui sont liés à l’élément Air, lui-même humide, masculin et chaud. L’Aigle qui s’élève dans le Ciel et qui, seul, peut regarder le Soleil sans en avoir les yeux brûlé, l’Aigle qui possède un regard perçant symbolise l’intelligence humaine et son aptitude à voir la réalité telle qu’elle est. C’est le temps de la conscience issue des épreuves et des grandes vertus qu’il incarne. Cet Aigle n’est pas seulement royal et perspicace, il est auréolé parce que son intelligence n’est pas au service d’une rationalité coupée de toute spiritualité, mais au contraire est placée sur le cœur.

Ange-femmeL’Ange enfin, être suprahumain, être céleste, renvoie aux Coupes et au quatrième Niveau du Tarot qui sont liés à l’élément Eau, lui-même humide, féminin et froid. Cet ange est féminin en tant qu’il réceptionne et fructifie les essences du Ciel pour les verser sur la Terre. Son visage est de chair, et ses cheveux d’or. Son être n’est pas que céleste. Il est relié à la Terre par la danseuse au centre de la mandorle.

Et bien sûr, il y a un cinquième personnage, car s’il y a quatre Niveaux et quatre Couleurs dans le Tarot, il y a aussi cinq Verticales. Il fallait donc bien qu’un cinquième personnage apparaisse sur la Carte du Monde. Mais, pour lier ce cinquième personnage aux autres, et comprendre en quoi consiste sa royauté, il faut revenir à la Structure de cet Atout.

Nous voyons un mouvement dans cet Atout, un mouvement qui nous a été révélé par La Roue de Fortune, ainsi que par la Structure du Tarot : le mouvement de la vie, dans le Tarot, passe du féminin-terre (la Vache) au masculin-feu (le Lion), puis s’élève au masculin-air (l’Aigle) et se dirige ensuite vers le féminin-eau (l’ange). Ce mouvement translate donc en bas de la gauche vers la droite (ou du féminin matériel au masculin matériel), puis du bas vers le haut (du masculin matériel au masculin spirituel), et enfin en haut, de la droite vers la gauche (du masculin spirituel au féminin spirituel). Cette demi-spirale ne mène pas à revenir à la Terre. Il ne s’agit pas d’un Cercle. Le mouvement a un aboutissement. La haute spiritualité des Coupes qui recueillent les Bénédictions du Ciel.

Cette demi-spirale représente le mouvement naturel de la vie qui va du matérialisme à la vie spirituelle, en passant par des incarnations sexuées qui situe le féminin aux extrêmes et le masculin au cœur. Or, précisément, c’est une femme qui se trouve au cœur de l’Atout XXI, comme c’était déjà le cas dans l’Atout XI. La plénitude est féminine, et cette danseuse en outre représente l’humanité entière.

Mais, pour passer du cadre de l’Atout XXI au centre, et des personnages du cadre, à la Danseuse du centre, il faut croiser ces personnages du cadre. Ainsi, ceux parmi eux qui doivent absolument se connecter, sont précisément ceux qui sont le moins naturellement connectés : la Vache et l’Aigle (Terre-matérielle et Air-spirituel) ainsi que l’Ange et le Lion (Eau-spirituelle et Feu-matériel). C’est ce croisement qui fait émerger l’Individualité sainte et joyeuse qu’est la Danseuse cosmique au centre de la Carte.

Ce croisement apparaît très clairement si on regarde les Atouts du Tarot dans leur ensemble. On voit alors, à travers les Niveaux et les nombres des Atouts, ce croisement a lieu. Ainsi, les Niveaux I et III, ainsi que II et IV portent les mêmes nombres : I et XI, II et XII, III et XIII, IV et XIV, V et XV, puis VI et XVI, VII et VII, VIII et XVIII, VIIII et XVIIII, X et XX.

Verticale des IIIPour prendre un exemple et un seul, car ce n’est pas le lieu ici de tout expliquer, s’il y a une proximité et une complémentarité évidente entre L’Impératrice et La Justice (Atouts III et VIII dans une proximité de situation dans la Structure du Tarot), deux femmes investies de manière centrale dans les deux communautés les plus importantes pour l’être humain : la maison et la société, tout comme entre L’Impératrice et La Lune (qui ont pour lien leur féminité, dans l’ordre de l’humain et du sacré), c’est néanmoins avec L’Atout XIII et la mort que L’Impératrice doit trouver à dépasser l’opposition qui les lie (entre celle qui donne la vie et celle qui l’ôte), afin que L’Impératrice sache bien qu’en donnant la vie, elle fait aussi le don de la mort, et que la mort de son côté sache bien que son don n’a de sens que pour un renouvellement de la vie et dans l’amour maternel. Tel est le message du Monde, Aboutissement du Tarot et sa clé. La connaissance d’une telle clé permettrait, seule, de faire naître à elle-même l’Humanité Royale, Gardienne de la Terre et Protectrice de la biosphère, Danseuse réplique et servante du Divin. Il en est bien sûr de même pour le lien entre les deux autres Atouts les plus opposés de la 3e Verticale : La Justice et La Lune qui portent, dans leur féminité même, le dépassement de l’opposition entre la Raison et l’Intuition. 

 

tombe-du-christParlons maintenant de cette Danseuse. Sa posture fut très longtemps mystérieuse et obscure dans son origine. Ce n’est que depuis cette année, depuis 2016, et l’ouverture du Tombeau du Christ, que nous avons confirmation d’une hypothèse souvent émise : il y a un lien intrinsèque entre Jésus de Nazareth et la Danseuse, et plus exactement entre le Christ triomphant et la Danseuse du Tarot. Regardez ce bas relief qui se trouve au-dessus du Caveau du Saint Sépulcre. Personne ne peut douter que ce bas relief a directement inspiré les inventeurs du Tarot. Une mandorle, ce qui est fréquent autour du Christ, mais la Danse du Christ est bien singulière, on ne la trouve, à ma connaissance, nulle part ailleurs. Et remarquez encore le ruban qui entoure le corps du Christ. C’est le même drapé qui enveloppe la Danseuse du Tarot. On ne peut douter du message des inventeurs du Tarot : c’est bien l’âme christique qui est promise à la fin du Temps. 

Le Monde-DanseuseLa danse, c’est le mouvement à la fois libre, esthétique, rythmé, et qui fait disparaître la pesanteur. La danse, c’est la matière qui entre dans la grâce. Selon l’analyse des rêves éveillés et G. Romey, la danse est le symbole de l’imaginaire universel qui conduit à l’affranchissement des limites spatiales, sans que jamais le danseur se perde dans la démesure. Toujours la danse est circulaire, c’est une ronde qui inclut toute personne et toute réalité. C’est la représentation même du Soi selon Jung : l’individualité réalisée dans son unicité parfaite. C’est un acte de foi en la vie, en son devenir, dans le lien entre son destin et celui du reste du monde. La danse est féminine. C’est l’anima qui est toujours en question dans les rêves où la danse est centrale. Et cette anima n’est autre que le Féminin sacré. Voilà pourquoi, c’est une femme qui est représentée dans l’Atout XXI et non le Christ, premier membre seulement de cette Humanité royale qu’elle représente. Le Monde, c’est l’humanité entièrement transfigurée, le but même de Jésus de Nazareth et de son enseignement. 

A la lecture du premier Niveau du Tarot, Le Monde renvoie aux familles très unies, à la naissance d’un enfant, souvent une fille, à la maisonnée dans son ensemble, personnes et animaux, aux fêtes de famille, à la famille recomposée et heureuse, de succès dans les examens etc. Cette Carte parle d’intégration parfaite de chaque partie de soi dans une unité positive : santé physique et mentale. 

A la lecture du second Niveau du Tarot, cet Atout XXI parle d’entreprises de grande envergure, souvent en relation avec l’étranger, de relations internationales, de très bonne entente collégiale, etc.

A la lecture du troisième Niveau du Tarot, Le Monde a deux significations opposées : soit cette Carte parle d’un excès d’intégration et d’unité (de totalitarisme par exemple) soit d’un manque total d’intégration, le fait d’être rejeté de tous, particulièrement avec la présence du Mat. On peut avoir le monde entier contre soi avec une telle Carte en opposition. C’est la fin de cette belle unité alors que cette Carte représente. Ou bien, à l’inverse, une unité oppressive, le contrôle excessif de chacun des membres par les autres. 

Dame de tous les peuplesA la lecture du quatrième Niveau, cet Atout XXI est celui de l’au-delà de la fin des temps. Il s’agit de l’éternité heureuse, non pas dans l’au-delà, mais dans ce monde même.

C’est l’unification d’un monde qui fait place aux contradictions pour en sublimer une unité supérieure.

C’est bien sûr la personne du Christ qui est là en jeu, mais avec la Danseuse, c’est aussi la Déesse mère, l’expression du féminin sacré, Amante et miroir concret du Divin dans sa Créativité abstraite.

Pour finir, voici la prophétie faite par la Dame de tous les Peuples à Ida Peerdeman : « Les êtres humains de tous les pays finiront bien par ne faire qu’un! »  Et ils ne seront qu’un que quand ils auront les yeux orientés vers la croix. 

A cette fin, Ida vit que la Dame manifestait sa Royauté sur le Monde : « la Dame reprit: « Désormais, tous les peuples me diront bienheureuse. La Dame de tous les Peuples désire l’unité dans le Saint Esprit. Le monde est enveloppé d’un faux esprit, de Satan. Quand le dogme, le dernier dogme de l’histoire mariale aura été proclamé, la Dame de tous les Peuples donnera la paix, la vraie paix au monde. Il faut cependant que les peuples prient ma prière, avec l’Église. Ils sauront que la Dame est venue en tant que Corédemptrice, Médiatrice et Avocate. » (31 mai 1954)

Voici la prière de Notre Dame de tous les Peuples :

Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père,
envoie à présent Ton Esprit sur la terre.
Fais habiter l’Esprit Saint
dans les coeurs de tous les peuples
afin qu’ils soient préservés
de la corruption, des calamités
et de la guerre.
Que la Dame de tous les Peuples,
qui fut un jour Marie,
soit notre Avocate. Amen.

 

 Pour finir, je vous conseille de regarder les vidéos et interview de Nassim Aramayn, un physicien qui harmonise la théorie d’Einstein et celle de Planck. Il annonce l’arrivée prochaine d’une humanité transfigurée par la conscience de ce qu’est l’espace. 

Atout X-La Roue de Fortune

LA ROUE DE FORTUNE

Atout X

Cycles et répétitions

Conformisme, bêtise humaine

Animalité

Justice de la vie

Passer une étape essentielle

Humanisation, Individuation

roue-de-la-fortune

La Roue de Fortune est l’un des plus mystérieux Atouts et elle conserve, même après l’élucidation que représente sa posture dans la Structure du Tarot, et l’analyse du nombre X qui est le sien, cette signification de mystère. La tirer peut donc conduire à désigner une énigme à résoudre. Mais quelle énigme ?

Sachant qu’il s’agit du dernier Atout de ce cycle tarologique qu’est la Terre des Atouts, la Sphinge qui interroge le consultant, comme elle interrogea, en son temps, Œdipe pose une question qui ouvre la porte du Ciel : « que te faut-il comprendre pour que tu cesses de répéter, sempiternellement les mêmes erreurs, les mêmes errances qui te ferment les portes du Ciel ? »

sphinge_moreauSe souvenir de la question, bien connue, que la Sphinge posa au héros de Thèbes, peut aider à saisir le message de la Roue de Fortune : « qu’est-ce qui, au point du jour, marche à quatre pattes, avance à midi sur deux, et finit, le soir, sur trois jambes ? » La réponse d’Œdipe lui permit de rencontrer, pour la seconde fois, son destin, et d’entrer dans Thèbes en triomphateur. Mais ce succès se transforma en épreuve puisqu’en aveugle sur qui était pour lui la reine, il épousa sa propre mère, eut des enfants avec elle dont il était à la fois le frère et le père, et dut ensuite affronter cette vérité pour sauver Thèbes de la peste. Après s’être crevé les yeux, Œdipe erra aveugle, avec un bâton de pèlerin, et devint un sage, honoré dans la Grèce entière.

On le voit, la Sphinge mêla, à sa question énigmatique, l’essence de l’homme et la temporalité. Etre humain, c’est commencer à quatre pattes, comme un animal car on ne naît à l’humanité que d’une manière potentielle. Il faut, ensuite, la conquérir. Se relever et marcher à deux jambes, c’est verticaliser la relation au monde, c’est être enraciné dans la terre et avoir les yeux levés vers le ciel. Mais cela ne suffit pas, le destin de l’être humain c’est la sagesse et la spiritualité que symbolise, particulièrement dans le Tarot, le bâton du vieillard et du pèlerin.

« Sauras-tu entendre l’énigme de la nature humaine et réaliser ta propre reliance au Ciel ? » demande la Sphinge au Consultant. S’il n’en est pas capable, c’est alors le cycle de la Terre qui va se répéter, indéfiniment, et que symbolise la grande roue qui se trouve au cœur de l’iconographie de la Carte. Sur cette dernière, en effet, il n’y a que des animaux, mais des animaux en habits : cela signifie que la plupart des êtres humains restent très mécaniques, automatiques, réactifs, dans leurs comportements grégaires et conformistes (que symbolise bien le singe attaché à la roue). Leur intelligence reste entièrement ancrée dans les besoins matériels. On notera avec intérêt que l’animal en train de monter sur cette roue peut aussi bien être un chien qu’un lièvre. Or ces deux animaux font figure de gardien du seuil. Le Chien est le gardien du seuil de l’autre monde selon de nombreux mythes. Et le lièvre est un passeur, et sa fonction est d’ouvrir « le passage entre le monde de l’apparence et celui de la réalité intérieure, entre le monde visible et les potentialités du devenir » (Dictionnaire de la symbolique de G. Romey).  Dans le Tarot, cet animal qui monte est doté de trois oreilles, l’une est celle qui permet d’entendre ce qui ne passe pas par le son audible habituel. C’est la voix de l’inconscient ou mieux celle du surconscient que le Lièvre grippant possède.

Roue de fortune chez Bocace

Le mouvement de la roue nous éclaire en effet : en bas de la roue, il tourne de gauche à droite, et en haut de droite à la gauche dans un mouvement qui est exactement contraire au mouvement de l’aiguille dans une horloge, comme si on remontait le temps. En réalité, ce mouvement inversé est le mouvement de la vie même : en bas, c’est-à-dire, dans le Cycle de la Terre qu’on vient de finir, il faut avancer de la gauche à la droite : aller du féminin passif au masculin actif, du réceptif à l’émissif, de l’imparfait au parfait ou, en langage de Tarot, des Deniers aux Bâtons. Mais à un moment donné, si on veut s’élever jusqu’au Ciel (que symbolise le haut de la Roue), il faut aller de la droite à la gauche, du masculin au féminin, de l’actif au réceptif, et de l’intellect au spirituel, ou encore, en langage de Tarot, des Épées aux Coupes. La spiritualité est en effet un renversement total des perspectives, comme le montrent deux Atouts essentiels du cycle du Ciel : Le Pendu et La Maison Dieu. Le féminin, le plus bas, le plus enraciné dans la Terre, se révèle aussi le plus élevé, le plus spirituel. « Es-tu capable de ce renversement des perspectives ? » demande la Sphinge au consultant. Il te faudra alors avoir les pieds en l’air : être enraciné dans la Ciel. Le singe prend alors une tout autre signification : il n’est plus le symbole du conformisme bête, mais l’acteur d’une libération psychique, d’une ouverture vers le mystère, le sacré.

Le X est le Nombre de l’Atout. Chaque X signale, dans le Tarot, qu’un cycle entier est accompli. Dans le X, nous avons deux V qui sont reliés l’un à l’autre au centre du X, l’un est un calice ouvert vers la Terre, l’autre vers le Ciel. Ces deux V liés de la Roue de Fortune se trouvent, au demeurant, dans le nom attribué à cet Atout : La Rove de Fortvne, comme une clé supplémentaire au décryptage de cette énigme entière qu’est le Tarot. Ce premier X des Atouts du Tarot indique que les deux Niveaux du premier Cycle de la Terre sont désormais liés l’un à l’autre : celui, le premier, du féminin de la Terre et celui, le second du masculin de la Terre (V+V). La vie familiale et la vie sociale sont l’essentiel de ces deux Niveaux que dessine le X. Chaque élément de ces deux vies sont en place, désormais, et dès lors, le consultant peut s’élever au troisième Niveau qui inaugure le Ciel des Atouts. Ce X qui la caractérise est à la fois le signe qu’un cycle complet est accompli, et une croix qui indique que le chemin est barré. Un chemin est barré, au sens où l’on ne pourra pas aller plus loin dans ce cycle de la Terre. Il  faut désormais élever les yeux, et regarder le Ciel.

Le fait que l’Atout XI soit la Carte complémentaire de  l’Atout X insiste sur ce fait : pour sortir du cycle de la répétition perpétuelle, pour advenir pleinement à son humanité, il faut accéder à sa propre individualisation. Il faut faire preuve de maîtrise de soi.

Verticale des VAu sein de la verticale des V, la Roue de Fortune a parfaitement sa place. Cette Verticale est en effet dédiée aux petits et grands maîtres spirituels, aux petits et grands éveilleurs de conscience, aux petits et grands Inspirés. La forme du V est en effet celui du Calice, et tous les V des Atouts sont des êtres en lien médiumnique au Ciel, d’une façon différente, cependant, des Coupes des Cartes numérales et des Honneurs. Les Atouts représentent les Essences éternelles de l’humanité, ils parlent donc d’archétypes. Et ceux qui sont en question dans les V, ce sont les êtres les plus charismatiques, ce et ceux qui lient les hommes à la communauté fraternelle et au Ciel. Après le prêtre (Le Pape) qui incitait ses ouailles à grandir en changeant de Niveau et surtout en allant voir ailleurs, en sortant de sa famille, de sa communauté, de sa contrée, de sa culture, de son pays… la Roue de Fortune est le grand Juge de la vie terrestre qui incite à changer de Cycle et plus seulement de Niveau. Il ne s’agit plus désormais d’aller se promener dans l’horizontalité d’une géographie ouverte, mais dans la verticalité d’une conscience en éveil. La Sphinge est une reine. Sa tête est couronnée, son pouvoir est total. C’est l’équivalent supérieur au Pape au sens où elle ouvre un nouvel horizon et un  nouvel espoir, mais elle est bien plus dure : la sphinge tient dans la main la même épée que la Justice et comme avec cette dernière l’épée penche, mais beaucoup plus et dans l’autre sens : sur la droite. Ici, pas de tendresse pour la faiblesse humaine, pas d’indulgence. La Sphinge a la dureté du Diable son équivalent supérieur. C’est la dure loi de la vie qui est en jeu, celle que les hindous et les bouddhistes appellent le karma et qui fait qu’on paie toujours exactement ses dettes. Son message est clair : ou bien on est capable d’élévation ou bien on est rejeté dans le flux de l’éternel retour du même. Faite d’un corps de lion et d’ailes d’oiseaux, la Sphinge est femme en partie. Elle réunit donc déjà en elle cette union de la Terre au Ciel qu’incarnera, de façon bien plus accomplie l’Atout du Jugement.

Quand on tire La Roue de Fortune, on peut être certain d’être à un tournant essentiel de sa vie : ou bien on régressera, parce qu’on n’aura pas su élever sa vision des choses, et on retournera au cycle antérieur, du fait de la répétition des mêmes erreurs, ou bien on va passer un seuil, celui de la spiritualité. Cet Atout indique toujours qu’il faut rassembler ses forces MAINTENANT pour trouver des réponses qui ne soient ni réactives, ni automatiques. Il s’agit d’inventer une nouvelle manière d’être au monde qui ouvre sa vie au Ciel.

Du point de vue du premier Niveau des Atouts du Tarot, La Roue de Fortune parle des animaux domestiques.

Du pont de vue du second Niveau, cet Atout X indique qu’un changement de vie est en cours. Il renvoie aux métiers d’élevage, mais aussi aux métiers en lien avec la rivière, le fleuve, les meules, les moulins, ainsi qu’aux métiers en lien avec les énigmes, les enquêtes (inspecteur de police) mais aussi à ceux qui favorisent un questionnement intérieur, une prise de conscience (juge, psychanalyste, prêtre, guru).

Du point de vue du troisième Niveau, la Roue de Fortune parle de karma, de nécessité de faire face à ses erreurs passées, à ses méfaits, à ses défaillances afin de faire les prises de conscience nécessaires. Elle parle aussi de blocage ou de régression. Les vertus induites par cette carte sont celles de la rédemption et la conversion, c’est-à-dire de la capacité à s’engager dans une transformation radicale de sa vie pour l’orienter vers le Ciel.MandalaSable2008-12

Du point de vue du quatrième Niveau, cet Atout ouvre le Ciel. C’est l’indication que l’on est mûr pour entrer dans la voie spirituelle. Bien évidemment cette Carte se rapproche de la notion de Karma hindou et bouddhiste, mais aussi de l’éternel retour de la nature tel que le voyaient les stoïciens, et dès lors aussi du mandala tibétain, éternel et éphémère.

Le X ne représente pas seulement la Croix de Saint André, le premier Appelé, premier Disciple du Christ, cette croix et ce nom d’André sont porteur d’une signification importante pour la compréhension de ce X qui se traduit, dans le Tarot, par la Roue de fortune.

Cette croix en X sur laquelle fut crucifié saint André est aussi la première lettre du nom grec Christos (χριστός), le premier être humain réalisé dans sa royauté céleste, Réplique du divin, Gardien de la Terre, Protecteur de toute la biosphère et de l’humanité endormie. André est un prénom qui signifie sous sa forme grecque (Andros), l’Homme. andrésurlacroix

Dans ce X, si c’est l’humain qui est en question, c’est l’humain qui a accompli le premier cycle, celui de la Terre, qui n’est complet que dans la réunion de la petite Terre (le féminin, l’élément terre et le sec, et fin les Deniers sont en relation harmonique avec ce premier Niveau  dont le symbole est Symbole de la terre) de la Terre et du petit Ciel de la Terre (le masculin, l’élément Feu, le chaud, et les Bâtons et dont le symbole est Symbole de feu). L’un plus l’autre donne un carré sur la pointe, la réunion de deux univers, pour la formation d’un ensemble solide et parfaitement uni : étoile. Cet ensemble est celui de première complétude.

Atout I-Le Bateleur

Le Bateleur

ATOUT I

Commencement et potentialité

Enfance

Jeu et prise en main

Le grain de sénevé


 bateleur2

Le Bateleur représente le premier porteur du I du tarot. Le I se trouve dans tous les Atouts qui expriment une individualité intégrée ou en chemin d’intégration, c’est-à-dire un Soi, un soi-même en constitution ou constitué.

Deux Atouts expriment l’intégration parfaite : La Force (XI) et Le Monde (XXI). La Force représente la Discipline d’un être qui maîtrise toutes les expressions de la Terre de son être (représentée par le premier X du Tarot), Le Monde celle d’un être qui maîtrise toutes les expressions de la Terre et du Ciel de son être (représentés par les deux X). C’est pourquoi La Force et Le Monde sont les deux Atouts maîtres des As du Tarot qui expriment la maîtrise de leurs couleurs respectives.

L’Amoureux et La Maison-Dieu qui lient le I au V marquent au contraire une défaillance relative dans l’ordre de cette intégration, puisque cette dernière n’est portée que par la moitié d’un cycle, celui de la Terre pour L’Amoureux, celui du Ciel pour La Maison Dieu (la moitié d’un cycle est en effet représentée par le V, dont on voit clairement dans sa forme écrite qu’il n’est que la moitié du X, moitié tournée vers la terre pour la bas du X [^] et tourné vers le Ciel pour le haut du X [v].

Le Bateleur, cependant, est une intégration qui ne possède aucune réalisation propre. C’est un I accompagné d’aucun V, ni d’aucun X. Et l’on comprend dès lors l’iconographie qui le représente : le jeune homme qui se trouve sur la Carte est devant une table basse qui comporte une partie des éléments qui composent le Tarot : Coupe et Épée, tandis que lui-même s’en est emparé du Denier et du Bâton. Cette Individualité que représente le Bateleur commence à peine à s’affirmer, en s’emparant ainsi des deux premiers des quatre éléments fondamentaux (terre, feu, air, eau). Le Denier est l’expression de la Terre, quand le Bâton incarne le Feu.  Bien qu’il ait devant lui l’ensemble de ses potentialités, il ne peut, dans un premier temps, réaliser que celles qui correspondent au Cycle de la Terre des Atouts du Tarot : le corps et ses enveloppes matérielles d’une part, la société et ses expressions d’autre part sont les lieux où son énergie peut être canalisé. Le Ciel des épreuves, des grandes vertus, mais aussi des inspirations spirituelles ne lui est pas ouvert.

Annonçant L’Amoureux qui le surplombe dans la Verticale des I, Le Bateleur qui inaugure tout le système des Atouts du Tarot et qui incarne, de ce fait, le Commencement par excellence, est tiraillé par un choix : son corps manifeste qu’il hésite entre la part féminine, passive et réceptive qui est en lui et qui représente aussi les acquis et le passé [le bras gauche et le denier qu’il place au bas du ventre, autrement dit près du chakra sacré, le chakra des émotions et de l’énergie sexuelle] ou la part masculine, active et émissive, tournée vers l’avenir [le bras droit, levé, portant un petit bâton]. Ce tiraillement se voit dans la posture entière de son corps, dans l’orientation des pieds en particulier, dans son vêtement, et encore dans son couvre-chef.

Le visage du Bateleur penche cependant très clairement vers la gauche et son regard est tourné vers la Terre : il reste, à cette heure, une potentialité encore non réalisée et qu’il s’agit encore pour lui de recevoir l’aide dont il a besoin, plutôt que de pouvoir généreusement exprimer son Soi dans le monde. Il lui faut aussi commencer par la Terre : rien de concret n’est possible, pour le Nouveau qu’incarne le Bateleur, sans commencer par le commencement : satisfaire les besoins matériels.

La main gauche du Bateleur, qui est celle du passé, tient le petit Denier, élément de la Terre, en bas de son buste, signifiant que tout enfant est d’abord le résultat d’une hérédité, mais aussi d’une éducation, d’un milieu. Mais il n’est pas que cela. La façon dont il va investir cette éducation familiale est le lieu de sa créativité, ce que symbolise la baguette hardiment levée dans la main droite, main de l’avenir. Le Bateleur appuie sa créativité symbolisée par la baguette sur les acquis génétiques et éducationnels, son héritage, mais pour l’incarner d’une manière singulière.Pinocciorq5o8

Non seulement Le Bateleur représente l’enfance du Tarot, mais l’activité enfantine par excellence qu’est le jeu. Le jeu est la plus libre des activités humaines [le jeu obéit à des règles arbitraires qu’il se donne à lui-même], et la moins efficace parce que la plus gratuite [le jeu n’a pas pour but de produire un bien, un service, mais d’imiter les activités des adultes]. Le Bateleur est le joueur du Tarot, et par là, il peut être aussi un illusionniste [avec La Lune et Le Diable par exemple] et c’est d’ailleurs le premier sens du mot « Bateleur » (le prestidigitateur des foires): il est celui qui fait semblant dans son abord des choses. Il peut donc représenter un trompeur et un menteur.

Mais, en même temps, Le Bateleur est le seul personnage qui présente tout ce qu’il possède, tout ce qu’il est, devant lui. Il a mis son âme sur la table. Il est, de ce fait, le moins caché, le moins trompeur des personnages. C’est le plus exposé. C’est celui qui, comme l’enfant, n’a pas appris à voiler ses émotions, ses sentiments, pour les faire cadrer avec la pudeur sociale. C’est une transparence et une fragilité.

La place du Bateleur dans le système du Tarot, fait en outre de lui le plus jeune des personnages du Tarot et c’est pourquoi il est, avec L’Amoureux, l’Atout-maître par excellence des Valets du Tarot qui représentent les enfants, l’enfance, l’immaturité. Les quatre symboles qui sont sur cette iconographie [denier, bâton, épée et coupe] sont en réduction [on a plutôt des balles, un petit bâton, des poignards et un gobelet], car ce sont des jouets. L’enfant-Bateleur s’amuse, avec des jouets qui sont des réductions de ce qui, dans le monde des adultes, porte l’identité et l’activité. Tout le Tarot se trouve devant le personnage du Bateleur sous une forme simplement esquissée pour signifier que nous n’en sommes qu’aux  potentialités et aux choix qu’il faudra faire pour les réaliser.

Le Bateleur est entièrement tourné vers lui-même. Situé au commencement du Système des Atouts du Tarot, il ne regarde personne, même si son regard penche vers la terre. Il incarne, de ce fait, l’égocentrisme de la jeunesse qui ne peut se consacrer à autre chose qu’à sa propre croissance.

Il lui manque beaucoup de chose pour atteindre la plénitude du Monde, mais principalement une famille attentive qu’incarne Le Jugement où l’on voit une mère et un père aimant leur enfant sous le regard bienveillant de l’ange. Le potentiel du Bateleur doit naître, advenir pleinement au Monde par l’amour attentif d’un Père et d’une Mère spirituels. Si vous tirez cet Atout, cherchez un appui extérieur, un protecteur et mieux encore, deux protecteurs.

Le Bateleur, en tant que Premier I, possède en effet la possibilité, unique, d’un déploiement parfait dans le Cycle de la Terre, ce que représente aussi la lemniscate de son couvre-chef qui forme un 8 horizontal. On pourrait y voir la représentation potentielle de deux Cycles : celui de la Terre et celui du Ciel, mais ce 8 reste allongé, il n’est pas encore dans la posture verticale qui pourrait incarner ce Ciel et cette Terre complète des Atouts du Tarot. A ce stade, la lemniscate du couvre-chef du Bateleur ne représente que les deux premiers Niveaux du Cycle de la Terre ([faisant un doublet de signification avec la prise en main du petit denier et du petit bâton] : celui de la terre (ou du féminin, correspondant aux Deniers et à l’élément terre) de la Terre qui correspond aux  aux cinq premiers Atouts, et celui du ciel (ou du masculin, correspondant aux Bâton et au feu) de la Terre qui s’incarne dans les cinq Atouts suivants.

De ce fait, il y a une résonance particulière entre Le Bateleur, La Force et Le Monde : le premier n’est encore qu’une énergie ayant devant lui tout son potentiel, le second [La Force] incarne la parfaite maîtrise du Cycle de la Terre, intégré en une individualité qui se connaît elle-même et s’imprime dans le monde, le dernier [Le Monde] incarne la totalité du potentiel du Bateleur dans une intégration parfaite, où les deux Cycles de la Terre et du Ciel sont unifiés dans le I de l’individualité. C’est un chemin d’individuation que commence donc Le Bateleur. Sur un plan spirituel, le Bateleur est donc l’Individu dans sa première forme, ce soi-même que chacun porte en soi dès la naissance et qui cherche à se réaliser dans le monde.

Quand Le Bateleur apparaît, il signifie d’abord le Nouveau, le Commencement ou le recommencement de toutes choses, mais aussi l’enfance, l’égocentrisme, l’égoïsme, l’immaturité, le jeu, l’illusion, le mensonge, le tiraillement, le choix, le potentiel, l’engagement dans la matière [et donc les métiers artisanaux, de production de biens matériels], la nécessité de commencer par le commencement, de satisfaire aux besoins matériels du projet, de concrétiser les choses.

bateleur-magicienEn relation avec le Niveau I du Tarot, Le Bateleur parle de l’enfance et du petit dernier, du monde de l’enfance et du jeu.

En relation avec le Niveau II du Tarot, Le Bateleur oriente vers le commerce de foire, parle de démonstrateur, de prestidigitateur, d’amuseur public, de présentateur télé, de vendeurs de jouets, de sorciers, de mages et magiciens. Il indique le commencement d’une activité, et l’énergie du commencement. Il parle de choix d’orientation qui reste encore multiple. Il oriente vers les métiers manuels, artisanaux.

En relation avec le Niveau III du Tarot, Le Bateleur est indicateur d’immaturité, et d’un excès de transparence, d’une exposition de ses émotions, de ses atouts presque impudique ou imbécile. A l’inverse, il est traditionnellement le personnage du mensonge et de manipulation, voire de magie noire.

En relation avec le Niveau IV du Tarot, Le Bateleur parle de la Création à son commencement, dans la pureté originelle d’une Nature parfaitement informée. Il parle des grands Mages de l’imaginaire mythique, de Gandalf le Gris. Dans la mythologie chrétienne, Le Bateleur est l’Enfant premier, l’humanité adamique, faite de glèbe, promise à la Renaissance spirituelle, et à devenir la Réplique du Divin.

Il représente ce Nouveau, tout petit, mais profondément créatif. Le Nouveau créateur qui n’oublie jamais que la Création est un jeu. C’est le grain de sénevé planté par Jésus de Nazareth, le germe du Nouveau Monde, la graine du Royaume des Cieux. C’est le Vin Nouveau, celui qui livre l’Ivresse divine.

C’est encore  »la voie du tout petit » découverte par Thérèse de Lisieux.

« Jésus leur proposa une autre parabole, et il dit : le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences ; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches. » Evangile selon Matthieu, 13, 31-32.

 

Les trois principaux arts divinatoires

 

Les Arts divinatoires sont nombreux, et une certaine confusion règne chez les consultants qui peuvent avoir du mal à s’y retrouver. Donc, un peu de précision ne peut faire de mal à personne. Je n’entre pas dans les détails, ce qui sera fait ailleurs dans ce blog, mais propose quelques définitions claires, pour trois de ces arts.

SOLEIL-Germaine-theme-astral

Partons de l’un des plus anciens des Arts divinatoires : l’astrologie.

C’est l’art de prédire l’avenir à partir de la confrontation de deux objets astrologiques : le thème natal et l’état du Ciel au présent. Un astrologue confirmé va donc avoir besoin du jour, de l’heure et du lieu de naissance de façon à monter le thème natal qu’il veut étudier.

Dans ce thème, on peut voir la position des planètes dans les 12 maisons, les deux maisons les plus importantes étant signalées par l’Ascendant, début de la maison I, et le Milieu du ciel, début de la maison X. Et ces maisons se trouvent elles-mêmes dans les signes du zodiaque. Ces planètes, qui sont porteuses d’une symbolique, sont plus ou moins à l’aise dans le signe où elles se trouvent, et il en est de même pour la relation de la planète à la maison, ce qui permet déjà de faire des prédictions.

Mais surtout, les planètes sont en relation les unes avec les autres, et selon que la relation est facile (trigone ou sextile signalés en vert ou en bleu dans le thème natal) ou difficile (carré ou opposition signalés en rouge ou en noir), on peut dire que, dans tel domaine désigné par la maison, la vie sera plus ou moins facile…

Prenons un exemple: dans le thème de Mme Soleil, mis ici en illustration, Jupiter, nommé le Grand Bénéfique dans les anciens grimoires d’astrologie, est en maison II, maison de l’argent, mais dans le signe du Capricorne où il est en exil. On peut donc prédire rétrospectivement à Germaine Soleil qu’elle a dû avoir de belles embellies en ce qui concerne ses finances, mais aussi des moments difficiles…

Notons surtout la conjonction exacte du Soleil et de Neptune, en cancer et en maison VIII (la mort, l’au-delà). Neptune est en effet la planète de la voyance, elle ne pouvait être que très valorisée dans le thème d’une des voyantes les plus célèbres.

Par l’analyse du thème natal on peut donc décrire un caractère , parler de ses points forts, de ses difficultés, et faire déjà quelques prédictions.

A ces prédictions à partir du seul thème de naissance, il faut ajouter la relation présente, entre les planètes telles qu’elles existent à la naissance tel que le thème natal les fixes d’une part, et la position que ces mêmes planètes qui continuent leur cours, ont dans le Ciel à un autre moment. La relation entre les planètes de naissance et celles du présent (ou du futur) permet de fonder un autre type de prédictions.

La numérologie : c’est un art divinatoire récent.

C’est art fut inventé par L. Dow Balliett, née Sarah Joanna Dennis, et qui publia le premier livre existant sur la numérologie : Le Pouvoir des nombres. Certes, Mme Dow Balliett s’était appuyé sur des Traditions qui avaient exploré la symbolique des Nombres: l’arithmancie née du Pythagorisme et qui remonte à plus de 2000 ans avant Jésus-Christ, la gématrie kabbaliste.

La numérologie attribue un sens symbolique précis et assez logique aux Nombres, ainsi le 1 parle de commencement, d’unité, de masculinité, d’activité, le 2 de dualité, de réceptivité, de féminité… Et la numérologie lie les lettres de l’alphabet aux Nombres à partir de leur place dans le déroulé de cet alphabet, ainsi le A est lié au 1, le B au 2, le C au 3, etc.

A partir de là, la numérologie étudie le jour de naissance par, ce qu’elle appelle, une réduction : elle additionne tous les nombres contenus dans le jour de naissance, et finit sur un chiffre compris entre 1 et 9, voire entre 1 et 11.

Ainsi, Germaine Soleil qui était née le 18 juillet 1913 avait pour chiffre de naissance, appelé aussi le « Chemin de vie » : le nombre 30 ( 1+8+7+1+9+1+3) réduit à 3. Or le 3 parle de communication, de sociabilité, de créatitivté.

Puis la numérologie prend les lettres du Nom et du Prénom, et additionne tous les chiffres des consonnes, puis celui des voyelle, pour déterminer les nombres de réalisation et nombre intime, etc.

Les prédictions consistent alors dans le fait d’additionner les nombres de naissance, aux nombres du temps présent.

Ainsi, Germaine Soleil qui a pour nombres de naissance le 7 (18 +7), serait, cette année 2014, en année 5. Il suffit alors de connaître la signification du 5 pour faire une prédiction générale sur l’année. On affine ensuite, mois par mois.

La cartomancie : un art divinatoire à partir de Cartes.

L’art de tirer des prédictions à partir d’un tirage de cartes date du XV° siècle, mais a surtout pris un essor nouveau avec la découverte que fit Court de Gébelin, un franc-maçon du XVIII° siècle, de ce jeu de société qu’était alors le Tarot de Marseille.

Court de Gébelin vit immédiatement dans le Tarot, le Livre perdu d’un savoir ésotérique remontant, selon lui, à Thot, le Dieu Egyptien, appelé aussi Hermès par les Grecs, et qui aurait été à la source de l’Alchimie dont le Tarot serait l’illustration.

Le disciple franc-maçon de Court de Gébelin : Etteilla (Jean-Baptiste Alliette de véritable nom) proposa une retranscription du Tarot pour en faire le premier jeu divinatoire, appelé « Tarot Egyptien » qui n’avait déjà plus grand chose à voir avec le Tarot de Marseille qu’avait découvert Court de Gébelin, mais que l’on trouve encore de nos jours

Il existe de nos jours, de nombreux Oracles, jeux de cartes destinés à la divination (comme L’Oracle Gé, inventé par Gérard Barbier, ou L’Oracle de Belline).

Ne confondons pas la cartomancie, art divinatoire pouvant s’exercer à partir de n’importe quel jeu de cartes,  et cela y compris des cartes de jeux de société pour faire d’eux des oracles, la Taromancie qui est une cartomancie spécialisée dans la lecture du Tarot de Marseille, et la Tarologie qui est la science du Tarot, considéré cette fois, non comme un jeu divinatoire, mais comme une Tradition initiatique. Les trois principaux arts divinatoires dans ACTUALITES dans l'univers voyance denierdame-152x300

Tous les tarologues ne sont pas taromanciens, tous les taromanciens ne sont pas de vrais tarologues et tous les cartomanciens ne sont pas ni forcément taromanciens ou tarologues.

Mais, il est vrai que le Tarot est un magnifique oracle.

Ainsi, que nous apprendrait cette Dame de Denier tirée en carte unique ?

Elle désigne une  personne avec un puissant côté féminin, profondément ancrée dans la nature, aimant jardiner, soigner les plantes et les fleurs. Épicurienne, elle adore faire son marché, et la cuisine. Très fine cuisinière, elle régale sa famille de petits plats traditionnels.

C’est aussi une femme ayant une grande maîtrise des conditions matérielles de la vie. Elle gère l’économie familiale avec intelligence et conscience. C’est par exellence, une maîtresse de maison et une femme d’une grande conscience professionnelle.

Puissions-nous, tous avoir à la maison et dans son travail, la Reine des Deniers en protection !

Liliblue

Agence Immobilière en Vallé... |
Change The World Together |
April Bowlby |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| Samrelou
| Kyandiyu.