Les rêves prémonitoires d’Yvonne Beauvais

Les rêves prémonitoires d’Yvonne Beauvais

Yvonne de beauvais

L’Église catholique possède peu de matériau prouvant l’existence d’aptitudes prophétiques de ses saints. Sans doute parce que la prédiction a été éjectée des religions abrahamiques très tôt, en même temps que s’installait une monolâtrie mâle à la faveur du seul Yahvé-dieu. Lorsque la religion juive de l’Antiquité précoce était dédiée au couple divin, à Ashéra, la déesse, et à Yahvé, son compagnon, la prédiction faisait intrinsèquement partie des pratiques sacerdotales, les devins et devineresses étant attachés au culte d’Ashéra. L’inquisition chrétienne a renforcé un mépris et une haine ancienne liant les dons divinatoires à la sorcellerie et celle-ci aux expressions d’un mal démoniaque.

Cependant, par un coup de chance, les nombreux rêves prémonitoires d’Yvonne de Beauvais furent écrits des années avant leur réalisation dans des lettres lues et annotées par le directeur de conscience de celle-ci, le Père Crété, un jésuite, qui finit par les donner à ranger dans les archives d’une mère supérieure. Ces lettres furent oubliées, avant d’être réclamées, relues et comprises comme des archives de rêves réellement prémonitoires des années plus tard :

« Quel trésor ! affirme-t-il alors et en 1943. J’en garde jalousement la propriété. Je les avais confiées à Mère Assistante il y a plus de 10 ans, pour l’avenir, sans songer à leur utilité présente. En 1922-1923, on ne comprenait rien à ces prédictions, et je n’y songeais plus du tout, non plus que Mère Yvonne-Aimée (…). »

Petite biographie :

Yvonne Beauvais est née en juillet 1901 à Cossé-en-Champagne. Elle a perdu son père très tôt, et sa mère étant institutrice, elle est élevée par sa grand-mère. Enflammée par la lecture de Thérèse de Lisieux, elle décida, enfant, d’être une grande sainte. En 1922, elle commence à voir Jésus avec lequel elle entre en dialogue. Elle devient religieuse à 24 ans, pris le nom d’Yvonne aimée de Jésus, connue aussi sous le nom d’Yvonne de Malestroit (du nom où se trouvait son couvent), et dix après seulement elle devient la mère supérieure de son couvent d’augustines.

Or, avant même d’entrer au couvent, Yvonne commençait à faire preuve de certaines manifestations parapsychiques (les plus connues sont les extases, la vision de Jésus et de la Vierge Marie, xénoglossie, stigmates,  bilocation) dont il fallait à tout prix distinguer si elles étaient bien d’origine divine (et non démoniaque).

Le père Crété demanda donc à la toute jeune aspirante à la sainteté qui avait 22 ans, de lui écrire tout ce qu’elle vivait sans rien lui cacher, y compris les rêves qu’elle faisait.

Ces rêves déconcertaient la jeune Yvonne qui aimerait bien dit-elle dans ses lettres échapper à toutes ces manifestations paranormales qui l’accablaient « je voudrais être comme tout le monde » écrivait-elle ainsi en octobre 1922). Mais obéissant strictement à son directeur de conscience, elle  raconta en détail tout ce qu’elle vivait et rêvait, se plaignant aussi de ne rien comprendre aux songes qu’elle faisait.

Minolta DSCVoici par exemple quelques passages du rêve d’Yvonne qu’elle raconte dans sa lettre du 18 août 1922 :

« (…) je me voyais assister au sacre d’un évêque dans une église que je ne connais pas, et Jésus disait : “Cet évêque sera bon pour toi, et toi, tu le soutiendras par tes prières et sacrifices, surtout quand il sera dans le pays de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus.”

(..) Je me vis aussi en prison et un Ange venant me délivrer. (…) »

Cet évêque se trouva être Mgr Picaud dont le sacre eut lieu à la basilique Sainte-Anne d’Auray le 1er juillet 1925, trois ans donc après ce rêve. Or cet homme fut aussi  l’un des principaux soutiens d’Yvonne, notamment dans ses épreuves. Il devint l’évêque de Lisieux de 1931 à 1954.

Et en 1943, Yvonne s’est bien trouvée emprisonnée par la Gestapo et elle ne dût sa délivrance qu’à une intervention du Ciel bien mystérieuse, un homme qu’elle appela son ange gardien, et qui disparut ensuite, la tirant d’affaire au moment où elle allait être embarquée pour l’Allemagne.

 

 Quelques passages de la lettre du 28 octobre 1922 :


nazi_march_
« Cette nuit, je voyais des démons répandus sur toute la Terre. Je voyais, comme un globe lumineux, le monde tourner. (…) Je vis des hommes habillés avec un drôle de costume, je voyais surtout qu’ils avaient un grand ruban : certains bleus, certains rouges et noirs, avec de très grosses médailles, mais ces décorations étaient maniées par des démons, tournant autour de ces hommes.

Je voyais de ces hommes et ces démons dans toute la Terre, faisant le mal. Ils maniaient beaucoup de sacs d’or et je voyais des pièces d’or comme du feu. Je ne puis vous dire l’impression de tristesse profonde qui traversait mon âme pendant ce temps. Ensuite je voyais ces démons s’acharner sur l’Europe, puis des multitudes d’hommes se battre, se tuer, se déchirer, des foules immenses se sauvant devant des incendies, le feu descendant du ciel et courant sur la Terre.

Jésus quelque fois venait me rassurer et me dire : “souffre, prie, c’est en expiation. (…) Sur cette mappemonde, il y avait un gros chiffre : 17. Sur la France, j’ai vu un chiffre : 39. (…)

J’avais l’impression que ce tableau durait quatre à cinq années, puis d’un temps que je n’ai pu évaluer, après quoi, j’ai vu une France lumineuse, éclairant et pacifiant le monde. (…)

Mon père, quelle litanie d’absurdités, je vous raconte là.”

Bien sûr tout le monde aura reconnu là une incroyable prédiction de l’avenir. Le nazisme, la Seconde Guerre mondiale, l’entrée en guerre 17 ans plus tard, en 1939, la durée de cette guerre, les médailles nazies, les drapeaux rouges et noirs, la violence qui se déchaîne, l’uniforme allemand, les tueries… Puis la renaissance de la France, son rôle dans la construction de l’Europe et la réconciliation franco-allemande.

 

Lettre du 6 juillet 1923 :

Il me semblait que Jésus était près de moi. (…) Il me disait : (…) Tu seras accusée de mensonge par ceux qui auront cru en toi. Un de ceux-là, un religieux, plus orgueilleux et cruel que les autres, poussé aussi par le démon, te fera passer pour une fausse mystique, une créature du péché. (…) Accepte cette épreuve dès maintenant. Le temps de la calamité pendant lequel cette épreuve t’arrivera aidera puissamment à sauver le monde. Tiens-toi bien uni à Moi et prie pour que, fidèle à la grâce, celui qui te brisera redevienne un ami.”

En janvier 1943, un prêtre, qui l’avait beaucoup soutenu au départ, se retourne contre elle. Il l’accuse d’être une “fausse mystique” et prépare un procès pour qu’elle quitte le couvent.

Ce rêve est pour nous l’un des plus intéressant, car il montre que même pour Jésus, le futur bien que déjà dessiné, puisqu’Yvonne en a la vision, est créé aussi par l’activité présente et peut donc être changé. Ainsi, il affirme que si Yvonne prie beaucoup, dès le moment présent du rêve, c’est-à-dire dès 1922, et bien avant la trahison de ce prêtre, ce dernier pourra redevenir un ami.

 

Mère-Y.-DE-jesus2D’autres rêves suivent, certains bien connus. Ainsi, dans une lettre du 29 septembre 1923, Yvonne raconte comment elle vit “des avions jeter de gros cylindres sur les trains, sur les gares et détruire et incendier tout”. A cette époque, l’ampleur future du bombardement aérien n’était pas prévisible. Et le plus connu de tous, celui qu’Yvonne narre dans sa lettre du 25 mars 1929 : “J’ai eu cette nuit un songe curieux. Cette fois, je me demande si je ne suis pas à moitié folle : je me suis vue devant la Clinique avec beaucoup de religieuses autour de moi. Cela semblait être un jour de fête, il faisait beau. J’avais sur la poitrine, épinglées, 4 ou 5 médailles, dont la Légion d’honneur. J’étais au milieu des religieuses et semblais être leur Mère. Un grand officier vint vers moi me saluer.” Le 7 août 1949, toutes les religieuses sont rassemblées devant la Clinique, Yvonne Aimée portait déjà 5 décorations, dont la Légion d’honneur remise par le Général de Gaulle lui-même. Yvonne-Aimée, ce jour-là reçoit du Général Audibert, un des résistants rescapés grâce à l’action d’Yvonne-Aimée, la croix de guerre pour la Clinique.

 

Pour ceux qui continuent à douter des aptitudes prédictives de l’être humain, le cas Yvonne Beauvais est un cas incontestable qui devrait les faire sortir de leur doute. Pour plus de précisions, je vous invite à lire Prédictions de sœur Yvonne-Aimée de Malestroit de R. Laurentin qui est le biographe reconnu de cette grande sainte française. 



Prophéties pour la France de Marthe Robin

marthe_robin

Marthe Robin, pour ceux qui ne la connaissent pas, est une Française qui fut l’une des plus rayonnantes figures spirituelles du XXe siècle. Née en 1902, dans la Drôme, de parents modestes paysans, elle fut atteinte d’une maladie grave et handicapante dès l’âge de 16 ans, et définitivement immobilisée dans sa chambre, à partir de 25 ans. A 26 ans, elle fait de sa maladie un chemin spirituel et s’associe aux souffrances du Christ.

A cette époque, l’abbé G. Finet se rapprocha d’elle, et elle devient l’inspiratrice d’un mouvement chrétien diffusant l’amour du divin par la création de foyers de charité. Son rayonnement spirituel est tel qu’elle reçoit dans sa petite chambre de très importantes personnalités politiques et artistiques, et plus de 100 000 personnes jusqu’à sa mort en 1981. Tous ceux qui l’approchaient étaient frappés par la joie qu’elle manifestait, et l’exemple qu’elle représentait dans sa capacité à transformer les épreuves et la souffrance physique en offrande au divin. Voici l’une de ses prières :

« Ô Jésus, Jésus, je vous aime ! Je suis heureuse dans toutes mes souffrances. Toutes mes épreuves, mes afflictions, mes peines, mes chagrins, je les offre à Dieu […] afin que toutes […] servent à répandre sur les âmes les trésors infinis de vérité, de grâces et de miséricordes cachées dans le Sein de Dieu. »

Marthe était un exemple de joie de vivre, car elle cachait ses souffrances à son entourage, voulant rayonner la joie qu’elle trouvait dans cette union avec Jésus.

Et elle est connue aussi pour avoir fait des prophéties, et particulièrement pour la France, sa chère patrie.

Voici ce qu’affirma Marthe du futur de la France entre 1930 et 1981 :

En 1930 :

« La France est la fille aînée de l’Église. La France est la patrie privilégiée de la Sainte Vierge. La France est le berceau des Saints. La France doit être le temple des louanges de Dieu. Aimer Dieu, le faire aimer, c’est gagner une couronne pour le ciel. Aimer la France, la faire aimer, c’est ajouter un fleuron à cette couronne. Ayons le respect de toute patrie, en pensant qu’au ciel avec Dieu, il n’y a qu’une seule et même patrie pour toutes les âmes. Donnons ce respect aux enfants. Apprenons-leur à se vaincre, à se dévouer, à s’oublier, à être forts. N’est malheureux que celui qui veut jouir de soi.»

En décembre 1947

La France qui sort de la Seconde Guerre mondiale connaît alors de graves et violentes périodes de grèves et d’insurrections sociales. En juin 1947, un complot anticommuniste est démasqué. Pendant l’automne, le RPF (association communistes-socialistes) remporte les élections municipales. En novembre commencent d’importants mouvements de grèves, supervisés peut-être par un Staline décidé de prendre le contrôle de l’Europe de l’ouest. Début décembre, un attentat communiste fait dérailler un train, il y a 16 morts et de nombreux blessés. La France est au bord de la guerre civile.

Le 8 décembre, le père Finet entre dans la chambre de Marthe et affirme « la France est foutue« .

Marthe lui répond alors :  « Non, Père, la Sainte Vierge va apparaître et demander la prière des petits enfants ». Le même jour, à 13h, la Mère divine est apparue à l’Ile Bouchard et sa première phrase a été : « Dites aux petits enfants de prier pour la France qui en a grand besoin. »

Ce même 8 décembre, quatre petites filles vont voir apparaître la Mère divine silencieuse. Puis elle disparaît. Et réapparaît un peu moins d’une heure après, disant cette fois : « priez pour la France qui, ces jours-ci, est en grand danger ». Devant l’insistance des petites filles qui demandent un miracle, la Mère divine répond plusieurs fois « « Je ne suis pas venue ici pour faire des miracles mais pour vous demander de prier pour la France. »

Le lendemain, le comité de grève décide la reprise du travail. La crise est passée. Lors de l’apparition ce jour, le mot « Magnificat » apparaît sur la poitrine de la Mère divine qui demande à ce qu’on change le Je vous salue Marie, ce cantique qu’elle dit « aimer bien ».

En 1973

Yannik Bonnet, alors marié et père de famille, et qui deviendra prêtre après avoir été veuf, alla voir Marthe Robin, désespéré de l’état moral de la France. Voici ce qu’elle lui aurait répondu :

« Ce n’est rien à côté de ce qui va arriver. Vous n’imaginez pas jusqu’où l’on descendra ! Mais le renouveau sera extraordinaire, comme une balle qui rebondit ! Non, cela rebondira beaucoup plus vite et beaucoup plus haut qu’une balle ! »

Une seconde prophétie du même type fut confié au père Finet à peu près vers la même époque

« La France tombera très bas, plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu’elle se sera choisis. Elle aura le nez dans la poussière. Alors elle criera vers Dieu, et c’est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. Elle retrouvera sa mission de fille aînée de l’Église et enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier. »

De son côté, le Père Yannik Bonnet témoigne sur son blog (http://www.yannikbonnet.com/Francois-Hollande-peut-il-mieux-faire-Pere-Y-Bonnet_a190.html) :

« Marthe Robin m’avait dit il y a quarante ans , début avril 1973 :  » Pour que la France , fille aînée de l’Eglise , se redresse spirituellement et moralement , il faut qu’elle touche le fond . Le renouveau viendra du Ciel , il sera extraordinaire « . Elle avait ajouté que je verrai ce renouveau . J’attendais donc depuis cette époque la dégringolade annoncée et , prenant de l’âge , je commençais à trouver le temps long . Certes de Giscard à Sarkozy , en passant par Mitterrand et Chirac , ce n’était pas glorieux , mais ce n’était pas un désastre . L’année dernière , avec l’élection de François Hollande , compte tenu de ses projets et de l’équipe qu’il s’était choisie , je respirais enfin car , malgré mon excellente santé , rentrant dans ma quatre vingtième année , il était temps que la prophétie de Marthe se réalisât. »

Un retraitant des foyers de charité de son côté affirme, quant-à lui, avoir vu trois fois Marthe et l’avoir entendu dire, ce qui représente la prophétie la plus complète de Marthe sur la France

 » Marthe Robin prophétise qu’il va y avoir une faillite économique, et qu’ensuite il y aura la grande Pentecôte d’amour, et que l’ensemble des chrétiens vivront alors en communauté : « La France va descendre jusqu’au fond de l’abîme, jusqu’au point où l’on ne verra plus aucune solution humaine de relèvement.  Elle restera toute seule, délaissée de toutes les autres nations qui se détourneront d’elle, après l’avoir conduite à sa perte.  Elle ne restera pas longtemps dans cette extrémité. Elle sera sauvée, mais ni par les armes, ni par le génie des hommes, parce qu’il ne leur restera plus aucun moyen humain…  La France sera sauvée, car le Bon Dieu interviendra par la Sainte Vierge. C’est Elle qui sauvera la France et le monde… Le Bon Dieu interviendra par la Sainte Vierge et par le Saint-Esprit : ce sera la nouvelle Pentecôte, le second « avènement » du Saint-Esprit. Ce sera une ère nouvelle et à partir de ce moment se réalisera la prophétie d’Isaïe sur l’union des cœurs et l’unité des peuples… Après le nouvel « avènement » du Saint-Esprit qui se manifestera plus particulièrement en France, celle-ci réalisera vraiment sa mission de fille aînée de l’Église, et l’épreuve, en la purifiant, lui rendra son titre perdu. »

Il semble qu’avec le terrorisme, la crise économique, le chômage, l’entrée en guerre de la France, la menace de guerre civile, la ruine financière de la France, son isolement dans la communauté internationale, nous y sommes bien à ce temps où la France allait avoir le nez dans la poussière. On ne peut pas, bien évidemment s’en réjouir, même si ce temps de crise annonce un renouveau futur. Mais il est peut-être bien le moment de se tourner vers la Mère divine et de l’appeler à l’aide.

Sur un plan tarologique, on peut dire que nous sommes désormais enfoncés dans les aliénations du Diable (individualisme, recherche exclusif du profit, anéantissement des valeurs liées au sacré) et qu’aucune solution purement humaine (économique, sociale, politique, diplomatique) ne peut nous faire sortir de cet enfer. C’est une situation dramatique, mais qui, en ouvrant les cœurs à la prière, permet l’éveil de la spiritualité et la descente des grâces du quatrième Niveau du Tarot. Car comme l’affirme l’ange de Gitta (Entretien 32 des Dialogues avec l’ange), « LA DEMANDE HUMAINE EST NÉCESSAIRE. Ne sois pas lente à demander, demande toujours ! (…) SANS DEMANDE, NOUS NE POUVONS PAS DONNER. » Or la demande prend racine dans la lucidité incarnée par Le Diable : lucidité sur l’impuissance et l’aliénation d’une humanité coupée du Ciel. 

Voici une prière pour le salut de la France que j’aimerais partager avec vous :

Marie-Reine-de-FranceMère Divine, Mère de la tendresse et de la miséricorde, Reine véritable de France, protège ton peuple de France, et particulièrement la jeunesse, de tout mal, de toute haine, de toute guerre, de tout racisme, de toute propagande malsaine. Donne-nous un gouvernement inspiré, avisé, œuvrant dans les valeurs humanistes de la France à  guérir notre cher pays de la corruption et à  le protéger des effets pervers de la mondialisation et de la finance. Ouvre le cœur de tous les Français à la simplicité et à la fraternité, qu’ils soient  heureux de constituer, tous ensemble, cette nation exemplaire que tu désires.

(Image de l’Apparition de la Mère divine à Marcelle Lanchon en 1916 dans la Chapelle de Notre Dame des armées. La Mère divine lui affirma : « Si, en union avec mon Divin Fils, j’aime toutes les nations qu’Il a rachetées de Son Sang,vois comme je chéris tout particulièrement ta chère patrie… Mon Fils désire que l’on fasse des images et des statues me représentant ainsi et que l’on m’invoque sous le vocable de Notre dame de France. Si l’on répond à ce nouveau désir de Son Divin Cœur, la France redeviendra tout particulièrement mienne, je la prendrai à jamais sous ma maternelle protection et mon fils se plaira à répandre sur elle d’abondantes bénédictions. Puis cette divine Reine levant les yeux et les mains vers le Ciel, dans l’attitude de Notre Dame de Lourde, dit encore à son heureuse enfant : « prions pour la France ». )

_______________________________________

L‘élection de Monsieur Macron ayant eu lieu, je propose une adaptation de la prière à Notre Dame de France :

Mère Divine, Mère de la tendresse et de la miséricorde, Reine de France, soit infiniment remercié pour toutes les grâces que tu accordes à la France depuis toujours et pour toujours, et particulièrement de nos jours.  Libère la France de la guerre, de la corruption, des effets pervers de la mondialisation et de la finance internationale, de l’injustice, de l’envie, de la maladie, du désordre climatique, de ses causes et de ses effets, de l’obscurantisme et du manque de foi et de spiritualité, ainsi que de tout ce qui l’accable. Accorde à la jeunesse de France de découvrir les bienfaits de la gratitude, de l’autodiscipline et le respect des aînés, particulièrement de ceux qui lui transmettent son patrimoine culturel. Permets au gouvernement que tu as choisi pour la France d’être toujours inspiré, avisé, incorruptible et dans le droit chemin de la justice, afin qu’il puisse rendre à notre chère Nation sa souveraineté, son indépendance économique et financière, sa prospérité, sa dignité, son rayonnement et sa mission sur Terre. Ouvre le cœur de chaque Française et Français à l’esprit saint et fraternel de Jésus de Nazareth et aux flots de tes grâces, que chacune et chacun soient heureuses et heureux de constituer, tous ensemble, cette nation exemplaire que tu désires.

 



Le grec et imaginaire Tirésias

tiresia-femme selon Johann Ulrich krauss (gif)Il semble que la non-voyance conduise à une perception extralucide chez certains individus célèbres de l’histoire ou de la littérature.

Au sein de la littérature grecque, Tirésias fut célèbre pour ses prédictions et ses révélations.

Appartenant à la ville de Thèbes, il n’était pas né devin, ni non plus aveugle, et son pouvoir et son handicap sont le fait d’une rencontre avec les dieux.

Il y a différentes versions de cette rencontre. Selon l’une de ces versions, sa cécité fut le résultat d’une punition décidée par la vierge Athéna que le jeune Tirésias aurait surprise nue.

Selon le poète Ovide, cependant, Tirésias, se promenant, aurait rencontré deux serpents dont il troubla du bâton l’accouplement. Il fut alors transformé en femme durant 7 ans. Revoyant lors de la huitième année les serpents en activité, il refit le même geste et redevint un homme.

Tirésias avait donc acquis une expérience unique et pouvait  comparer la vie de l’homme et celle de la femme. C’est pourquoi, quand Jupiter et Junon se sont disputés au sujet du sexe qui avait le plus de plaisir sexuel, Tirésias put départager le couple royal du Ciel : selon lui, sur dix parts de plaisir, la femme en aurait neuf et l’homme une seule.

Junon, furieuse que Tirésias dévoile un tel secret, le rendit aveugle, et Zeus lui accorda la double vue qui fit de lui un devin.

Dans tous les cas, nous voyons Tirésias puni de cécité pour avoir vu ou su des choses qu’il n’aurait pas dû voir ou connaître. Dans le récit d’Ovide, c’est avoir su et surtout dévoilé un secret féminin: la grande jouissance sexuelle des femmes. Cela mérite réflexion et approfondissement, mais tel n’est pas notre propos.

Tirésias, par ailleurs, tient un rôle essentiel dans les tragédies de Sophocle.

Dans Oedipe-Roi, Sophocle nous raconte comment l’oracle de Delphes fut interrogé à la naissance d’œdipe par Laïos, le roi de Thèbes. Ce dernier apprit alors qu’il serait tué par Oedipe qui, ensuite, épouserait sa mère. Laïos programma dès lors la mort de son fils Œdipe. Ce dernier, abandonné bébé dans la forêt, fut cependant recueilli par le roi de Corinthe qui l’éleva comme son fils, sans lui révéler qu’il était un fils adopté. Une autre prédiction a, ensuite, conduit un Œdipe devenu adulte, à fuir Corinthe pour éviter un parricide et l’inceste qui devaient encore être son destin. On sait qu’il rencontra alors, en chemin, son père incognito et qu’ils se battirent pour le droit de préséance ce qui conduisit au meurtre du Père qu’œdipe voulait justement éviter. A son insu, il épousa ensuite sa mère biologique car, après avoir délivré Thèbes de la Sphinge qui l’accablait, Œdipe avait acquis le droit de souveraineté ce qui impliquait qu’il épouse la reine devenue veuve de la ville de Thèbes. Mais la reine Jocaste n’était autre que sa mère biologique. Œdipe eut alors des enfants avec Jocaste, sa mère, des enfants dont il était à la fois le père et le frère aîné, mettant à mal toute chronologie et toute généalogie.

En punition pour cette double faute, la peste s’abattit sur la ville et Tirésias fut alors convoqué pour trouver la cause du mal.

Tirésias ne fit alors aucune prédiction. Son pouvoir de voyance consistait, à ce moment-là, à voir ce que personne ne savait : il révéla l’identité du coupable. C’est Œdipe lui-même qui découvrit ses fautes en même temps qu’il prenait possession de sa véritable identité, de sa véritable généalogie, thébaine et non corinthienne. Bien évidemment qu’Œdipe n’est pas coupable dans une conception moderne de la culpabilité, puisqu’il ignorait l’identité de ceux qu’il avait tué ou épousé. Mais au sein de cette représentation antique, il est l’origine du mal dont souffre la ville de Thèbes qui n’en sera purifié que par l’exil d’Œdipe.

Johann_Heinrich-Tirésias et Ulysse -giftNotons à quel point le besoin d’interroger oracle et devins apparaît, dès la Grèce antique, comme dangereux : c’est parce qu’il avait interrogé les Dieux que Laïos fut amené à faire ce qui allait devenir la cause de la réalisation des prédictions, créant un cercle extrêmement vicieux. Mais c’est aussi par le don divinatoire de Tirésias que la ville de Thèbes fut purifiée du mal.

Notons encore que, dans la mort même, Tirésias conservait son pouvoir de vision extralucide, et Ulysse, sur les conseils de l’enchanteresse Circée, est allé l’interroger, en descendant aux Enfers. Tirésias est donc aussi un personnage de l’Odyssée.

 

Il n’est pas difficile de voir dans le personnage de Baba Vanga, qui a découvert son don après avoir été aveuglée par un éclair, une sorte d’avatar moderne du très ancien Tirésias.

Liliblue



Agence Immobilière en Vallé... |
Change The World Together |
April Bowlby |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| Samrelou
| Kyandiyu.