Structure du Tarot : La voie de la contradiction

Structure du Tarot : La voie de la contradiction

 Le Monde 

L’Atout XXI n’est pas seulement le dernier Atout du Tarot et la manifestation d’un ensemble complet et parfait, d’une réalisation définitive, il donne la clé de la voie du Tarot qui est une voie de la réconciliation entre des forces contradictoires au sein d’une même dynamique. Ainsi, le mouvement giratoire qui lie Vache sacrée, Lion sacré, Aigle céleste et Ange divin accompagne la voie d’une humanité qui suit quatre Âges en relation avec les quatre Couleurs du Tarot : la Vache correspond à l’ère de Denier (préhistoire néolithique), le lion à l’ère de Bâton (Antiquité et Moyen-Age), l’aigle à l’ère rationnelle, moderne et industrielle (XVIIe à nos jours), et l’ange annonce un futur lié à l’ère dernière, l’ère spirituelle. Mais ce n’est pas la seule structure lisible dans cet Atout XXI. La Danseuse qui est au centre ne se lie aux autres Atouts que si Vache et Aigle (ou Denier et Épées), mais aussi Lion et Ange (ou Bâton et Coupes) vont l’un vers l’autre pour se rencontrer au centre. Telle est la voie de la Contradictoires du Niveau I et IIIcontradiction, car ces Cartes ou Couleurs sont à l’opposé l’une de l’autre. La Vache est en effet féminine, de terre et dès lors sèche et froide quand l’Aigle est masculin, d’Air, et dès lors chaud et humide. Et le Lion est masculin, de feu et dès lors sec et chaud, tandis que l’Ange est féminin, d’eau et dès lors humide et froid.

Sachant que chacun de ces Personnages sacrés de l’Atout XXI représente à la fois une Couleur et un Niveau du Tarot, cette Carte nous donne la clé d’un cheminement spirituel à suivre : les Atouts du premier Niveau et ceux du troisième Niveau (ceux qui correspondent aux Deniers, à l’élément Terre et à la Vache sacrée pour le premier Niveau et aux Epées, à l’Air et à l’Aigle pour le troisième Niveau), ainsi que les Atouts du second Niveau et ceux du quatrième Niveau (des Bâtons, le Feu, et du Lion, face aux Coupes de l’Eau et de l’Ange) doivent être emmenés l’un vers l’autre. Car, par delà la contradiction, se trouve un chemin de traverse, qui permet à ces éléments de se retrouver, de s’unir deux par deux : Terre et Air, Feu et Eau et de faire naître l’Unité qu’incarne la Danseuse. Et c’est ce que manifeste les Nombres que partagent ces Atouts : ainsi, il y a une relation particulière, faite de contradictions, mais aussi d’intimes relations entre les Atouts I et XI, II et XII, III et XIII, IIII et XIIII, V et XV ; puis entre les
Contradictoires Niveau II et IV
Atouts VI et XVI, VII et XVII, VIII et XVIIII, VIIII et XVIIII et enfin X et XX.

Ainsi pour prendre un exemple, il y a une évidente contradiction entre L’Empereur et Tempérance : L’Empereur représente l’autorité mâle faite pour encadrer, protéger et diriger une communauté, que ce soit la communauté familiale ou politique. C’est une relation très verticale, car hiérarchique :
il est celui qui donne ses ordres et les autres obéissent. Et face à l’extériorité (les étrangers par exemple), il oppose de très fermes frontières. Tempérance représente au contraire, les échanges et partages horizontaux, là où une certaine égalité s’affiche entre tous, afin de permettre le partage culturel. Et loin d’opposer une frontière étanche aux étrangers, Tempérance ne demande qu’à les rencontrer, à les accueillir, et à s’enrichir de leurs cultures, de leurs arts, de leurs apports… et à devenir leur ami dans la plus parfaite égalité et par la réciprocité de la relation.L'Empereur et Tempérance

Mais, si L’Empereur ne fait pas un pas vers Tempérance pour le rejoindre, et si Tempérance n’accompagne ce mouvement de son propre élan vers L’Empereur, chacun s’enferme dans une manière d’être qui perd toute vertu.

Ainsi L’Empereur ne saura pas se mettre au niveau de ses administrés, si un père être l’ami de son fils ou de sa fille, s’il n’y a pas d’échange, d’écoute, de partage. Le pouvoir qu’il incarne devient alors tyrannique.

Et si Tempérance ne sait pas conserver ses frontières, sa propre culture, ses propres traditions, lorsqu’il s’ouvre aux autres, il peut très vite être noyé et perdre son identité. 

L’équilibre même de chacune de ces deux Cartes impose de faire un certain chemin pour rejoindre l’autre Carte, même si, au départ, leur expression est à l’opposée l’une de l’autre.

On peut donc dire qu’un véritable Souverain (ou un véritable Père terrestre) n’est accompli qu’en étant capable d’être l’ami de ceux qu’il dirige, tout comme un ami ne pourra être un ami véritable qu’en ayant fermement conscience de son identité propre et de ses frontières psychiques (ses limites).

Contradictoires du Niveau I et IIIOn retrouve un même croisement entre toutes les Cartes qu’unissent le même Nombre : Le Bateleur qui débute et a devant lui tout son potentiel a besoin d’apprendre à dominer celui-ci par une véritable maîtrise, ce qu’incarne La Force. Et de même, celle-ci ne trouvera la plénitude de son être que si elle n’oublie pas le tout petit, le débutant, l’humble joueur qui est en elle. La Papesse, enfermée dans sa bibliothèque et ensevelie sous ses voiles, cultive l’abnégation du Pendu, sa patience, et son aptitude à relier la Terre au Ciel, tandis que ce dernier n’oublie jamais que les fruits de son travail, même s’ils n’apparaissent pas, finiront par murir, car aucun de ses efforts ne sont vains dans l’ensemencement qui est le sien d’une Nouvelle Terre. L’Impératrice sait qu’en donnant la vie, elle fait don de la mort, et cette dernière sait qu’elle est entièrement au service de la vie vivante, et enfin, Le Pape au service de son Eglise doit faire place aux critiques de l’athéisme et du rationalisme qu’incarne Le Diable, quand ce dernier doit se garder de devenir un guru manipulateur en développant une spiritualité humaniste.

D’un autre côté, L’Amoureux éprouve la puissance bouleversante de l’amour érotique sous la forme de la foudre, quand La Maison Dieu fait de tout bouleversement une occasion d’aimer et de changer de vie, Le Chariot est guidé par la chance à l’état pur qu’incarne L’Étoile, tandis que cette dernière, jardinière de l’Eden, conquiert, exploratrice, et Chariot du Cosmos, l’ultime Terre, le Jardin à la fois céleste et terrestre. La Justice incarne la froide raison mais pour mieux s’élever à la conquête de l’intuition que représente La Lune, quand le rêve que représente cette dernière vise la conscience et l’objectivité de La Justice. Le froid, hivernal et ancestral L’Hermite devient, par sa transmission, un père solaire, quand Le Soleil qui aime ses enfants dans la plus stricte égalité, veille à ne pas les écraser sous sa magnificence, en se retirant, Saturne sage, premier L’Hermite, de sa propre plénitude pour l’offrir à ses enfants. La terrible Sphinge de la Roue de Fortune ne peut être vaincue que par l’intuition de ce qu’est vraiment l’être humain, ce que souffle l’ange du Jugement, quand ce dernier tempère son exultation pour devenir le Juge suprême.Contradictoires Niveau II et IV

A ce travail qui impose un croisement de chaque Niveau au sein de chacune des Verticales du tarot, il faut cependant adjoindre le travail sur le Tarot secret qui traverse en Croix les Verticales et les Niveaux du Tarot. Ainsi, on apprend que L’Empereur ne peut se réaliser pleinement dans sa mâlitude qu’en découvrant en lui L’Étoile, son anima ; et tout de même que Tempérance doit s’adjoindre au Chariot pour aller jusqu’au Monde. La voie du Tarot sera alors, non celle de la contradiction, mais des complémentaires, dont nous avons vu déjà l’importance dans l’étude du tarot secret. 

Enfin, la Structure du Tarot met encore en lumière, la proximité des Niveaux I et IV, Niveaux féminins, de Terre et d’Eau, de Denier et de Coupes, tout comme celle des Niveaux II et III, Niveaux masculins, de Feu et d’Air, de Bâtons et d’Epée. Ainsi, il y a une affinité entre Le Bateleur et La Maison Dieu, La Papesse et L’Étoile, L’Impératrice et La Lune, L’Empereur et Le Soleil, Le Pape et Le Jugement, tout comme entre L’Amoureux et La Force, Le Chariot et Le Pendu, La Justice et L’Atout XIII, L’Hermite et Tempérance et enfin entre La Roue de Fortune et Le Diable. Cela mérite, là aussi, cependant, une étude particulière.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Structure et Tarot secret : la croix des complémentaires au sein de l’Arbre de vie

Structure et Tarot secret : la croix des complémentaires au sein de l’Arbre de vie

 

Tous les Atouts ayant été abordés, nous possédons désormais une clé essentielle pour ouvrir la porte de la compréhension du Tarot et de la voie qu’il représente pour l’initié. Nous savons que la structure en 4×5 est essentielle, nous savons aussi que, dans cette Structure tarologique, le X ou la Croix, porte toute l’espérance tarologique. Nous avons appris que cette Forme en Croix s’accomplissait entre les Niveaux I et III, ainsi qu’entre les Niveaux II et IV, ou encore entre Les Deniers et les Épées, tout comme entre les Bâtons et les Coupes, parce qu’il s’agit là d’oppositions qui, si elles se rencontrent et se dépassent dans une synthèse heureuse, génèrent l’Individualité épanouie. Il y a donc une Croix des oppositions dans le Tarot, mais il y a aussi une Croix des Atouts complémentaires, dans cette complémentation que nous avons présentée sous le nom de Tarot secret et qu’il s’agit désormais de mettre en évidence, dans son lien à l’Arbre de vie tarologique.

Rappelons d’abord ce qui est en question dans le Tarot secret : chaque Atout est une parcelle de la complétude et de l’unité que représente l’Atout XXI. Pour parvenir jusqu’à cette pleine complétude et cette unité qui est au bout du chemin tarologique, il lui faut donc s’allier avec la Carte qui est complémentaire. Ainsi, l’Atout I a pour complément nécessaire l’Atout XX et cela signifie que la potentialité que contient Le Bateleur ne pourra advenir à sa réalité pleine et entière que s’il trouve la communauté qui le supportera et le protègera et qui est représentée par Le Jugement. Ou, pour prendre l’Atout suivant, La Papesse qui représente entre autres choses la mère fusionnelle, a radicalement besoin du Père solaire (Atout XVIIII), père qui aime tous ses enfants dans une stricte égalité, qui les réchauffe de son amour paternel, qui les éclaire et leur montre le bon chemin, sous peine d’en faire des proies d’un amour maternel qui étendrait autour d’eux une toile engluante de laquelle ils ne pourraient jamais se libérer. Bien évidemment, ce qui est vrai dans un sens l’est aussi dans l’autre. Ainsi, la famille spirituelle et prête à accueillir l’Enfant royal qu’incarne l’Atout XX n’a de sens que par l’advenue de cet Enfant réel et vivant que représente Le Bateleur. Et de même, le père solaire ne saurait se dispenser d’aimer sa compagne, la mère fusionnelle, sans quoi son amour paternel pourrait lui aussi être délétère, trop Structure-complémentaires-Verticale IIIbrûlant (œdipien).

Or, quand on étudie le jeu des Complémentaires au sein des Atouts, on voit se dessiner à la fois l’Arbre de Vie tarologique et la Structure en Croix du Tarot. Ainsi, il est tout à fait frappant que les Atouts comlémentaires (ceux qui s’additinonent pour aller jusqu’au XXI) de la IIIe Verticale du Tarot, Verticale qui engage le Féminin Sacré dans sa puissance de Vie et de Mort, sont inclus dans la Verticale des III, quand tous les autres Atouts cherchent leur complémentaires dans la Verticale opposée au sein de la Structure globale.

Ainsi le Complémentaire de l’Atout III, c’est l’Atout XVIII, parce que la Femme que représente L’Impératrice a pour condition de réalisation son inclusion dans le Féminin sacré que représente La Lune, tout comme cette dernière, pourtant incarnée dans la totalité du monde naturel, ne peut atteindre sa plénitude divine et sacrée qu’à travers les femmes humaines quand ces dernières deviennent les vecteurs de sa Puissance de vie et de mort, incarnant le Féminin sacré. Et une même relation engage la mort de L’Atout XIII et La Justice (Atout VII) : la mort est en effet la justice suprême, celle qui remet tous les pendules à zéro, celle qui ne fait aucune différence, celle qui impose l’égalité radicale de tous et de toutes , quand la justice impose une petite mort, un deuil, une sanction à l’épanouissement excessif de l’un face à l’autre. La mort sans la justice est un instrument de guerre et de violence, la justice sans la mort est impuissante.

Structure-Complémentaires II et IIIILa Verticale des III est le tronc de l’Arbre de vie, et l’étude des complémentaires suffirait à nous en convaincre : elle seule trouve ses complémentaires en elle-même, elle seule n’est la complémentaire d’aucun Atout extérieur à elle.

Les Atouts de la Verticale des I trouvent leurs complémentaires dans la Verticale des V, tout comme les Atouts de la Verticale des II trouvent les leurs dans la Verticale des IIII. Et c’est très intéressant, car non seulement cela impose une structure en Croix (X) qui conforte cette lecture du Tarot qui s’impose de multiples manières, mais elle propose une réflexion philosophique sur le sens même de la vie.

Ce n’est pas en effet face au Féminin sacré, où s’expriment les Puissances de Vie et de Mort que la mâlitude dans sa Verticale des IIII se manifeste, mais face à l’altérité et à une féminité de l’âge et du voilement ou dévoilement, mais aussi face aux fils de la mère que sont Structure-Verticale I et VLe Chariot et Le Pendu.

Et de même, le Tarot renvoie l’individualité dans sa construction (Verticale des I) à l’individualité charismatique dans sa relation à la communauté (Verticale des V). Ainsi, s’il n’y a pas d’enfant sans parent (ou de Bateleur sans Jugement), il n’y a pas non plus d’amoureux sans sexualisation de la relation amoureuse (ou pas d’Amoureux sans Diable), pas d’Individu royal et maître de soi sans la confrontation au conformisme social (et donc pas de Force sans Roue de Fortune) et enfin pas d’Église ou Temple universel sans son berger (pas de Maison Dieu sans Pape).

 

 



Atout XXI-Le Monde

Le Monde

Atout XXI

Intégration, Unité

Humanité divine et intégrative

Bonheur et Paix pour la Terre entière

Exultation de l’univers

Le Monde 

Le Monde contient en lui la totalité du monde, comme l’affirme son nom. Et en tant qu’Atout final du Tarot, il contient la totalité du Tarot, sachant que le Tarot est lui-même une image de l’aventure humaine. Ainsi, quatre personnages symboliques encadrent la mandorle où se tient la danseuse du Monde et ces quatre personnages représentent les quatre Niveaux du Tarot. Ces derniers se situent aussi dans le Nombre de cet Atout : XXI qui se compose de quatre V, placés deux par deux, dans une relation où leur pointe se rejoignent. Ainsi, chaque X renvoie à deux univers complets : la Terre pour le premier X et le Ciel pour le second, et chacun d’eux se décompose lui-même en deux V, deux Calices, où fut recueilli l’essence des éléments propre à chacun des Niveaux : élément Terre pour le premier V tourné vers le bas correspondant au premier Niveau du Tarot, symbolisé par la Vache sacré ; élément Feu pour le second V tourné vers le haut correspondant au second Niveau du Tarot, symbolisé par le Lion sacré ; élément Air pour le troisième V tourné vers le bas et correspondant au troisième Niveau du Tarot ; et enfin élément Eau pour le quatrième V tourné vers le haut et correspondant au quatrième Niveau du tarot.

vache sacréeLa Vache, animal féminin et terrien, renvoie aux Deniers et au premier Niveau du Tarot qui sont liés à l’élément Terre, qui est sec, féminin et froid. Elle parle de la maîtrise de la réalité matérielle et de sa générosité. La Vache est en effet l’animal qui incarne la Mère divine dans sa matérialité, elle est la nourrice de l’humanité, celle qui donne son lait aux petits humains. Elle est la matière nourricière sans laquelle aucun corps, aucune incarnation n’est possible. D’où cette couleur chair qui est la sienne. Or, cet animal fortement terrien qu’est La Vache est représenté, dans l’Atout XXI, comme étant ailée : la matière n’est plus un poids qui tire vers le bas. Elle est remplie de lumière, devenue vase sacré recueillant les émanations du Ciel.

Lion mur du temple d'IshtarLe Lion, animal masculin et solaire, renvoie aux Bâtons et au second Niveau du Tarot qui sont liés à l’élément Feu, lui-même sec, masculin et chaud. Le Lion parle de la puissance et de la générosité d’une activité humaine engagé dans le monde sociétal. Il est l’animal qui incarne le Père divin dans sa créativité et son inventivité. Il est le feu qui protège, éclaire, transforme la matière pour l’humaniser et la mettre au service de l’humanité. C’est un lion ailé et qui n’a donc plus rien de la violence, de la tyrannie et du danger qu’un lion simplement terrestre recèle. Il possède en effet l’auréole de la sainteté.

L'aigle-JeanL’Aigle, animal masculin et aérien, renvoie aux Epées et au troisième Niveau du Tarot qui sont liés à l’élément Air, lui-même humide, masculin et chaud. L’Aigle qui s’élève dans le Ciel et qui, seul, peut regarder le Soleil sans en avoir les yeux brûlé, l’Aigle qui possède un regard perçant symbolise l’intelligence humaine et son aptitude à voir la réalité telle qu’elle est. C’est le temps de la conscience issue des épreuves et des grandes vertus qu’il incarne. Cet Aigle n’est pas seulement royal et perspicace, il est auréolé parce que son intelligence n’est pas au service d’une rationalité coupée de toute spiritualité, mais au contraire est placée sur le cœur.

Ange-femmeL’Ange enfin, être suprahumain, être céleste, renvoie aux Coupes et au quatrième Niveau du Tarot qui sont liés à l’élément Eau, lui-même humide, féminin et froid. Cet ange est féminin en tant qu’il réceptionne et fructifie les essences du Ciel pour les verser sur la Terre. Son visage est de chair, et ses cheveux d’or. Son être n’est pas que céleste. Il est relié à la Terre par la danseuse au centre de la mandorle.

Et bien sûr, il y a un cinquième personnage, car s’il y a quatre Niveaux et quatre Couleurs dans le Tarot, il y a aussi cinq Verticales. Il fallait donc bien qu’un cinquième personnage apparaisse sur la Carte du Monde. Mais, pour lier ce cinquième personnage aux autres, il faut revenir à la Structure de cet Atout.

Nous voyons un mouvement dans cet Atout, un mouvement qui nous a été révélé par La Roue de Fortune, ainsi que par la Structure du Tarot : le mouvement de la vie, dans le Tarot, passe du féminin-terre (la Vache) au masculin-feu (le Lion), puis s’élève au masculin-air (l’Aigle) et se dirige ensuite vers le féminin-eau (l’ange). Ce mouvement translate donc en bas de la gauche vers la droite (ou du féminin matériel au masculin matériel), puis du bas vers le haut (du masculin matériel au masculin spirituel), et enfin en haut, de la droite vers la gauche (du masculin spirituel au féminin spirituel). Cette demi-spirale ne mène pas à revenir à la Terre. Il ne s’agit pas d’un Cercle. Le mouvement a un aboutissement. La haute spiritualité des Coupes qui recueillent les Bénédictions du Ciel.

Cette demi-spirale représente le mouvement naturel de la vie qui va du matérialisme à la vie spirituelle, en passant par des incarnations sexuées qui situe le féminin aux extrêmes et le masculin au cœur. Or, précisément, c’est une femme qui se trouve au cœur de l’Atout XXI, comme c’était déjà le cas dans l’Atout XI. La plénitude est féminine, et cette danseuse en outre représente l’humanité entière.

Mais, pour passer du cadre de l’Atout XXI au centre, et des personnages du cadre, à la Danseuse du centre, il faut croiser ces personnages du cadre. Ainsi, ceux parmi eux qui doivent absolument se connecter, sont précisément ceux qui sont le moins naturellement connectés : la Vache et l’Aigle (Terre-matérielle et Air-spirituel) ainsi que l’Ange et le Lion (Eau-spirituelle et Feu-matériel). C’est ce croisement qui fait émerger l’Individualité sainte et joyeuse qu’est la Danseuse cosmique au centre de la Carte.

Ce croisement apparaît très clairement si on regarde les Atouts du Tarot dans leur ensemble. On voit alors, à travers les Niveaux et les nombres des Atouts, ce croisement a lieu. Ainsi, les Niveaux I et III, ainsi que II et IV portent les mêmes nombres : I et XI, II et XII, III et XIII, IV et XIV, V et XV, puis VI et XVI, VII et VII, VIII et XVIII, VIIII et XVIIII, X et XX.

Verticale des IIIPour prendre un exemple et un seul, car ce n’est pas le lieu ici de tout expliquer, s’il y a une proximité et une complémentarité évidente entre L’Impératrice et La Justice (Atouts III et VIII dans une proximité de situation dans la Structure du Tarot), deux femmes investies de manière centrale dans les deux communautés les plus importantes pour l’être humain : la maison et la société, tout comme entre L’Impératrice et La Lune (qui ont pour lien leur féminité, dans l’ordre de l’humain et du sacré), c’est néanmoins avec L’Atout XIII et la mort que L’Impératrice doit trouver à dépasser l’opposition qui les lie (entre celle qui donne la vie et celle qui l’ôte), afin que L’Impératrice sache bien qu’en donnant la vie, elle fait aussi le don de la mort, et que la mort de son côté sache bien que son don n’a de sens que pour un renouvellement de la vie et dans l’amour maternel. Tel est le message du Monde, Aboutissement du Tarot et sa clé. La connaissance d’une telle clé permettrait, seule, de faire naître à elle-même l’Humanité Royale, Gardienne de la Terre et Protectrice de la biosphère, Danseuse réplique et servante du Divin. Il en est bien sûr de même pour le lien entre les deux autres Atouts les plus opposés de la 3e Verticale : La Justice et La Lune qui portent, dans leur féminité même, le dépassement de l’opposition entre la Raison et l’Intuition. 

 

tombe-du-christParlons maintenant de cette Danseuse. Sa posture fut très longtemps mystérieuse et obscure dans son origine. Ce n’est que depuis cette année, depuis 2016, et l’ouverture du Tombeau du Christ, que nous avons confirmation d’une hypothèse souvent émise : il y a un lien intrinsèque entre Jésus de Nazareth et la Danseuse, et plus exactement entre le Christ triomphant et la Danseuse du Tarot. Regardez ce bas relief qui se trouve au-dessus du Caveau du Saint Sépulcre. Personne ne peut douter que ce bas relief a directement inspiré les inventeurs du Tarot. Une mandorle, ce qui est fréquent autour du Christ, mais la Danse du Christ est bien singulière, on ne la trouve, à ma connaissance, nulle part ailleurs. Et remarquez encore le ruban qui entoure le corps du Christ. C’est le même drapé qui enveloppe la Danseuse du Tarot. On ne peut douter du message des inventeurs du Tarot : c’est bien l’âme christique qui est promise à la fin du Temps. 

Le Monde-DanseuseLa danse, c’est le mouvement à la fois libre, esthétique, rythmé, et qui fait disparaître la pesanteur. La danse, c’est la matière qui entre dans la grâce. Selon l’analyse des rêves éveillés et G. Romey, la danse est le symbole de l’imaginaire universel qui conduit à l’affranchissement des limites spatiales, sans que jamais le danseur se perde dans la démesure. Toujours la danse est circulaire, c’est une ronde qui inclut toute personne et toute réalité. C’est la représentation même du Soi selon Jung : l’individualité réalisée dans son unicité parfaite. C’est un acte de foi en la vie, en son devenir, dans le lien entre son destin et celui du reste du monde. La danse est féminine. C’est l’anima qui est toujours en question dans les rêves où la danse est centrale. Et cette anima n’est autre que le Féminin sacré. Voilà pourquoi, c’est une femme qui est représentée dans l’Atout XXI et non le Christ, premier membre seulement de cette Humanité royale qu’elle représente. Le Monde, c’est l’humanité entièrement transfigurée, le but même de Jésus de Nazareth et de son enseignement. 

A la lecture du premier Niveau du Tarot, Le Monde renvoie aux familles très unies, à la naissance d’un enfant, souvent une fille, à la maisonnée dans son ensemble, personnes et animaux, aux fêtes de famille, à la famille recomposée et heureuse, de succès dans les examens etc. Cette Carte parle d’intégration parfaite de chaque partie de soi dans une unité positive : santé physique et mentale. 

A la lecture du second Niveau du Tarot, cet Atout XXI parle d’entreprises de grande envergure, souvent en relation avec l’étranger, de relations internationales, de très bonne entente collégiale, etc.

A la lecture du troisième Niveau du Tarot, Le Monde a deux significations opposées : soit cette Carte parle d’un excès d’intégration et d’unité (de totalitarisme par exemple) soit d’un manque total d’intégration, le fait d’être rejeté de tous, particulièrement avec la présence du Mat. On peut avoir le monde entier contre soi avec une telle Carte en opposition. C’est la fin de cette belle unité alors que cette Carte représente. Ou bien, à l’inverse, une unité oppressive, le contrôle excessif de chacun des membres par les autres. 

Dame de tous les peuplesA la lecture du quatrième Niveau, cet Atout XXI est celui de l’au-delà de la fin des temps. Il s’agit de l’éternité heureuse, non pas dans l’au-delà, mais dans ce monde même.

C’est l’unification d’un monde qui fait place aux contradictions pour en sublimer une unité supérieure.

C’est bien sûr la personne du Christ qui est là en jeu, mais avec la Danseuse, c’est aussi la Déesse mère, l’expression du féminin sacré, Amante et miroir concret du Divin dans sa Créativité abstraite.

Pour finir, voici la prophétie faite par la Dame de tous les Peuples à Ida Peerdeman : « Les êtres humains de tous les pays finiront bien par ne faire qu’un! »  Et ils ne seront qu’un que quand ils auront les yeux orientés vers la croix. 

A cette fin, Ida vit que la Dame manifestait sa Royauté sur le Monde : « la Dame reprit: « Désormais, tous les peuples me diront bienheureuse. La Dame de tous les Peuples désire l’unité dans le Saint Esprit. Le monde est enveloppé d’un faux esprit, de Satan. Quand le dogme, le dernier dogme de l’histoire mariale aura été proclamé, la Dame de tous les Peuples donnera la paix, la vraie paix au monde. Il faut cependant que les peuples prient ma prière, avec l’Église. Ils sauront que la Dame est venue en tant que Corédemptrice, Médiatrice et Avocate. » (31 mai 1954)

Voici la prière de Notre Dame de tous les Peuples :

Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père,
envoie à présent Ton Esprit sur la terre.
Fais habiter l’Esprit Saint
dans les coeurs de tous les peuples
afin qu’ils soient préservés
de la corruption, des calamités
et de la guerre.
Que la Dame de tous les Peuples,
qui fut un jour Marie,
soit notre Avocate. Amen.

 

 Pour finir, je vous conseille de regarder les vidéos et interview de Nassim Aramayn, un physicien qui harmonise la théorie d’Einstein et celle de Planck. Il annonce l’arrivée prochaine d’une humanité transfigurée par la conscience de ce qu’est l’espace. 



Atout XX-Le Jugement

Le Jugement

Atout XX

La fin des temps, Aboutissement, Réussite parfaite

Éveil, Naissance, Renaissance, Guérison

Terre et Ciel réunis dans l’accouchement de l’Individualité sainte

Allégresse

Famille unie

Humanité royale

Élimination complète de l’arbre mort

 Jugement Conver

Cet Atout est le dernier qui appartient à la Structure du Tarot en 4×5 Cartes. Il est à la fois le dernier Atout du 4e Niveau (celui des Émanations célestes) et le dernier Atout de la Verticale des V. En lui son Nombre est l’aboutissement le plus absolu, même si après lui, un autre Nombre viendra mettre cet aboutissement sous l’égide du I. Dans ce double X, il faut voir quatre V, quatre Calices deux tournés vers la Terre, deux tournés vers le Ciel, deux dédiés à la Terre, deux dédiés au Ciel.

Ainsi, désormais nous sommes à la fin du périple que représente l’initiation tarologique, c’est la fin des Temps promis par le Christ qui est là en jeu, quand plus rien d’important ne peut plus arriver, parce que le Ciel et la Terre sont en parfaite communication. C’est ce que signifie le terme, quelque peu mal compris, du Jugement. Il s’agit certes d’une référence au Jugement dernier, puisque ce dernier intervient à la fin des temps, mais il s’agit surtout de marquer un événement majeur : l’advenue d’une éternité, d’un hors-temps, d’une sortie de l’histoire, parce que l’humanité accède à sa royauté et à sa destinée.

Le Jugement représente donc la plus radicale des Atouts-de-la-Bénédiction du Ciel. Il marque la parfaite circulation de l’énergie et de l’information entre le Ciel et la Terre. L’Ange ainsi, se fait entendre dans sa musique, dans ses chants, or ceux-ci ne font rien d’autre que chanter les louanges du Divin. Et l’humanité bleue, l’humanité enfant, née enfin, et déjà adulte, l’entend parfaitement et son cœur se joint à l’ange pour glorifier le Divin. Cette parfaite circulation de la communication entre le haut et le bas est signalée de plusieurs façons, et notamment bien sûr par cette trompette qui claironne dans le Ciel vers la Terre, mais aussi par la croix grecque qui est dessinée sur le drapeau attaché à la trompette angélique. Il ne s’agit pas de la croix chrétienne qui rappelle la crucifixion du Christ, par une croix qui place l’horizontale en haut de la verticale. Ici, l’horizontale est juste au milieu de la verticale. Cela signifie qu’il n’y a pas de privilège du haut sur le bas, de l’ascèse sur la chair, de l’esprit sur la matière, mais la parfaite imprégnation des uns (matière et bas) par les autres (esprit et haut). Ces deux énergies se croisent en leur centre qui exprime l’Individualité sainte.

07-lord-krishnaEt c’est précisément cette Individualité sainte dont la Naissance est ici célébrée. L’Humanité bleue, spirituelle, céleste autant que terrestre se trouve debout dans une sorte de caveau. Cela ne signifie pas que les morts se lèvent, parce qu’on en serait arrivé au jugement dernier religieux, mais que ce qui n’était pas encore vraiment vivant, ce qui restait en partie mort, parce que non traversée par la vraie vie, celle de l’Esprit, est désormais pleinement VIVANT. Cette humanité bleue est née d’une mère et d’un père pleinement de chair comme le montre leur peau nue, mais aux cheveux dorés par la Lumière céleste. Ce ne sont pas des ascètes, des pratiquants de la chasteté, mais des êtres capables de vivre leur incarnation de manière spirituelle comme le montre à la fois leur corps de chair et leur profonde concentration et leur mains en prière. Regardez bien la Mère. Nous avons déjà rencontré cette jeune femme. Il s’agit de L’Etoile, la Mère immaculée du Tarot, la Mère qui est tendre oblation. Le Père est un homme âgé, qui contient en lui toute la sagesse paternelle de la IIIIe Verticale du Tarot. C’est un père solaire. On peut à bon droit voir en eux l’image de la Terre sanctifiée et du Ciel à la fois amoureux et sage. Leur Amour a fait naître l’Humanité bleue, l’Humanité royale. Et c’est cet événement merveilleux que fête l’ange, que claironne sa trompette qui n’est pas un instrument de musique anodin. C’est toujours pour annoncer les grands événements cosmiques qu’elle est en jeu. Elle associe le Ciel et la Terre dans une commune célébration. Elle indique un événement sans précédent et qui change tout, puisqu’il nous fait sortir du temps : la Naissance de l’homme bleu, de l’individualité humaine sacrée, royale, réplique et serviteur du divin, gardien de la Terre, protecteur de la biosphère, et créateur de l’Eden, ce Jardin céleste et terrestre à la fois qui est la destinée du monde matériel.

C’est aussi le sens de cette nuée qui entoure l’ange : toujours et dans toutes les cultures et mythologies elles sont indicatrices d’apothéoses et d’épiphanies : quand, par exemple, le divin désire une compagnie pour l’Adam glébeuse qui se sent seule parmi le monde vivant, elle jette une nuée sur elle et la plonge dans le sommeil pour tirer d’elle deux êtres humains sexués : Isha, la femme, et Ish, l’homme. Elles servent aussi à rendre supportable la lumière divine qui sans elles pourraient aveugler et tuer l’humanité. Elles sont un lien supplémentaire entre le haut et le bas.

radiant-rider-JugementC’est une allégresse que manifeste dès lors cet Atout. Allégresse devant la naissance de l’humanité spirituelle et royale. Et c’est bien ainsi que l’avait compris le Rider qui montre une sorte de Jugement dernier qui est aussi le réveil des morts et une sorte de bonheur collectif. Mais nous n’en sommes pas encore complètement là. Il faut attendre l’Atout XXI pour que l’humanité entière soit en jeu dans cette allégresse. Ce que marque l’Atout XX par rapport à l’Atout XXI c’est l’événement que représente chaque Naissance de chaque être humain à sa royauté, et l’allégresse qu’éprouve alors le Ciel tout comme le profond bonheur de la Terre.

Bien évidemment cet Atout peut être lu aussi à la lumière du 3e Niveau du Tarot, Niveau des épreuves et des grandes vertus humaines issues de celles-ci. A Niveau-là, le Jugement rappelle que si l’humanité n’évolue pas vers le Ciel, si elle ne s’ouvre pas à l’esprit, elle sera comme un arbre mort, qui finira par pourrir. Il ne s’agit pas d’une punition du Ciel, mais d’un arrêt de la croissance qui aboutit à la disparition. Il met donc en garde le consultant en lui rappelant de ne pas se couper de ses intuitions propres.

En lien avec le premier Niveau du Tarot, cet Atout parle de la famille spirituelle, la vraie famille, celle qui est unie par un projet, un style de vie, un accord des âmes. Il parle de communauté unie, de naissance d’un enfant très aimé, très attendu et de célébrations et fêtes familiales. La famille du coeur, la vraie famille, la famille spirituelle. 

En lien avec le second Niveau du Tarot, Le Jugement renvoie à tous les métiers liés à la naissance, mais aussi bien sûr à l’usage d’un instrument de musique, à la communication de masse, mais encore aux métiers de la thérapie. Les fêtes, les moments de joie intense et collectifs sont aussi représentés par cet Atout XX. 

En lien avec le troisième Niveau du Tarot, l’Atout XXI met en garde sur les effets à long, moyen et court terme du matérialisme coupé du ciel, tout autant que des ascèses religieuses coupées de la terre. Il peut aussi parler de difficultés dans l’ordre de la famille, de la naissance, et encore de communications malsaines (rumeur, médisances).

Cet Atout cependant est radicalement bénéfique dans son premier sens. Il renvoie donc à la récompense suprême et à la capacité de remercier le Ciel pour ses miracles, et le premier des miracles, celui de sa propre sanctification. De ce fait, c’est un Atout en jeu dans la thaumaturgie, celle de Lourdes par exemple. 

JésusEn lien avec le quatrième Niveau du Tarot, Le Jugement marque la Fin des temps, quand chaque être humain fait l’expérience de l’amour conjoint de la Mère-Terre et du Père-Ciel et de ce fait naît à ses intuitions, ses fulgurances, sa royauté véritable. Le premier Frère de cette Humanité née à elle-même c’est Jésus de Nazareth, le premier homme bleu, celui qui, par son sacrifice rachète sans cesse les fautes et l’aveuglement, la longue errance de ceux qui ne sont pas encore nés à leur propre spiritualité.

Jésus attend depuis si longtemps cette immense famille spirituelle qui doit finir par être l’humanité entière que chaque naissance d’un de ses frères ou d’une de ses sœurs né à lui-même ou à elle-même comme être céleste conduit à une Célébration du Ciel tout entier. 



Atout XVIIII-Le Soleil

Le Soleil

Atout XVIIII

Père solaire, Père divin, Père céleste

Protection paternelle, don de la conscience

Idéal de la vérité, révélation, idéal de la justice

Prise de conscience, pleine conscience

Chaleur de l’amour 

Enfant du divin, enfant du père

Âme sœur, égalité, fraternité, solidarité, entraide

Les droits universels de l’être humain

La France des Lumières

Joie, croissance, épanouissement

Brûlure, éblouissement, vérité qui blesse et vérité qui tue

Père oedipien, père incestueux,

amour fusionnel étouffant, gémelléité écrasante

 Le Soleil


Impossible, encore une fois, de comprendre pleinement cet Atout XVIIII sans le situer dans la Structure du Tarot en 4 (Niveaux) x 5 (Verticales). Le Soleil appartient au quatrième Niveau, que nous commençons à connaître et qui met en scène les émanations et bénédictions du Ciel. Cet Atout a donc une signification incontestablement et radicalement positive, bien qu’il puisse aussi être lu à travers le troisième Niveau des épreuves et des grandes vertus du Tarot et prendre une tonalité plus difficile. Cependant, même dans ce dernier cas, cet Atout indique une bénédiction du ciel mais qu’il faut apprendre à recevoir. 

Le soleil Tarot IndiaLe Soleil est aussi au sommet de la quatrième Verticale du Tarot, Verticale Mâle qui offre le don de la lumière aux êtres humains. Cela signifie que cet Atout XVIIII contient en lui toutes les expériences et sagesses acquises de cette voie initiatique. Ainsi, dans Le Soleil se trouve l’autorité paternelle de L’Empereur ( le Père tribal son sens de la protection à l’égard de ceux qui sont sous son autorité), mais aussi l’éclairage et la confiance que donne le Père socratique (L’Hermite), et encore un idéal profondément égalitaire et fraternel (Tempérance). C’est pourquoi, Le Soleil, Père céleste, qui incarne la plus haute figure du Père contient en elle toutes les qualités de sa Verticale : par les deux enfants qui se ressemblent à s’y méprendre, il affirme la radicale égalité des enfants du Père céleste car ce dernier les aime tous de la même manière, avec la même intensité, la même passion protectrice, la même chaleur, le même besoin de les faire grandir et mûrir (héritage de L’Hermite encore).

Sous l’égide d’un amour égalitaire et divin, tous les êtres humains se sentent des frères, et la fraternité et la sororité humaines peuvent s’épanouir et engendrer échanges, partages, entraide, solidarité et affection mutuelle (ce que déjà Tempérance promettait).

Comme l’Atout XIIII, Le Soleil parle d’un idéal élevé : la Vérité. Sous cet Atout, rien n’est caché. Tout se révèle. Et c’est pourquoi, Le Soleil parle d’éclairage de la condition humaine, et de toute situation (L’Hermite encore) Mais l’éclairage du Soleil n’est pas une petite lanterne dans la nuit, c’est celui de l’astre du jour ! Quand cet Atout est en jeu, il est question de révélations, de prises de conscience radicales, de dévoilement complet de ce qui est en jeu.

Le Soleil en tant que Père céleste est aussi l’époux de la Mère divine que représentait La Lune. Avec lui, et par la chaleur de son rayonnement, tout ce qui était en germination dans l’étang de La Lune, tout ce qui devait adopter le langage symbolique des rêves nocturnes et de l’intuition pour pouvoir parvenir jusqu’à la conscience, parvient à la pleine réalisation de soi. Ainsi, c’est la croissance et la joie de la croissance de son être qui est en jeu avec cet Atout. Et la joie d’une croissance partagée dans une fraternité et une sororité heureuses.

lecture_de_Voltaire.Salon_de_Madame_Geoffrin-GrandIl y a un lien très profond entre l’Atout XVIIII et le mouvement philosophique qui a traversé l’Europe et particulièrement la France au XVIIIe siècle : Les Lumières. Ce mouvement correspond en effet à un idéal très élevé, celui d’une fraternité et d’une sororité universelles qui pourraient naître du savoir, de la connaissance, de la vérité sur la nature humaine, des prises de conscience. Les droits universels de l’être humain s’enracinent dans cette époque et ont aboutis à la disparition de l’esclavage, à la Révolution française où il n’y avait plus l’autorité d’un seul et l’obéissance de tous, mais une citoyenneté qui s’exprima dans la célèbre devise des Républiques françaises : liberté, égalité, fraternité.

Les valeurs françaises et l’universalisme ont été remises en question, à la fin du siècle passé, par une gauche qui voyaient en elles des expressions lointaines du colonialisme. Mais cette posture insensée ne repose sur aucune compréhension solide du fait même de la fraternité : impossible aux êtres humains de s’entraider et de se soutenir mutuellement sans la reconnaissance de leur égalité foncière. Or celle-ci ne peut se réaliser complètement qu’avec la certitude, la foi que par delà les différences sexuelles et culturelles, ethnique et générationnelles, nous sommes tous, des enfants très proches, des êtres humains à l’humanité tellement partagée qu’aux yeux du divin, nos différences comptent peu. C’est le sens de cette gémellité qui est dessinée sur la Carte du Soleil : dans et par l’amour du Père divin, nous sommes tellement proches et semblables, tellement aimés chacun pour ce qu’il est, que c’est sous la forme de frères et de soeurs que nous apparaissons, et même de frères et de soeurs jumeaux. La Carte du Soleil est celle qui dissout littéralement l’envie et la jalousie ces deux fléaux de la fraternité et de la sororité familiales tout autant que de la fraternité et de la sororité universels. 

fraternité universelleLe Soleil en aimant tous ses enfants dans la plus parfaite égalité donne à chacun une joie immense, et c’est cette joie qui se redouble dans le partage et la communication qu’exprime cet Atout XVIIII. Cette joie naît aussi de la liberté qu’apporte la confiance du Père céleste en la nature bonne de ses enfants et en leur pouvoir de croissance propre. Ainsi, les murs du Soleil sont ouverts. La Maison du Père est toujours en lien avec le Ciel, jamais fermée sur le haut et depuis l’Atout XVI. Ces murs sont les protections qu’accorde le divin cependant à ceux qui ne sont encore que des enfants à ses yeux, car chacun doit indéfiniment croître dans sa propre divinité. Ce sont les restes de ces limites qu’imposaient les frontières du père tribal L’Empereur : bien que parfaitement libres, les enfants du Soleil ne peuvent pas faire n’importe quoi. Ils ne peuvent pas en particulier nier les besoins et droits des autres enfants du Soleil.

Bien évidemment qu’on trouvera dans Le Soleil des significations moins heureuses, puisque tout Atout peut et doit être lu aussi au 3e Niveau du Tarot : ainsi, Le Soleil peut indiquer un excès de révélation ou de prises de conscience. Il ne faut pas oublier en effet que l’Atout complémentaire du Soleil c’est La Papesse qui voile les secrets et les conserve. On peut se brûler à la vérité si l’on n’est pas prêt. C’est bien pourquoi, le travail de vérité commence avec La Lune et ses Intuitions nocturnes. On le sait, ainsi, la psychanalyse impose au praticien de ne jamais proposer ses interprétations. C’est au patient de parvenir lui-même à la vérité qui l’accable, car cette vérité alors ne lui apparaîtra que quand il pourra la supporter.

Le Soleil peut aussi brûler par un amour paternel œdipien excessif. Nous sommes alors là, dans les malheurs d’une relation triangulaire inadéquate, par une éclipse excessive de la mère, de La Lune donc.

jardin d'eteEn lien avec le premier Niveau du Tarot, Le Soleil parle de santé, de plein air, de corps sportif et bronzé. Bien évidemment il renvoie à un père présent, très affectueux, aimant ses enfants dans un amour égalitaire. Un tel Atout aussi de jumeaux, et d’enfance heureuse. 

En lien avec le second Niveau du Tarot, Le Soleil renvoie aux vacances d’été, et aux métiers liés à ces vacances, aux pays chauds, aux déserts. Tout ce qui correspond au chauffage de la maison est en jeu aussi avec cet Atout. Tout ce qui permet à la lumière d’entrer (vitres, etc.). Un tel Atout répond à la question des relations professionnelles de manière très heureuse : excellents rapports entre les collègues, soutien mutuel, collaboration, égalité, etc. 

En lien avec le troisième Niveau du Tarot, Le Soleil parle des périodes difficiles liées aux prises de conscience, aux révélations soudaines, aux prises de conscience qui imposent une réforme de vie. L’authenticité, l’honnêteté, la véracité sont les vertus liées à cet Atout.

Un manque de solidarité, d’égalité de partage peut être désigné par cet Atout, tout comme l’orgueil de celui qui se prend lui-même pour un Soleil.

Ou au contraire, un idéal excessif d’égalité qui conduit à briser tout élan de liberté (comme ce fut le cas dans la glaciale URSS).

Un tel Atout peut aussi renvoyer à quelqu’un d’immature, qui refuse de quitter l’enfance, et le confort du Père, qui attend tout des autres et peu de lui-même.

Toujours dans cette interprétation en Niveau III, Le Soleil peut être l’indication d’un père à tendance incestueuse (psychologiquement), d’un manque de mère (rappelons-nous que La Papesse est l’Atout complémentaire). La Mère est alors souvent absente, cette mère qui protège en voilant partiellement l’enfant au père. Ne dirigeant plus vers elle son amour, l’amour du père pour l’enfant devient brûlant et malsain. 

Pourtant, à terme, cet Atout toujours bénéfique, vise l’autonomie et la croissance de l’âme humaine, ainsi que le développement de la solidarité et de l’entraide dans une fraternité universelle qui dépasse Dieu michel angetoutes les frontières terrestres, même si pour cela, il appelle à l’aide les valeurs de La Papesse son Atout complémentaire. 

En lien avec le quatrième Niveau du Tarot, Le Soleil parle du Père divin, Père céleste, ce Père d’amour et de miséricorde tel que le Christ l’a révélé au monde.

 

Pour finir cette présentation du Père Solaire, je vous propose une prière qui lui est particulièrement adressée :

 

Père divin,

Père solaire qui aime tous ses enfants dans la plus parfaite égalité,

Père de la Justice donc,

Mais Père, aussi, du pardon et de la miséricorde,

Pardonne à l’humanité toutes ses erreurs,

Permets qu’elle entre MAINTENANT dans l’ère des Coupes.

Répands dans le cœur de chacun l’esprit saint de fraternité et de sororité de Jésus, et les grâces de Mère divine

Que cela se traduise partout dans le monde en amitié, tolérance,  solidarité,  partage,  respect mutuel, particulièrement entre hommes et femmes et entre Peuples, en amour infini pour Mère Nature et esprit de protection à l’égard de nos soeurs et frères les bêtes.

Permets à ma génération de voir advenir l’ère des Coupes et l’Humanité royale, Réplique et Servante du Divin, Gardienne de la Terre, Protectrice de la biosphère, Créatrice de l’Eden, ce Jardin céleste et terrestre et que l’univers attend depuis toujours et que seule peut créer l’humanité oblative. 

 

 

 

 

 



Atout XVIII-La Lune

La lune

Atout XVIII

Coeur du Ciel

Divine sauvagerie, Nature sauvage

Cycle, passage, métamorphose, ressourcement

La Femme sauvage, la femme qui court avec les loups

Confusion, illusion, folie, schizophrénie

Rêves, Intuitions, Clairvoyance, Avertissements divins

Mère Divine, Mère Nature, Mère Nuit, Terre-Mère

Mère redoutable et mère de tendresse

Don de vie, de mort et de renaissance

 18-lune-Marseille-nuitedited

Aucun Atout, en dehors du Monde, n’est aussi important que La Lune. C’est l’Atout central du quatrième Niveau du Tarot, celui qui permet à l’être humain d’avoir accès à tous les autres Atouts des émanations célestes, celui qui fait le lien entre tous les autres. C’est aussi l’Atout sommet du tronc béni de l’Arbre de vie tarologique et de la troisième Verticale, celle de la féminitude, de la vie et de la mort, de la créativité et de la régénérescence. Les mots les plus importants parmi les mots-clés de cet Atout, ce sont : nuit, nature sauvage, mère divine, cycle et passage.

Beaucoup de taromanciens craignent cet Atout, voyant en lui une symbolique de la confusion, de l’imagination coupée du réel, de la folie aussi. En réalité, il s’agit là d’une des expressions les plus importantes des Bénédictions du Ciel qui sont symbolisées par les gouttes lunaires qui tombent sur la Terre. Cette interprétation négative de La Lune doit beaucoup au mental patriarcal qui dure depuis si longtemps sur Terre et qui a conduit à minorer des Puissances féminines parce qu’elles font peur, ses valeurs étant opposées à celles du Soleil, du jour, de la clarté du mental intellectuel et de la réalisation concrète. Mais sans cette puissance féminine, sans le lien sincère et aimant à notre Mère divine, la clarté du Soleil conduit à elle seule à un monde coupé de ses racines, un monde où la nature, les femmes et puis les enfants des femmes, y compris les fils, les futurs hommes sont instrumentalisés au profit d’un pouvoir mâle apparemment rationnel, en réalité totalement fou.

C’était oublier que le féminin sacré est puissant, et le Tarot est la Tradition qui lui rend le plus hommage, unique en cela, ce qui serait à elle seule une raison suffisante pour ne pas chercher à le ramener à tout autre Tradition. Et c’était oublier que cette puissance n’exclut pas le rationnel et encore une fois le Tarot le manifeste. Car, au sein de la Verticale des III, de la Féminité, de la fécondité, des puissance sacrées de la Vie et de la Mort, se trouve La Justice, l’incarnation tarologique de la Raison. L’imaginaire de La Lune ne déploie en effet ses immenses bénédictions qu’en faisant place à la raison, à la justice, à la mesure, à l’équilibre qu’incarne l’Atout VIII.

Mère-divineLa Lune, c’est notre Mère à tous, en tant que Mère-Nature, en tant que Mère-Nuit. L’Astre Lunaire est en effet le symbole par excellence d’un ensemble de Puissance qui relève du Féminin sacré dans sa dimension double de donneuse de Vie et de donneuse de Mort. A elle s’adjoint le symbole de la Mer, de la nature et de ses renouveaux cycliques, de l’instinct que met en scène l’Atout XVIII par les trois animaux de l’image, et enfin la Nuit qui, quotidiennement, nous donne un temps de repos, de petite mort, de ressourcement, de rééquilibrage, de réajustement. Dormir régénère.

Que se passe-t-il durant la nuit, pourquoi le corps repart-il chaque matin avec de telles nouvelles forces, que chaque jour est un nouveau jour ? Les hypothèses les plus intéressantes du monde scientifique actuel affirment que le sommeil et les rêves sont des moyens de réparer le code génétique que la journée aurait abimé, et de revenir à sa programmation individuelle que la société avec son conformisme tend à effacer. Le sommeil est aussi le moyen d’un lien avec le divin, cela les hommes le savent depuis toujours, eux qui ont toujours et partout fait du rêve les messagers des dieux. La capacité de rectifier les erreurs passées, de mieux agir en prévoyant le futur, et donc l’aptitude à la prémonition par les rêves est un des dons précieux de Mère Lune. Et ces dons sont ceux de la Nuit, ceux de la petite mort qu’est la Nuit.

La vie a été sacralisée par l’univers mental patriarcal qui avait en adoration la filiation des fils, et cette sacralisation a été coupée de la sacralité liée à la mort. Le rejet du Féminin sacré a conduit notre monde et surtout notre monde moderne à minorer, à cacher, à refouler le fait évident pourtant que tout don de vie est don de mort. Oublier que la mort est une bénédiction quand le corps est totalement usé, quand l’expérience de la vie humaine est aboutie ou quand au contraire l’individualité humaine s’est tellement éloignée de sa mission sur terre qu’elle est devenue un danger pour l’humanité elle-même… nous conduit à ne pas comprendre cette merveilleuse et puissante Carte qu’est La Lune.

18-LA-LUNAnuitLa Lune, en tant qu’Atout sommet de la 3e Verticale contient en elle la femme (L’Impératrice); tandis que l’humanité féminine toute entière n’est autre que le plus beau visage de la Mère divine elle-même. Les femmes épanouies dans leur féminité sont des Incarnations de La Lune et de ses avatars culturels (Ishtar, Isis, Hécate ou Artemis, Diane, etc.). Toutes possèdent potentiellement le don de donner la vie (et par là la mort, car vivre c’est un jour aller à la mort). Mais ce qui est plus troublant encore, c’est le fait que sans la femme, La Lune et sa grande puissance ne peuvent aller à leur plénitude. Tel est l’un des secrets que le Tarot dévoile à qui sait entrer dans sa structure : si La Lune est l’Atout complémentaire de L’Impératrice, cette dernière est, elle aussi, l’Atout complémentaire de La Lune, ce qui signifie que le pouvoir de vie de la Lune n’est pleinement actif en tant que pouvoir secret de l’intuition féminine et de la clairvoyance que grâce aux femmes et à l’éternel féminin. 

En tant qu’Atout sommet de la 3e Verticale, La Lune contient en elle aussi La Justice qui n’est autre, elle-même, qu’un moyen terme entre la vie et la mort. La Justice en effet est la Jardinière du Tarot, elle mesure les âmes, elle coupe ce qui est pourri, elle punit pour purifier. Elle donne la mort et le deuil pour donner la vie.

Et bien sûr en tant qu’Atout sommet de la 3e Verticale, La Lune contient l’Atout XIII, tout comme l’Atout XIII est porteur de vie (dans son épi de blé en colonne verticale).

Remarquons aussi la symbolique des Nombres. Dans le Tarot, le III est contenu dans le VIII, tout comme dans le XIII et le XVIII. Mais le nombre arabe 3 et aussi la moitié du 8. Le 8 représente deux 3 qui se font face et se joignent.

Vie et mort s’expriment dans le 8 comme deux cercles qui passent l’un à l’autre. Le 8 est aussi mouvement perpétuel, cycle et recyclement. Le cycle rythme la vie des femmes qui sont réglées par ce lien particulier qu’elles ont à la lune. Dans l’Atout XVIII, ces notions de passage et de cycle perpétuel sont mises en scène : deux maisons sont éloignées de la distance de la Carte en fond de paysage. Il s’agit bien d’aller de l’une à l’autre et c’est La Lune qui fait le lien. Ces deux maisons sont celles de la vie et de la mort, de la mort et de la vie, du sommeil et de la veille, de l’illusion et de la vérité, des instincts à la rationalité, etc.

Pleine-luneCe cycle est inscrit dans La Lune elle-même qui est aussi bien pleine lune que lune en croissant. Or la pleine Lune n’a pas du tout le même sens que la lune en croissant du point de vue symbolique. Là encore, c’est Georges Romey et ses précieuses analyses des rêves éveillés libres qui nous permettent de comprendre ce que cette Carte contient comme message : la pleine lune exprime le pouvoir menaçant du féminin sacré quand la lune en croissant manifeste l’amour et la tendresse infinie pour l’enfant. La pleine lune est une lune froide, distante, punitive, redoutable. La lune en croissant est au contraire « une figure d’accueil, une image qui appelle à se blottir ». Et l’une et l’autre sont complémentaires en la femme qui, dans sa tendresse fusionnelle et sans le détachement et l’éloignement promis par La Justice, serait une mère abusive. Pour trouver sa féminité complète et intuitive, toute femme doit donc affronter en elle la mère dure et punitive, la mère qui donne la mort tout autant que la vie, mère toujours juste cependant.

Nous l’avons dit, la Lune qui contient en elle toute la 3e Verticale du Tarot est double, elle est vie et elle est mort, elle est tendresse et elle est justice froide et punitive. Mais il ne faut pas avoir peur de cet Atout quand on le tire. C’est toujours une bénédiction qui vous est offerte. L’un des aspects de cette bénédiction consiste dans la réconciliation possible avec la Mère de notre histoire individuelle : ainsi, l’Atout XVIII présente-t-il le visage de la lune non dans la lune entière, froide, distante, glaçante et punissante, mais dans la tendre lune en croissant qui domine et inclut en lui l’autre lune. L’amour maternel dans sa tendresse contient la droiture froide de la Justice, nous l’avons dit. Cet Atout nous invite ainsi à nous ressourcer auprès de notre maman terrestre, et dans l’impossibilité, de trouver refuge auprès de la Mère divine. La Lune est celle qui guérit l’image dégradée de la mère-araignée que nous rencontrons avec La Papesse et la Verticale des II ou de la mère crabe ou écrevisse qui a refusé le contact de tendresse de peau à peau avec l’enfant et la caresse. Aussi bien est-ce cette même Verticale qui offre la plus belle image de la mère refuge, de la mère de l’absolue tendresse, de la mère miséricordieuse qui guérit et non punit : L’Étoile qui est l’Atout par excellence de la Vierge Marie.

On reproche beaucoup à l’Atout XVIII d’être l’expression de l’illusion, des imaginations vaines, etc. Mais c’est l’inverse : La Lune guérit de l’illusion en envoyant des rêves rectificateurs. Elle demande à ce qu’on écoute le message de ses rêves qui sont des avertissements venus du divin lui-même. Elle accorde le don de double vue, de clairvoyance, de médiumnité (qui fait comme elle le lien entre la vie et la mort). Si La Lune représente  l’épreuve de la folie et de l’illusion, c’est toujours et seulement dans la relation au 3e Niveau du Tarot, niveau des épreuves et des grandes vertus.

loups furieuxOn reproche aussi à La Lune d’être l’Atout de l’animalité, de l’instinctif, du pulsionnel. De fait, aucun être humain n’est présent sur la Carte, ce qui la rapproche de La Roue de Fortune. Mais, contrairement à cette dernière qui avant d’être une porte sur le Ciel ne fait que répéter indéfiniment les mêmes erreurs conformistes et sociétales, La Lune est salvatrice dans son lien à l’animalité. Elle rappelle à l’être humain qu’avant d’être un animal social il est un être vivant, obéissant aux règles de la nature, enracinées dans des pulsions et instincts nécessaires à la fois à sa survie et à son épanouissement individuel. C’est en s’enracinant dans la nuit, dans le ressourcement du sommeil, dans les messages des rêves que l’être humain pourra être enfin un être spirituel. Pour cela, il ne faut pas qu’il refoule son ombre ou l’animalité qui sont en lui mais les sanctifie par une reliance au Ciel. Ne pas perdre la femme sauvage en soi est une dimension essentielle de la réalisation de son humanité féminine.

Chien lunaire et Loups ont leur rôle à jouer dans cette Carte de La Lune : le chien est le gardien de la routine, des cycles, des répétitions rassurantes quand le loup est gardien du seuil, guide du passage d’un monde à l’autre, dévorateur et initiateur, berger qui emmène d’une vie morte à une vie vivante : « le loup se tient à l’orée d’un lieu où le Moi du patient doit accepter de mourir à ce qu’il est devenu pour naître à ce qu’il aurait dû devenir » (G. Romey, Dictionnaire de la symbolique, I). Aucune autre parole ne peut mieux faire comprendre ce lien profond que l’imaginaire fait entre le loup, la lune, la vie, la mort et la renaissance.

Enfin, beaucoup de tarologues évoquent le fait que la lune est un astre à la lumière dérivée, secondaire donc au regard du Soleil. De fait, dans ce quatrième Niveau du Tarot, l’Atout XVIII précède l’Atout XVIIII. La Lune en réalité rend le feu du ciel accessible à l’être humain. Ce feu du Ciel doit être médiatisé avant d’être supporté. Ainsi, La Lune, astre du passage, fait le lien entre L’Étoile qui symbolise l’humanité apte à recueillir les émanations du Ciel. Et après avoir recueilli la musique des sphères, et la lumière astrale, l’âme humaine qu’incarne L’Étoile recueille la rosée argentée de la Lune. Ce n’est que dans un second temps qu’elle recueillera la rosée dorée du Soleil. Ce fait exprime une réalité évidente : c’est souvent la nuit que se fait la digestion de la vérité, que celle-ci s’élabore de manière à être supportée par le rêveur et par les prises de conscience qu’il va faire après avoir compris le sens de son rêve. Les grandes inventions de l’humanité, les grandes intuitions de la vie humaine doivent tout à la tendre sollicitude de la Reine du Ciel, de l’astre lunaire qui est la Médiatrice entre l’humanité et le divinViergeMarielunaire.

En lien avec le premier Niveau du Tarot, La Lune parle de la mère biologique, de la famille, de la communauté familiale. Elle renvoie aussi au corps de la femme, à ses rythmes, aux règles, mais aussi à l’instinctif du corps humain, à son enracinement dans la nature et la vie. Elle rappelle la fécondité féminine et peut être indicatrice de conception.

En lien avec le second Niveau du Tarot, La Lune évoque les métiers de la nuit, métiers liés aux eaux dormantes, aux eaux fermées, à la mer. Elle renvoie à l’élevage des crustacés, des loups, des chiens. Elle parle de déménageurs.

En lien avec le troisième Niveau du Tarot, La Lune peut être indicateur d’illusions, de brouillards, de perte de repères, de folie même, et de débordement pulsionnel. Elle invite à rétablir l’équilibre entre l’imaginaire et la compréhension rationnelle. Elle oriente vers l’apprentissage de l’interprétation symbolique.

Et de même, si La Lune peut renvoyer à la souffrance infinie de celui ou de celle qui n’a pas eu une bonne mère, elle invite à se lier à la Mère divine et à ses plus belles représentations religieuses et culturelles.

gaia2Enfin, si La Lune renvoie à la sorcière, à la femme sauvage, ce n’est jamais pour nous conduire à les rejeter, mais au contraire pour savoir tirer d’elles les enseignements essentiels dont elles sont porteuses.

En lien avec le quatrième Niveau du Tarot, La Lune parle de Gaïa, notre Mère terre. Elle parle d’Hecate, de Kali, de la sauvage Artémis, sœur du Soleil Apollon.

La Lune est Shakti et Devi. Elle est la Mère universelle de tous les êtres. Elle est la Dame de tous les Peuples. 

 

(merci à Passerelle éco, le chant des arbres pour ces très belle représentation de Mère divine et de Gaïa  )                       



Atout XVII- L’Étoile

L’Étoile

Atout XVII

Foi, mystère sacré, destinée

La Vierge aux grâces et au manteau étoilé

Chant des étoiles, bain de lumière stellaire

Intuition et clairvoyance

Simplicité d’être

Anima, féminité virginale et maternelle

Service, don, altruisme

Vulnérabilité, servitude et humiliation

 17 Etoilenuit

 

Le deuxième Atout du dernier Niveau du Tarot est l’un des plus beaux. Il s’agit de L’Étoile. C’est un Atout de la Nuit, du Mystère sacré, de l’Anima, de la féminitude dans son éternelle virginité. Il n’est pas faux de le considérer comme l’un des Atouts les plus bénéfiques du Tarot, « Atout de la chance pure » disent certains taromanciens, car cet Atout parle effectivement des Bénédictions du Ciel au même titre que tous les Atouts du 5e Niveau, celui qui exprime les émanations du Ciel et la possibilité humaine de les recueillir.

Etoile-viellevilleCertains pourraient s’étonner de cette interprétation qui fait de L’Étoile un Atout cosmique où est en jeu des émanations du Ciel puisque c’est un Ciel étoilé et non un astre qui émet des gouttes de lumières qui est représenté là. Mais le Ciel étoilé des rêves est un Ciel qui offre un bain de lumière, une onde stellaire, et un chant d’étoiles. Regardez le très inspiré Tarot Vieville et son interprétation de l’Atout XVII : un savant, certainement un astronome ou même un astrologue, est assis sous un ciel étoilé, où une immense étoile suinte des gouttes de lumière, à l’instar de La Lune et du Soleil. 

Le dernier Niveau du Tarot est en effet en relation harmonique avec les Coupes et l’élément Eau qui n’est pas l’eau terrestre, mais la rosée spirituelle, l’eau qui s’épanche du Ciel pour nourrir la Terre de sa spiritualité. Avec L’Étoile, nous avons le seul Atout qui traduit très clairement cette réception de la pluie stellaire, de l’onde divine, puisque la jeune femme possède deux vasques remplie de cette eau divine dont elle épanche le précieux contenu dans l’eau et le sol de la Terre.

L'Etoile-sforzaComme aucun autre Atout, L’étoile est, de ce fait, signification du destin ultime de l’être humain : faire le lien entre le Ciel et la Terre, devenir le Gardien et le Protecteur de la biosphère, créer et entretenir l’Eden, ce Jardin céleste et terrestre à la fois que seule l’individualité sainte peut en effet servir. L’Étoile est la Jardinière divine du Tarot. 

Si L’Étoile est à même de devenir ce Serviteur du divin (on la voit un genou à Terre, le genou droit et non le gauche : elle ne sert pas le Roi, le pouvoir politique, mais le divin lui-même), c’est parce qu’elle a renoncé aux expressions égotiques de son être. L’Étoile est une altruiste. Appartenant à la Verticale de l’altérité, elle ne représente le plus haut aboutissement. Après avoir porté l’altérité en soi avec La Papesse, après l’avoir aimé dans son exotisme avec Le Chariot, après avoir appris à supporter son oppression sans se perdre soi-même avec Le Pendu, L’Étoile a appris à Servir et à Aimer. Elle répand sur le monde le flux de sa compassion et de sa tendresse. 

Elle  fut libérée des obsessions égotiques et de la volonté de contrôle par La Maison Dieu. Nue, elle incarne la Simplicité sainte. Entièrement tournée vers la gauche, elle est Méditation et Prière dans son activité même. Elle est Marthe parce que Marie. Et cette oraison qui l’accompagne en tout ce qu’elle fait l’a conduit à l’acceptation la plus parfaite de son destin. Elle n’a nul besoin de le contrôler. Elle a acquis tout ce que Le Pendu a su comprendre de la réalité et désormais, elle a les mains libres pour agir en fonction de ses intuitions fulgurantes et profondes. Elle a la foi et celle-ci s’enracine dans sa confiance absolue dans sa mission sur Terre.

3e oeilLe corps de L’Étoile et son Moi ont été ouverts aux émanations célestes. Et en son être, pénètre les énergies stellaires, symbolisées par la Couleur bleu nuit, bleu presque Indigo, bleu du chakra du troisième œil qui donne la connaissance intuitive et même la clairvoyance. Ce chakra n’est ouvert que quand l’être humain accepte de s’en remettre entièrement à une destinée imprévisible et à sa bonne étoile. Il obtient alors la connaissance véritable. Il voit. Il a les yeux ouverts. Il sait. D’où cette représentation du chakra frontal par un oeil.

Le Serviteur du divin n’a plus jamais peur, n’est plus jamais humilié quoiqu’il arrive, n’est plus jamais en colère. Il sait que tout son être Sert la vérité, la connaissance, l’action juste, le bien. Il agit en étant les mains du Seigneur dans la tendresse, la compassion maternelle. L’Étoile est en effet l’Atout liant le virginal au maternel.

Écoutons ce que dit G. Romey des rêves de Ciel étoilé : « Un ciel de nuit bleue, plein d’étoiles, est un vaste manteau de mystère offrant au regard la contemplation de l’impénétrable. » Un tel rêve de nuit étoilée est rêve de musique des sphères, et les étoiles du ciel emmènent vers la foi, de laquelle la confiance en sa destinée est toujours l’expression la plus sûre : le Ciel étoilé, en effet, « rétablit un rapport de confiance avec le Mystère ». L’étoile toujours montre le chemin. Elle rend l’être à sa simplicité et lui ouvre la porte de la véritable liberté. On ne peut se tromper en suivant sa bonne étoile. Celle-ci ouvre le chemin et mène à la sagesse. C’est un symbole évident de Vénus, mais avant elle d’Ishtar, la Déesse mésopotamienne qui a inspiré l’image d’Ashéra, la Déesse compagne de Yahvé avant l’instauration du monothéisme hébraïque. Comme Ishtar, L’Étoile du Tarot a huit branches. Elle est le guide de tous les bergers et de tous les voyageurs.

En tant qu’étoile du matin et étoile du soir, L’Étoile est aussi ce qui fait le lien entre le jour et la nuit et, dans le Tarot, entre La Lune et Le Soleil qui vont suivre. Entre ces deux mondes et leurs valeurs opposées, elle est fille qui rend le flux des informations possibles. Elle éclaire Le Soleil des intuitions de la Nuit et de La Lune, et elle permet à celles-ci de s’exprimer dans le monde solaire de l’action et de la réalisation.letoile (1)

En acceptant l’imprévisibilité du devenir, expression de la liberté divine elle-même, le rêveur renoue avec la féminité de son âme, son anima. Et tout en lui devient onde : « L’étoile du rêve dit la Source primordiale et le flux de vie qui composent un destin. Elle est du monde de l’humide. Elle est eau, femme, animal. Sa lumière est une lumière qui baigne » rappelle encore G. Romey. Sa longue chevelure ruisselle sur son dos et rejoint l’eau de la rivière. Dans cette humidité féminine et spirituelle, elle a su recueillir l’eau stellaire pour la répandre dans la rivière (l’eau de la terre, les émotions) et sur la terre (les réalisations concrètes), et ainsi transformer la Tour en Arbre de Vie, et la verticalité humaine en verticalité qui entraîne la totalité du monde naturel dans ce lien entre le Haut et le Bas.

Mais bien sûr, L’Étoile bien qu’Atout merveilleusement béni, comporte des significations propres au Niveau III du Tarot, Niveau en lien avec les Épées et l’Air, Niveau des épreuves et des vertus humaines issues de ces épreuves. L’Étoile parle alors de la grande vulnérabilité d’une personne incapable de voiler ses intentions et sa bienveillance et qui se heurte aux manipulations, mensonges, et violences d’autrui. Si elle est protégée, elle est aussi en butte à de nombreuses épreuves qui l’a rapprochent du Pendu, son prédécesseur dans la Verticale des II. Serviteur du Divin, sa foi la protège alors de l’amertume et du désespoir. 

N’oublions pas aussi que le complémentaire de L’Étoile est L’Empereur : sans la réalisation concrète que représente ce dernier, sans la force mâle de celui qui impose sa loi au monde, L’Étoile reste dans les rêveries de la nuit et ne parvient pas à sortir de son seul élan spirituel. L’Étoile tend, si elle ne trouve pas en elle la force de son complémentaire L’Empereur, à rester une sorte de Pierrot lunaire, étourdi, un peu perdu dans le monde réel. Elle reste alors Marie, celle qui prie, sans parvenir à être Marthe, celle qui Sert dans le monde concret. 
o-ARIELLE-DOMBASLE-PETA-570

En lien avec le premier Niveau du Tarot, L’Étoile parle de la jeune fille éternelle, de ces femmes qui ne peuvent jamais sortir complètement de l’adolescence, de celles qui sont liées à leur Mère pour toujours, qui n’ont donc jamais d’enfants, dont le destin est d’être la tante parfaite, l’amie de sa mère, la femme enfant de son amant. Ce n’est pas une femme qu’on épouse ou alors c’est une femme qui ne peut évoluer vers la maternité. En vieillissant, elle reste lune éternelle vieille jeune fille. Elle est bien plutôt destinée à être la maîtresse d’un amant plus âgé. Pour advenir à la plénitude de son destin et sortir de l’état de jeune fille, il lui faut rencontrer Le Père et l’homme (par une psychanalyse ou en se mariant avec l’amant et en ayant des enfants).

En lien avec le second Niveau du Tarot, L’Étoile renvoie aux métiers liés à la féminité adolescente, mais aussi à ceux qui traitent de l’eau (travail sur les rivières et fleuves comme pénichiers), de la nature (agriculteur), des oiseaux (ornithologue par exemple). Les métiers de la nuit sont possibles aussi. L’art est en jeu parce que la beauté de la jeune fille renvoie aux peintures et sculptures.

cendrillonEn lien avec le troisième Niveau du Tarot, L’Étoile indique une période de grande vulnérabilité, un manque de souci des apparences, une trop grande transparence de soi. On ne sait pas se protéger. Il faut apprendre à revenir à La Papesse et à son message : savoir se préserver du regard d’autrui. 

L’Étoile renvoie aussi à une idéalisation coupée de toute réalisation. Il faut désormais passer à l’action.

Enfin, l’Atout XVII parle d’humiliations, de vexations, de blessures d’amour-propre, et souvent d’exploitation et de servitude.

Dans l’univers patriarcal qui fut celui de l’ère de Bâton et qui reste en partie celui de l’ère des Épées, les femmes sont toutes des Étoiles entrées dans une servitude, une humiliation, une non-reconnaissance de leur valeur terrestre et spirituelle invraisemblable. Ventres reproducteurs à la filiation des fils, servantes de leurs époux et de leurs fils, esclaves sexuelles, elles ont enduré une aliénation de leur féminité durant plusieurs millénaires.

Mais nous sommes en passe de quitter l’ère d’Épée et d’entrer dans l’ère des Coupes. Alors la féminité ne sera plus un poids et un enfermement, mais le moyen d’une révélation et d’un sacerdoce spirituel qui feront des femmes les guides des hommes, de leur fils, de leur frères, de leur compagnon de vie, de leur amant. Toutes alors seront proches de la Bien-Aimée du Cantique des cantiques. 

Les grandes vertus qui ressortent de ces longues épreuves et qui seront transmises aux hommes, ce sont l’humilité sans humiliation, mais aussi la franchise et la droiture sans exposition à un excès de vulnérabilité.

Mexico-ND-de-Guadalupe-vierge-gros-plan--2-En lien avec le quatrième Niveau du Tarot, L’Étoile parle de l’âme humaine dans sa relation avec le mystère de sa destinée. Elle est aussi le symbole de la Vierge divine qui, dans la religion chrétienne a pris la forme de Marie, mais qui existe dans d’autres cultures. Ainsi, elle est Perséphone pour les Grecs, et Proserpine pour les Romains, cette Déesse essentielle aux mystères d’Éleusis. 

D’où cette désignation ancienne qu’on trouve aussi dans Convers par exemple : Le Toille. La Toile qui entoure le corps nu de la jeune vierge de l’Atout XVII n’est autre que le manteau étoilé de Marie. Cette jeune fille est, en tant qu’âme humaine, en tant que représentante du Féminin sacré dans sa virginité immaculée, l’éternelle Vierge qui est aussi la Mère divine la plus tendre. Toujours accompagnée de l’oiseau car il fait le lien entre le Ciel et la Terre, entre la vie, la mort et la renaissance, qu’il soit rapace noir dans les religions anciennes, colombe blanche dans la religion chrétienne. La Vierge sainte est celle qui offre au monde l’Eau céleste de vie, l’onde qui permet de revivre en accord avec sa destinée, l’onde qui sauve. N’oublions pas l’importance, pour les Apparitions de la Vierge Marie, de ce flux de grâces qui toujours se répandent de ses mains au monde. C’est L’Étoile éternelle de tous les Peuples. 17 Etoile

Nous avons privilégié le bleu nuit pour illustrer L’Étoile, mais nous voyons que le choix de Pamela Smith d’un bleu turquoise pour signifier le Ciel et le manteau de Marie est parfaitement légitime : cette couleur turquoise qu’on retrouve sur les Bouddhas et en Iran est le symbole de la guérison spirituelle et physique, ainsi que de l’amour inconditionnel qui sont les attributs de la Vierge Marie dans la vision chrétienne de la Mère divine. c’est aussi la couleur du ciel à l’aurore, quand l’étoile du matin, fille astrale, fait le lien entre sa mère, La Nuit-Lune, et son père, Le Jour-Soleil. 

Comment terminer ce petit moment passé avec L’Étoile sans offrir une prière à la Puissance féminine virginale et maternelle, et qui offre à l’humanité refuge, protection et consolation. L’Étoile est la médiatrice par excellence. L’énergie qui permet à  l’humanité de supporter le feu du Ciel pour en répandre la semence sur la Terre. 

Mère divine, Mère de tendresse et d’amour,

Étoile du matin et Étoile du soir,

Rose parmi les roses,

Guide, Protectrice et Bienfaitrice de l’humanité,

Sois infiniment remerciée pour le flux ininterrompu de  grâces que tu offres à l’humanité depuis toujours et pour toujours,

Ainsi que pour ton amour maternel miséricordieux.

Libère l’humanité de la guerre, de la corruption, des effets pervers de la mondialisation et de la finance, de l’injustice, de l’envie, de la maladie, du désordre climatique, de ses causes et de ses effets. De l’obscurantisme, tout comme du manque de foi et de spiritualité. Ainsi que de tout ce qui l’accable.

Ouvre maintenant le coeur de tous les êtres humains à l’Esprit saint de Jésus et au flux de tes grâces.

Que chacune et chacun connaisse et accomplisse sa mission sur Terre dans la joie, la santé et le bonheur et la bonté !

Que chaque peuple soit heureux de former avec tous les autres cette humanité une, et arc en ciel, que tu désires !

 

 

 



Atout XVI-La Maison Dieu

La Maison Dieu

Atout XVI

La Porte du Ciel, la Tour

L’inversion des points de vue

La Révélation, l’Illumination

La Transfiguration

L’Épreuve majeure

16maisondieu 

La Maison Dieu est l’Atout qui pose le plus de problèmes d’interprétation. Certains y voient un feu d’artifice, une fête nationale, le 14 Juillet, une manne céleste, un coup de chance incroyable, un trésor qui bombe du Ciel… et d’autres la Tour de Babel, la catastrophe radicale, un cataclysme naturel, et d’une manière générale le coup de sort qui tombe sur la tête du consultant comme la foudre du Ciel pour détruire sa vie et ses espoirs. Et rien, dans la seule iconographie de la Carte, ne nous permet de trancher entre ces deux interprétations tellement opposées. Pour pouvoir interpréter de manière juste cet Atout, il est donc nécessaire, encore une fois, de le situer dans le Système en 4×5 et comprendre la signification du nombre XVI.

Tout d’abord, il s’agit de l’Atout le plus élevé de la Verticale des I. Il nous parle donc, au sein du cheminement de l’individualité humaine en construction, de la dernière étape, avant que la Réalisation parfaite engagée par la voie initiatique s’exprime dans le dernier Atout du Tarot qui est aussi un Atout où le I est en jeu : Le Monde, Atout XXI. Ce n’est pas un hasard si La Maison Dieu se trouve au-dessus de La Force dans cette Verticale des I : alors que l’individualité représentée par l’Atout XI est fermement installée dans son être (contrairement à L’Amoureux divisé, partagé, tiraillé entre les influences contradictoires qui sont en lui), cette individualité arrivée au Niveau des Calices qui recueillent les émanations du Ciel et la rosée spirituelle doit désormais s’ouvrir au divin. C’est ce que représente l’iconographie de la Tour qui, dans le Tarot de Marseille classique (Conver) est solide, ferme, parfaitement linéaire dans sa verticalité, mais voit sa couronne crénelée ouverte sur le Ciel : la Tour est ouverte et peut recevoir toute la rosée spirituelle qui tombe en pluie du Ciel. 

as-de-coupeLa Maison Dieu est aussi l’Atout qui commence le dernier Niveau, le 4e Niveau du Tarot qui est en relation harmonique avec les Coupes. Tous les Atouts de ce Niveau sont en effet des Calices permettant de recueillir les émanations du Ciel, des émanations très visibles sur les iconographies des Atouts à partir de l’Atout XVI. Ce sont les Grâces et l’aptitude humaine à les absorber que représentent tous les Atouts du dernier Niveau du Tarot. Dans ces conditions, ils ne peuvent jamais être interprétés comme des Cartes négatives. Mais bien sûr, comme toute Carte, les Atouts-Calices obéissent aux quatre Niveaux d’interprétation et ont donc, parmi les significations familiales et corporelles, sociétales, et enfin spirituelles des significations d’épreuves et de la construction de vertus correspondant au 3e Niveau du Tarot en relation harmonique avec les Epées.

Cet Atout de l’Individualité humaine en construction manifeste par son Nombre, le XVI, qu’avec lui tout de la Terre est en place, mais qu’en ce qui concerne le Ciel, un seul Calice est ouvert. Ce dernier est représenté par le premier V, c’est celui de l’aspect mâle du Ciel (ou terre du Ciel qu’incarne aussi, dans les Nombres, l’élément Air et qui est issue de la digestion des grandes épreuves de la vie humaine en une vertu essentielle). Le deuxième Calice, celui qui permettra de recueillir les émanations du Ciel, est à construire, et cette construction qui se termine avec l’Atout XX commence avec La Maison Dieu.

C’est en ayant en tête le croisement de la Verticale des I avec ce 4e Niveau du Tarot, et en n’oubliant pas la posture de première Carte de ce dernier Niveau du tarot que nous pouvons aborder en toute sécurité l’iconographie pour l’interpréter. Que voyons-nous ? Quels éléments doivent être immédiatement et objectivement saisis dans cette iconographie ? Quatre éléments essentiels (n’oublions pas que le XVI est un 4×4, le nombre quatre est redoublé quatre fois) ressentent de la Carte : une Tour d’abord, deux personnages dans une posture inversée (les pieds dirigés vers le ciel, les mains sur le sol), des boules multicolores qui tombent du Ciel, une plume ou série de plumes qui relie (nt) le haut ouvert de la Tour au Ciel.

Que signifie la Tour ? C’est une construction en pierres, souvent carrée, très élevée. C’est une image qui est l’exacte représentation du XVI en tant que 4 fois 4. Or, le 4, représenté dans le Tarot par L’Empereur, est comme les édifices en pierres symbole de frontière, solidité et base. Il est le fondement du carré, lui-même fondement de la Tour. Le seize, carré de quatre, indique dès lors « l’accomplissement de la puissance matérielle » rappelle le Dictionnaire des Symboles Chevalier et Gheerbrant. La solidité, la fermeté, mais aussi la fermeture et la pesanteur sont les expressions de ce nombre seize en tant que 4 fois 4.

La Tour est encore un symbole d’élévation : elle est une construction humaine qui relie la terre au ciel en ligne droite, semblable à cet avant-dernier « I » qu’on voit dans le Nombre XVI. En ce sens, il est bon de rappeler ce que signifie le nom « Babel » de la Tour de Babel biblique : « la porte du Ciel ». Faut-il s’étonner dès lors de ce nom « Maison Dieu » ? La Tour de Babel dans son sens initial, c’est-à-dire avant l’interprétation hébraïque était un Temple habité par le divin. Cette ziggourat mésopotamienne était construite en étages de plus en plus étroits incarnant les Cieux et les planètes : Saturne, en noir à la base, Jupiter avait son séjour dans l’étage dédié au blanc, le rouge était habité par Mercure, le bleu par Vénus, le jaune par Mars, l’argent par la Lune et l’or au sommet était dédié au Soleil. Cette Tour avait pour objectif de permettre aussi bien la descente des dieux sur la terre que la montée des hommes jusqu’au divin.  

Zigourate de BabyloneBien évidemment quand on sait l’importance des couleurs dans les ziggourats mésopotamiennes et leur symbolique stellaire, on comprend mieux le sens de ces boules tombant du ciel. N’oublions pas que le cercle et la sphère s’opposent directement au carré et au cube, le cercle et le carré étant avec la croix et le centre l’un des quatre symboles universels fondamentaux. Alors que le carré indique la séparation et la frontière, le cercle parle d’absence de distinction et de division. Selon le Dictionnaire des symboles, « le cercle symbolise l’activité du ciel, son insertion dynamique dans le cosmos ». Il rejoint les symboles de la divinité penchée sur la création et lui donnant vie. Très clairement, nous avons là une descente des émanations stellaires et célestes sur la Terre que symbolisent ces « confettis » dessinés sur la Carte. Il ne s’agit pas du tout d’une explosion de la pierre et de la Tour, mais d’une imprégnation divine qui se répand sur toute la terre, grâce à ce lien entre le Ciel et la Terre que représente la Tour, ce Temple dédié à la communication entre les hommes et le divin.

Rainbow Website Banner HeaderChaque couleur de ces gouttes d’eau traversées de lumières représente un aspect du divin : lorsque la lumière blanche passe à travers le prisme de la rosée terrestre, elle devient couleur. Cela symbolise la diversité culturelle et il est aisé de donner une couleur à chacune des grandes ethnies ou communauté culturelles. Ainsi le bleu de la Vierge, le bleu de France, est la couleur préférée des Européens. On le retrouve dans le drapeau américain. C’est la couleur de l’Occident. Le vert bien aimé du Prophète est symbole de l’Islam. L’orange safran est la couleur de l’Inde et des deux religions nées sur son sol et alentours : l’hindouisme et le bouddhisme. Le Jaune solaire est celle de l’Afrique, tout comme le rouge incarne la spiritualité athée de la Chine tout comme des pays anciennement soviétique tant qu’ils s’interdisaient les croyances religieuses (premier pays athée au monde) etc. Chaque couleur peut croire, un temps, qu’elle est à elle seule la totalité de la lumière. AInsi, l’Occident dit : « la lumière est bleue », les musulmans : la lumière est verte, etc. Mais La Maison Dieu le révèle : ces Temples, trop intolérants et fermés, finiront par être ouverts. Les religions vont se dépasser elles-mêmes, dans une tolérance qui accepte et reconnaît la valeur de  toute forme de spiritualité, à égalité avec la sienne. En se donnant la main, les êtres humains quelle que soit leur représentation religieuse reformeront la totalité de la Lumière qui n’est n’i rouge, ni bleue, ni verte. Pour la retrouver, il faut ouvrir, aérer les spiritualités et les faire communiquer, comme le montre ce Temple ouvert sur le Ciel et rayonnant toutes les couleurs. 

PlumeCette interprétation est corroborée par le symbole de la plume qui est lui aussi opposé à la pesanteur que contiennent le nombre 4 et l’image de la pierre. La plume résume l’oiseau qui lui-même résume le lien entre la terre et le ciel, la possibilité d’une élévation sans pesanteur, d’une merveilleuse légèreté. Or cette plume ouvre le haut de la Tour, sa couronne en quelque sorte, permettant aux émanations célestes d’y entrer. Nous avons-là exprimée la transmutation alchimique : quand la pierre devient philosophale, emplie de lumière, investie de divinité. Cette Maison Dieu est dès lors le Temple universel ou la Cathédrale suprême (pierre remplie de lumière, pierre aérienne, pierre libérée de la pesanteur) qui s’opposent aux religions révélées dans leur rigorisme lourd et antispirituel. Le prêtre, rabbin ou imam disparaît et fait place au berger véritable comme le montre clairement le très inspiré Tarot Vieilleville, celui à qui Dieu délègue véritablement une partie de son autorité, parce qu’il est un véritable guide spirituel. N’est-il pas intéressant que dans la cure en rêves éveillés libres, tels que nous les XVIvieville (1)présente G. Romey, le personnage du Berger intervient quand la personnalité est prête à abandonner « l’attitude de compétition exacerbée » qu’incarne précisément l’image de la Tour ? La Maison Dieu indique la fin des guerres de religion. Alors, le véritable lien entre l’homme et le divin cesse d’être une tour, même une tour ouverte sur le haut et allégée, remplie de lumière. Il s’incarne dans l’arbre sacré, le poteau divin, le symbole vivant et le plus ancien du lien entre la terre et le ciel. Un arbre qui va se retrouver dans l’Atout suivant, L’Étoile, mais que symbolise aussi les personnages de La Maison Dieu.

12penduReste à comprendre, en effet, la posture inversée des personnages de la Carte : deux individus, tournés l’un vers la droite, l’autre vers la gauche, l’un visible tout entier, l’autre par le haut du corps seulement, ont les mains sur la terre et les pieds dans le ciel. Nous n’ignorons pas la signification, dans le Tarot, de cette posture inversée puisque nous l’avons rencontrée avec Le Pendu. Mais, ce dernier était pieds et poings liés. Il était confronté à la verticalité par l’impuissance de l’horizontalité. Ces deux personnes ont au contraire toute leur puissance, puisque leurs mains sont visibles, agissantes et agissante dans ce monde matériel (leur couleur est de chair). Mais ces mains qui agissent sur la matière (elles sont posées sur la terre) le font dans la plus parfaite des inspirations puisque les racines de leur être (les pieds) sont du Ciel et non de la Terre. Les pieds sont donc jaunes, c’est-à-dire solaires et non plus rouges (comme ceux du Mat, de L’Empereur, de l’Amoureux, et du Pendu lui-même), jaunes comme ceux du Bateleur, parce que la potentialité solaire que contient ce dernier est enfin réalisée.


arbre
C’est ce qui explique aussi la raison pour laquelle beaucoup d’arbres de vie se sont incarnés, comme symbole majeur de la spiritualité humaine et dans de nombreuses cultures, dans un arbre inversé : les racines sont celles du Ciel, les fruits sont ceux qui, nourri d’une sève spirituelle, sont néanmoins pleinement terrestres. L’arbre inversée fait circuler les énergies du haut et du bas pour réaliser l’Eden sur Terre, ce Jardin à la fois du Ciel et de la Terre. 

Les deux personnages, en outre, se partagent l’orientation droite-gauche parce que peu importe qu’ils soient femme ou homme, introspectifs ou actifs, c’est toujours la même spiritualité qui agit en eux et par eux. A eux deux, comme l’ensemble des symboles de cette Carte, ils incarnent la réconciliation des contraires : terre et ciel, droite et gauche, féminin et masculin, carré et cercle, pierre et plume, pesanteur et légèreté, matérialité et spiritualité, etc. 

En tant que liée au premier Niveau du Tarot (corps, famille), La Maison Dieu parle de révélations familiales, de prises de conscience salutaires, de libération à l’égard des coutumes et mœurs oppressantes.

Il peut s’agir d’une guérison subite d’un mal ancien, d’un allégement, d’un amincissement brutal par un repositionnement dans la relation à la nourriture.

Elle parle aussi de l’habitat avec soit une impression de surdimensionnement, de pesanteur, de lourdeur, ou au contraire d’un lieu investi par la lumière.

En tant que liée au second Niveau du Tarot (investissement sociétal), La Maison Dieu parle de bâtisseurs, de maçons, de constructeurs, de superstructures, de poseurs de fenêtre et de toits, de métiers liés aux plumes (matelassiers costumiers), mais aussi des métiers qui conduisent à des prises de conscience (thérapie familiale, psychanalyse), à des révélations (enquêteurs). Terrassiers, métiers de l’explosif.

Cette Carte renvoie aussi aux métiers de l’acrobatie, aux artificiers, etc.

Par son nom de Maison Dieu (proche du terme Hôtel Dieu, la maison initialement destinée à l’accueil des pèlerins puis au soins des pauvres, des malades, des handicapés, lepreux, etc. et qui se trouvait toujours accolée à la Cathédrale médiévale), cette carte renvoie à l’hospitalisation et à l’enfermement, ainsi qu’aux métiers de soins médicaux en maison hospitalière, mais aussi la maison de retraite, et tout bâtiment collectif où l’on séjourne sans pouvoir aller et venir à sa guise. 

piemontais (16)En tant que liée au troisième Niveau du Tarot (épreuves et grandes vertus), La Maison Dieu évoque les épreuves qui finissent toujours par une réforme intérieure très bénéfique. Ainsi, on peut retrouver là cette notion de châtiment divin qui est liée à la Tour de Babel biblique, mais en n’inversant complètement la signification de ce châtiment divin : ce n’est pas parce que les hommes cherchent à s’élever jusqu’au divin qu’ils sont punis, mais parce qu’ils tendent, dans leur quête spirituelle ou leur relation à la religion à être figés, oublieux de leur incarnation terrestre, divisés, compétitifs, croyant que le divin leur appartient (parlant de « leur dieu » comme d’une possession).

Et s’ils subissent une épreuve majeure, de type cataclysmique, c’est pour qu’ils aillent non vers la division (la perte de la langue commune que raconte la Bible hébraïque), mais au contraire vers l’unité, la simplicité, la conscience que si Dieu existe il ne peut pas faire autrement de par sa nature divine même qu’aimer tous les êtres humains dans la plus parfaite égalité. Le but est donc plus de conscience, plus d’unité, plus d’amour, plus de lumière.

Retenons surtout cette idée essentielle : La Maison Dieu est un Atout éminemment positif. Certes, il prend souvent la forme d’une épreuve majeure, mais soyez assuré que celle-ci sera réussie et finira par alléger la vie de l’individu, le débarrasser des pesanteurs inutiles, des structures étouffantes de sa vie, et le mènera à la simplicité d’une vie de berger, guidé par les étoiles, ayant lui-même appris à guider avec amour son troupeau.

Alors, oui, la notion de Châtiment divin est bien incluse dans cet Atout, mais ce châtiment est une bénédiction, une manifestation de l’Amour divin pour sa Créature. Il a pour but non d’humilier, non de rabaisser, non de briser, mais de purifier, d’élever, de ramener l’individu enfermé dans sa tour d’ivoire égotique et égoïste, dans ses peurs, dans ses certitudes religieuses mortifères, à sa destinée de confiance et de simplicité qui est celle de toute âme qui se laisse guider par les étoiles. 

C’est en grande partie la signification de l’Atout complémentaire de l’Atout XVI : Le Pape. Celui qui a la chance d’avoir rencontré La Tour et l’éveil spirituel qu’elle enjoint, devra devenir, lui-même, le berger d’un troupeau encore en chemin, tout comme Le Pape est l’enseignant spirituel par excellence du Tarot. 

Trasfiguration-fra-AngélicoCet Atout XVI enjoint enfin de cultiver en soi la parfaite confiance en son destin spirituel, et en l’amour du divin pour chacun de ses enfants. N’oubliez pas que la Tour est toujours cette antique Porte du Ciel qui est le sens véritable de ce symbole : elle ouvre sur le Ciel étoilé qui va suivre avec l’Atout XVI. 

En tant que liée au quatrième Niveau du Tarot (les émanations du Ciel), La Maison Dieu trouve sa signification la plus aboutie.

Elle parle alors d’illumination, de réalisation, de transfiguration, de transmutation, de spiritualisation radicale de la vie humaine. L’éveil a quelque chose de brutal et d’évident. C’est une radicale transformation du rapport au monde qui engendre un nouveau monde autour de soi. L’humanité royale est alors en jeu.

La Maison Dieu représente aussi le dépassement de toute religion, l’ouverture à la sacralité spirituelle quand l’humanité est capable de faire de l’ensemble de la Terre, un Temple sacré. 

 

 

 

Ps : merci pour l’arbre stylisé du site vivre ses racines.

 



Les rêves prémonitoires d’Yvonne Beauvais

Les rêves prémonitoires d’Yvonne Beauvais

Yvonne de beauvais

L’Église catholique possède peu de matériau prouvant l’existence d’aptitudes prophétiques de ses saints. Sans doute parce que la prédiction a été éjectée des religions abrahamiques très tôt, en même temps que s’installait une monolâtrie mâle à la faveur du seul Yahvé-dieu. Lorsque la religion juive de l’Antiquité précoce était dédiée au couple divin, à Ashéra, la déesse, et à Yahvé, son compagnon, la prédiction faisait intrinsèquement partie des pratiques sacerdotales, les devins et devineresses étant attachés au culte d’Ashéra. L’inquisition chrétienne a renforcé un mépris et une haine ancienne liant les dons divinatoires à la sorcellerie et celle-ci aux expressions d’un mal démoniaque.

Cependant, par un coup de chance, les nombreux rêves prémonitoires d’Yvonne de Beauvais furent écrits des années avant leur réalisation dans des lettres lues et annotées par le directeur de conscience de celle-ci, le Père Crété, un jésuite, qui finit par les donner à ranger dans les archives d’une mère supérieure. Ces lettres furent oubliées, avant d’être réclamées, relues et comprises comme des archives de rêves réellement prémonitoires des années plus tard :

« Quel trésor ! affirme-t-il alors et en 1943. J’en garde jalousement la propriété. Je les avais confiées à Mère Assistante il y a plus de 10 ans, pour l’avenir, sans songer à leur utilité présente. En 1922-1923, on ne comprenait rien à ces prédictions, et je n’y songeais plus du tout, non plus que Mère Yvonne-Aimée (…). »

Petite biographie :

Yvonne Beauvais est née en juillet 1901 à Cossé-en-Champagne. Elle a perdu son père très tôt, et sa mère étant institutrice, elle est élevée par sa grand-mère. Enflammée par la lecture de Thérèse de Lisieux, elle décida, enfant, d’être une grande sainte. En 1922, elle commence à voir Jésus avec lequel elle entre en dialogue. Elle devient religieuse à 24 ans, pris le nom d’Yvonne aimée de Jésus, connue aussi sous le nom d’Yvonne de Malestroit (du nom où se trouvait son couvent), et dix après seulement elle devient la mère supérieure de son couvent d’augustines.

Or, avant même d’entrer au couvent, Yvonne commençait à faire preuve de certaines manifestations parapsychiques (les plus connues sont les extases, la vision de Jésus et de la Vierge Marie, xénoglossie, stigmates,  bilocation) dont il fallait à tout prix distinguer si elles étaient bien d’origine divine (et non démoniaque).

Le père Crété demanda donc à la toute jeune aspirante à la sainteté qui avait 22 ans, de lui écrire tout ce qu’elle vivait sans rien lui cacher, y compris les rêves qu’elle faisait.

Ces rêves déconcertaient la jeune Yvonne qui aimerait bien dit-elle dans ses lettres échapper à toutes ces manifestations paranormales qui l’accablaient « je voudrais être comme tout le monde » écrivait-elle ainsi en octobre 1922). Mais obéissant strictement à son directeur de conscience, elle  raconta en détail tout ce qu’elle vivait et rêvait, se plaignant aussi de ne rien comprendre aux songes qu’elle faisait.

Minolta DSCVoici par exemple quelques passages du rêve d’Yvonne qu’elle raconte dans sa lettre du 18 août 1922 :

« (…) je me voyais assister au sacre d’un évêque dans une église que je ne connais pas, et Jésus disait : “Cet évêque sera bon pour toi, et toi, tu le soutiendras par tes prières et sacrifices, surtout quand il sera dans le pays de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus.”

(..) Je me vis aussi en prison et un Ange venant me délivrer. (…) »

Cet évêque se trouva être Mgr Picaud dont le sacre eut lieu à la basilique Sainte-Anne d’Auray le 1er juillet 1925, trois ans donc après ce rêve. Or cet homme fut aussi  l’un des principaux soutiens d’Yvonne, notamment dans ses épreuves. Il devint l’évêque de Lisieux de 1931 à 1954.

Et en 1943, Yvonne s’est bien trouvée emprisonnée par la Gestapo et elle ne dût sa délivrance qu’à une intervention du Ciel bien mystérieuse, un homme qu’elle appela son ange gardien, et qui disparut ensuite, la tirant d’affaire au moment où elle allait être embarquée pour l’Allemagne.

 

 Quelques passages de la lettre du 28 octobre 1922 :


nazi_march_
« Cette nuit, je voyais des démons répandus sur toute la Terre. Je voyais, comme un globe lumineux, le monde tourner. (…) Je vis des hommes habillés avec un drôle de costume, je voyais surtout qu’ils avaient un grand ruban : certains bleus, certains rouges et noirs, avec de très grosses médailles, mais ces décorations étaient maniées par des démons, tournant autour de ces hommes.

Je voyais de ces hommes et ces démons dans toute la Terre, faisant le mal. Ils maniaient beaucoup de sacs d’or et je voyais des pièces d’or comme du feu. Je ne puis vous dire l’impression de tristesse profonde qui traversait mon âme pendant ce temps. Ensuite je voyais ces démons s’acharner sur l’Europe, puis des multitudes d’hommes se battre, se tuer, se déchirer, des foules immenses se sauvant devant des incendies, le feu descendant du ciel et courant sur la Terre.

Jésus quelque fois venait me rassurer et me dire : “souffre, prie, c’est en expiation. (…) Sur cette mappemonde, il y avait un gros chiffre : 17. Sur la France, j’ai vu un chiffre : 39. (…)

J’avais l’impression que ce tableau durait quatre à cinq années, puis d’un temps que je n’ai pu évaluer, après quoi, j’ai vu une France lumineuse, éclairant et pacifiant le monde. (…)

Mon père, quelle litanie d’absurdités, je vous raconte là.”

Bien sûr tout le monde aura reconnu là une incroyable prédiction de l’avenir. Le nazisme, la Seconde Guerre mondiale, l’entrée en guerre 17 ans plus tard, en 1939, la durée de cette guerre, les médailles nazies, les drapeaux rouges et noirs, la violence qui se déchaîne, l’uniforme allemand, les tueries… Puis la renaissance de la France, son rôle dans la construction de l’Europe et la réconciliation franco-allemande.

 

Lettre du 6 juillet 1923 :

Il me semblait que Jésus était près de moi. (…) Il me disait : (…) Tu seras accusée de mensonge par ceux qui auront cru en toi. Un de ceux-là, un religieux, plus orgueilleux et cruel que les autres, poussé aussi par le démon, te fera passer pour une fausse mystique, une créature du péché. (…) Accepte cette épreuve dès maintenant. Le temps de la calamité pendant lequel cette épreuve t’arrivera aidera puissamment à sauver le monde. Tiens-toi bien uni à Moi et prie pour que, fidèle à la grâce, celui qui te brisera redevienne un ami.”

En janvier 1943, un prêtre, qui l’avait beaucoup soutenu au départ, se retourne contre elle. Il l’accuse d’être une “fausse mystique” et prépare un procès pour qu’elle quitte le couvent.

Ce rêve est pour nous l’un des plus intéressant, car il montre que même pour Jésus, le futur bien que déjà dessiné, puisqu’Yvonne en a la vision, est créé aussi par l’activité présente et peut donc être changé. Ainsi, il affirme que si Yvonne prie beaucoup, dès le moment présent du rêve, c’est-à-dire dès 1922, et bien avant la trahison de ce prêtre, ce dernier pourra redevenir un ami.

 

Mère-Y.-DE-jesus2D’autres rêves suivent, certains bien connus. Ainsi, dans une lettre du 29 septembre 1923, Yvonne raconte comment elle vit “des avions jeter de gros cylindres sur les trains, sur les gares et détruire et incendier tout”. A cette époque, l’ampleur future du bombardement aérien n’était pas prévisible. Et le plus connu de tous, celui qu’Yvonne narre dans sa lettre du 25 mars 1929 : “J’ai eu cette nuit un songe curieux. Cette fois, je me demande si je ne suis pas à moitié folle : je me suis vue devant la Clinique avec beaucoup de religieuses autour de moi. Cela semblait être un jour de fête, il faisait beau. J’avais sur la poitrine, épinglées, 4 ou 5 médailles, dont la Légion d’honneur. J’étais au milieu des religieuses et semblais être leur Mère. Un grand officier vint vers moi me saluer.” Le 7 août 1949, toutes les religieuses sont rassemblées devant la Clinique, Yvonne Aimée portait déjà 5 décorations, dont la Légion d’honneur remise par le Général de Gaulle lui-même. Yvonne-Aimée, ce jour-là reçoit du Général Audibert, un des résistants rescapés grâce à l’action d’Yvonne-Aimée, la croix de guerre pour la Clinique.

 

Pour ceux qui continuent à douter des aptitudes prédictives de l’être humain, le cas Yvonne Beauvais est un cas incontestable qui devrait les faire sortir de leur doute. Pour plus de précisions, je vous invite à lire Prédictions de sœur Yvonne-Aimée de Malestroit de R. Laurentin qui est le biographe reconnu de cette grande sainte française. 



Agence Immobilière en Vallé... |
Change The World Together |
April Bowlby |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| Samrelou
| Kyandiyu.