Atout X-La Roue de Fortune

LA ROUE DE FORTUNE

Atout X

Cycles et répétitions

Conformisme, bêtise humaine

Animalité

Justice de la vie

Passer une étape essentielle

Humanisation, Individuation

roue-de-la-fortune

La Roue de Fortune est l’un des plus mystérieux Atouts et elle conserve, même après l’élucidation que représente sa posture dans la Structure du Tarot, et l’analyse du nombre X qui est le sien, cette signification de mystère. La tirer peut donc conduire à désigner une énigme à résoudre. Mais quelle énigme ?

Sachant qu’il s’agit du dernier Atout de ce cycle tarologique qu’est la Terre des Atouts, la Sphinge qui interroge le consultant, comme elle interrogea, en son temps, Œdipe pose une question qui ouvre la porte du Ciel : « que te faut-il comprendre pour que tu cesses de répéter, sempiternellement les mêmes erreurs, les mêmes errances qui te ferment les portes du Ciel ? »

sphinge_moreauSe souvenir de la question, bien connue, que la Sphinge posa au héros de Thèbes, peut aider à saisir le message de la Roue de Fortune : « qu’est-ce qui, au point du jour, marche à quatre pattes, avance à midi sur deux, et finit, le soir, sur trois jambes ? » La réponse d’Œdipe lui permit de rencontrer, pour la seconde fois, son destin, et d’entrer dans Thèbes en triomphateur. Mais ce succès se transforma en épreuve puisqu’en aveugle sur qui était pour lui la reine, il épousa sa propre mère, eut des enfants avec elle dont il était à la fois le frère et le père, et dut ensuite affronter cette vérité pour sauver Thèbes de la peste. Après s’être crevé les yeux, Œdipe erra aveugle, avec un bâton de pèlerin, et devint un sage, honoré dans la Grèce entière.

On le voit, la Sphinge mêla, à sa question énigmatique, l’essence de l’homme et la temporalité. Etre humain, c’est commencer à quatre pattes, comme un animal car on ne naît à l’humanité que d’une manière potentielle. Il faut, ensuite, la conquérir. Se relever et marcher à deux jambes, c’est verticaliser la relation au monde, c’est être enraciné dans la terre et avoir les yeux levés vers le ciel. Mais cela ne suffit pas, le destin de l’être humain c’est la sagesse et la spiritualité que symbolise, particulièrement dans le Tarot, le bâton du vieillard et du pèlerin.

« Sauras-tu entendre l’énigme de la nature humaine et réaliser ta propre reliance au Ciel ? » demande la Sphinge au Consultant. S’il n’en est pas capable, c’est alors le cycle de la Terre qui va se répéter, indéfiniment, et que symbolise la grande roue qui se trouve au cœur de l’iconographie de la Carte. Sur cette dernière, en effet, il n’y a que des animaux, mais des animaux en habits : cela signifie que la plupart des êtres humains restent très mécaniques, automatiques, réactifs, dans leurs comportements grégaires et conformistes (que symbolise bien le singe attaché à la roue). Leur intelligence reste entièrement encrée dans les besoins matériels. On notera avec intérêt que l’animal en train de monter sur cette roue peut aussi bien être un chien qu’un lièvre. Or ces deux animaux font figure de gardien du seuil. Le Chien est le gardien du seuil de l’autre monde selon de nombreux mythes. Et le lièvre est un passeur, et sa fonction est d’ouvrir « le passage entre le monde de l’apparence et celui de la réalité intérieure, entre le monde visible et les potentialités du devenir » (Dictionnaire de la symbolique de G. Romey).  Dans le Tarot, cet animal qui monte est doté de trois oreilles, l’une est celle qui permet d’entendre ce qui ne passe pas par le son audible habituel. C’est la voix de l’inconscient ou mieux celle du surconscient que le Lièvre grippant possède.

Roue de fortune chez Bocace

Le mouvement de la roue nous éclaire en effet : en bas de la roue, il tourne de gauche à droite, et en haut de droite à la gauche dans un mouvement qui est exactement contraire au mouvement de l’aiguille dans une horloge, comme si on remontait le temps. En réalité, ce mouvement inversé est le mouvement de la vie même : en bas, c’est-à-dire, dans le Cycle de la Terre qu’on vient de finir, il faut avancer de la gauche à la droite : aller du féminin passif au masculin actif, du réceptif à l’émissif, de l’imparfait au parfait ou, en langage de Tarot, des Deniers aux Bâtons. Mais à un moment donné, si on veut s’élever jusqu’au Ciel (que symbolise le haut de la Roue), il faut aller de la droite à la gauche, du masculin au féminin, de l’actif au réceptif, et de l’intellect au spirituel, ou encore, en langage de Tarot, des Épées aux Coupes. La spiritualité est en effet un renversement total des perspectives, comme le montrent deux Atouts essentiels du cycle du Ciel : Le Pendu et La Maison Dieu. Le féminin, le plus bas, le plus enraciné dans la Terre, se révèle aussi le plus élevé, le plus spirituel. « Es-tu capable de ce renversement des perspectives ? » demande la Sphinge au consultant. Il te faudra alors avoir les pieds en l’air : être enraciné dans la Ciel. Le singe prend alors une tout autre signification : il n’est plus le symbole du conformisme bête, mais l’acteur d’une libération psychique, d’une ouverture vers le mystère, le sacré.

Le X est le Nombre de l’Atout. Chaque X signale, dans le Tarot, qu’un cycle entier est accompli. Dans le X, nous avons deux V qui sont reliés l’un à l’autre au centre du X, l’un est un calice ouvert vers la Terre, l’autre vers le Ciel. Ces deux V liés de la Roue de Fortune se trouvent, au demeurant, dans le nom attribué à cet Atout : La Rove de Fortvne, comme une clé supplémentaire au décryptage de cette énigme entière qu’est le Tarot. Ce premier X des Atouts du Tarot indique que les deux Niveaux du premier Cycle de la Terre sont désormais liés l’un à l’autre : celui, le premier, du féminin de la Terre et celui, le second du masculin de la Terre (V+V). La vie familiale et la vie sociale sont l’essentiel de ces deux Niveaux que dessine le X. Chaque élément de ces deux vies sont en place, désormais, et dès lors, le consultant peut s’élever au troisième Niveau qui inaugure le Ciel des Atouts. Ce X qui la caractérise est à la fois le signe qu’un cycle complet est accompli, et une croix qui indique que le chemin est barré. Un chemin est barré, au sens où l’on ne pourra pas aller plus loin dans ce cycle de la Terre. Il  faut désormais élever les yeux, et regarder le Ciel.

Le fait que l’Atout XI soit la Carte complémentaire de  l’Atout X insiste sur ce fait : pour sortir du cycle de la répétition perpétuelle, pour advenir pleinement à son humanité, il faut accéder à sa propre individualisation. Il faut faire preuve de maîtrise de soi.

Verticale des VAu sein de la verticale des V, la Roue de Fortune a parfaitement sa place. Cette Verticale est en effet dédiée aux petits et grands maîtres spirituels, aux petits et grands éveilleurs de conscience, aux petits et grands Inspirés. La forme du V est en effet celui du Calice, et tous les V des Atouts sont des êtres en lien médiumnique au Ciel, d’une façon différente, cependant, des Coupes des Cartes numérales et des Honneurs. Les Atouts représentent les Essences éternelles de l’humanité, ils parlent donc d’archétypes. Et ceux qui sont en question dans les V, ce sont les êtres les plus charismatiques, ce et ceux qui lient les hommes à la communauté fraternelle et au Ciel. Après le prêtre (Le Pape) qui incitait ses ouailles à grandir en changeant de Niveau et surtout en allant voir ailleurs, en sortant de sa famille, de sa communauté, de sa contrée, de sa culture, de son pays… la Roue de Fortune est le grand Juge de la vie terrestre qui incite à changer de Cycle et plus seulement de Niveau. Il ne s’agit plus désormais d’aller se promener dans l’horizontalité d’une géographie ouverte, mais dans la verticalité d’une conscience en éveil. La Sphinge est une reine. Sa tête est couronnée, son pouvoir est total. C’est l’équivalent supérieur au Pape au sens où elle ouvre un nouvel horizon et un  nouvel espoir, mais elle est bien plus dure : la sphinge tient dans la main la même épée que la Justice et comme avec cette dernière l’épée penche, mais beaucoup plus et dans l’autre sens : sur la droite. Ici, pas de tendresse pour la faiblesse humaine, pas d’indulgence. La Sphinge a la dureté du Diable son équivalent supérieur. C’est la dure loi de la vie qui est en jeu, celle que les hindous et les bouddhistes appellent le karma et qui fait qu’on paie toujours exactement ses dettes. Son message est clair : ou bien on est capable d’élévation ou bien on est rejeté dans le flux de l’éternel retour du même. Faite d’un corps de lion et d’ailes d’oiseaux, la Sphinge est femme en partie. Elle réunit donc déjà en elle cette union de la Terre au Ciel qu’incarnera, de façon bien plus accomplie l’Atout du Jugement.

Quand on tire La Roue de Fortune, on peut être certain d’être à un tournant essentiel de sa vie : ou bien on régressera, parce qu’on n’aura pas su élever sa vision des choses, et on retournera au cycle antérieur, du fait de la répétition des mêmes erreurs, ou bien on va passer un seuil, celui de la spiritualité. Cet Atout indique toujours qu’il faut rassembler ses forces MAINTENANT pour trouver des réponses qui ne soient ni réactives, ni automatiques. Il s’agit d’inventer une nouvelle manière d’être au monde qui ouvre sa vie au Ciel.

Du point de vue du premier Niveau des Atouts du Tarot, La Roue de Fortune parle des animaux domestiques.

Du pont de vue du second Niveau, cet Atout X indique qu’un changement de vie est en cours. Il renvoie aux métiers d’élevage, mais aussi aux métiers en lien avec la rivière, le fleuve, les meules, les moulins, ainsi qu’aux métiers en lien avec les énigmes, les enquêtes (inspecteur de police) mais aussi à ceux qui favorisent un questionnement intérieur, une prise de conscience (juge, psychanalyste, prêtre, guru).

Du point de vue du troisième Niveau, la Roue de Fortune parle de karma, de nécessité de faire face à ses erreurs passées, à ses méfaits, à ses défaillances afin de faire les prises de conscience nécessaires. Elle parle aussi de blocage ou de régression. Les vertus induites par cette carte sont celles de la rédemption et la conversion, c’est-à-dire de la capacité à s’engager dans une transformation radicale de sa vie pour l’orienter vers le Ciel.MandalaSable2008-12

Du point de vue du quatrième Niveau, cet Atout ouvre le Ciel. C’est l’indication que l’on est mûr pour entrer dans la voie spirituelle. Bien évidemment cette Carte se rapproche de la notion de Karma hindou et bouddhiste, mais aussi de l’éternel retour de la nature tel que le voyaient les stoïciens, et dès lors aussi du mandala tibétain, éternel et éphémère.

Le X ne représente pas seulement la Croix de Saint André, le premier Appelé, premier Disciple du Christ, cette croix et ce nom d’André sont porteur d’une signification importante pour la compréhension de ce X qui se traduit, dans le Tarot, par la Roue de fortune.

Cette croix en X sur laquelle fut crucifié saint André est aussi la première lettre du nom grec Christos (χριστός), le premier être humain réalisé dans sa royauté céleste, Réplique du divin, Gardien de la Terre, Protecteur de toute la biosphère et de l’humanité endormie. André est un prénom qui signifie sous sa forme grecque (Andros), l’Homme. andrésurlacroix

Dans ce X, si c’est l’humain qui est en question, c’est l’humain qui a accompli le premier cycle, celui de la Terre, qui n’est complet que dans la réunion de la petite Terre (le féminin, l’élément terre et le sec, et fin les Deniers sont en relation harmonique avec ce premier Niveau  dont le symbole est Symbole de la terre) de la Terre et du petit Ciel de la Terre (le masculin, l’élément Feu, le chaud, et les Bâtons et dont le symbole est Symbole de feu). L’un plus l’autre donne un carré sur la pointe, la réunion de deux univers, pour la formation d’un ensemble solide et parfaitement uni : étoile. Cet ensemble est celui de première complétude.



Atout VIIII-L’Hermite

L’Hermite

Atout VIIII

Méditation, Prudence,Comprendre et digérer le passé

Transmettre son expérience

Père spirituel

Grand-père

Sagesse

Se retirer du monde, se replier sur soi, solitude volontaire

Vieillesse, misanthropie

L’alchimiste, L’Hermétiste, Le maître spirituel

9-hermite

L’Hermite est la dernière Carte du deuxième Niveau qui présente un être humain, le deuxième Niveau étant en relation harmonique avec les Bâtons et représentent l’investissement sociétal. Et c’est, temporellement, la plus âgée, puisqu’il fait suite à un développement linéaire des âges de la vie sociale : l’adolescence avec L’Amoureux, le jeune adulte avec Le Chariot, la maturité avec La Justice et l’homme âgé et surtout de grande expérience avec L’Hermite. Et ces Cartes représentent, aussi la maturation de la relation à autrui sur l’espace social et public : avec L’Amoureux, l’être humain subit un attrait puissant qui l’emmène sur une nouvelle communauté sociale, avec Le Chariot, c’est lui qui part à la conquête de nouveaux territoires, avec La Justice, il apprend à partager et dès lors à restreindre son affirmation pour faire place à autrui, avec L’Hermite, il s’agit d’offrir son expérience à la communauté et de la guider vers un agir de sagesse.

En tant qu’appartenant à la Verticale des IIII, L’Hermite incarne une des figures mâles, paternelles du Tarot. C’est bien sûr le grand-père (le père du père et parfois de la mère, surtout dans nos communautés où la monoparentalité conduit les femmes à assumer seule l’éducation des enfants). Il se tient juste derrière L’Empereur dans cette Verticale, il est donc un père de substitution potentiel, mais aussi une figure paternelle différente, dépouillé de la rivalité œdipienne : il n’a pas, comme L’Empereur, pour fonction d’affirmer des frontières, des limites, et l’autorité sur son territoire. Du coup, il a une relation plus socratique à l’enfant : il met en valeur les forces d’affirmation du petit fils ou de la petite fille, éclairant ses potentialités, suscitant leur déploiement.

The Hermite-Enchanted-TarotL’Hermite est un enseignant. Sa lanterne éclaire le chemin qu’il a fait durant une vie entière. C’est son expérience d’être humain ayant longuement vécu, ayant beaucoup expérimenté qu’il offre au monde, petit Soleil dans la nuit c’est-à-dire dans l’ignorance ordinaire des hommes comme le rappelle le Tarot Enchanté d’Amy Zerner qui a dessiné une étoile dans le Ciel de la nuit au-dessus de L’Hermite et de son chemin de lumière. C’est que l’étoile est le reflet du Soleil qui se trouve tout en haut de la Verticale des IIII, symbole du Père céleste qui inonde le monde de sa chaleur et de sa vérité.

Entièrement tourné vers la gauche, L’Hermite se distingue, en tant qu’enseignant, du Pape qui orientait les enfants vers la droite à la fin du Niveau I, c’est-à-dire vers l’avenir de leur  vie sociale et tout ce qui devait les éloigner de leur mère, de leur famille, les conduisant à s’ouvrir au monde et à l’aventure. L’Hermite intervient presque la fin du Niveau II, invitant à avoir un regard de philosophe et de sagesse sur ce qu’on est en train de vivre ou de faire. C’est donc à des prises de conscience qu’il invite plutôt qu’à partir à l’aventure. « Qu’es-tu en train de penser, de dire ou de faire ? » « Quel est le sens de ta vie, de ton activité, de ton désir » tel sont les messages essentiels  de L’Hermite qui demande à chacun de réfléchir si possible avant d’agir, mais dans tous les cas, aussi, après avoir agi.  Contrairement au Pape, encore, L’Hermite, très socratique, ne dit jamais ce qui doit être pensé ou fait. Il se contente d’éclairer la route qu’il a faite, laissant chacun prendre la responsabilité de sa propre sagesse.

L’Hermite du Tarot de Marseille tient un bâton dans la main, mais c’est un bâton ondulé : son pouvoir, son autorité, est tout en souplesse, contrairement à celui de L’Empereur. Il tempère l’autorité de L’Empereur, et la rend moins difficile à supporter, parce qu’il en donne le sens, demandant à chacun de fonder sur sa propre réflexion les limites de son activité.

Le nom d’Hermite renvoie, bien évidemment, à une solitude choisie et L’Hermite est un symbole de réserve, de mise à distance à l’égard d’autrui. Contrairement à La Papesse qui subit souvent une forme d’isolement, L’Hermite a fait le choix de se mettre à l’écart de la société pour réfléchir à ce qu’il a vécu, pour ensuite, transmettre cette aptitude à la réflexion aux autres hommes. Il renvoie aussi à l’alchimie et à Hermès, à qui il a emprunté le H initial. L’Hermite est un alchimiste : il vise la pierre philosophale, c’est-à-dire à la transfiguration de la réalité matérielle par la lumière. Il représente aussi une étape sur la voie sèche que représente la Verticale des IIII.

sculpture-pelerinC’est un pèlerin qui s’avance sur le chemin qui mène à Compostelle et que rappelle encore l’étoile dans le Ciel du Tarot Enchanté. Il avance lentement mais sûrement sur le chemin de la réflexion (tourné à gauche) et de la méditation. Il représente la prudence, cette vertu aujourd’hui peu appréciée et qui pourtant est au fondement de toute sagesse comme le montre l’étymologie (sagesse en latin se disait « prudentia »). Il s’agit en effet avec L’Hermite de réfléchir avec d’agir. L’action de L’Hermite est donc rare et circonspecte, mais alors parfaitement accomplie. Son but est de résoudre les problèmes et de trouver des solutions.

Le fait que la Carte complémentaire de L’Hermite soit Le Pendu nous éclaire encore sur cette prudence qui est la sienne : la sagesse doit en passer par une forme de lâcher-prise et aboutir à un renversement des perspectives.

Quand on tire la Carte de L’Hermite deux choses sont potentiellement en jeu dans le message du Tarot : cette Carte renvoie à la maturation d’une situation, affirmant qu’il est temps désormais de prendre un apprenti, de transmettre son savoir, de réfléchir au sens de la vie, de prendre du recul et de s’isoler pour méditer. Ce peut être ainsi le temps de la retraite. Mais elle peut, au contraire, signifier aussi qu’un long temps de maturation sera nécessaire pour que la réalisation de ses projets puissent avoir lieu. C’est la signification privilégiée quand L’Hermite est en opposition. Le message alors n’est pas négatif, il indique simplement la nécessité d’être patient. La patience est en effet l’une des grandes vertus qui sont associées à L’Hermite, en plus de la prudence, de la circonspection et de la sagesse.

ghirlandaio-le-vieil-homme-et-son-petit-fils-1490Du point de vue du premier Niveau du Tarot, L’Hermite parle du grand-père, souvent le père du père.

Du point de vue du second Niveau du Tarot, l’Atout VIIII renvoie à tous les pères spirituels de la vie sociétale, aux éminences grises, aux conseillers, aux thérapeutes, aux guides moraux, au psychanalyste, au philosophe, à l’homme âgé, au retraité.

Cet Atout indique qu’un long travail arrive à sa fin. Il parle d’un enseignement né d’une longue expérience. 

Du point de vue du troisième Niveau du Tarot, L’Hermite indique une période longue d’attente, de la nécessité d’être patient, de la vieillesse, de la solitude. Période où l’on souffre du froid, de la distance, du sentiment de solitude. 

Du point de vue du quatrième Niveau du Tarot, l’Atout VIIII est la Carte de l’ermitage, de l’alchimie, du pèlerin, de la retraite, de l’ascèse, de la sagesse humaine, de la philosophie, du père spirituel dans sa signification la plus forte : celle d’une personne qui ouvre le chemin spirituel.

 



Atout VIII-La Justice

La Justice

Atout VIII

Coeur de la société

Mère froide, distance

Femme active

Mesurer, rationaliser, Juger, Égaliser, Équilibrer

Trancher, tailler, couper, mettre à distance, refroidir

Pesanteur et tracas administratifs

La Justice divine

8justice

Encore une fois, il est impossible de comprendre La Justice, huitième Atout du Tarot, sans son insertion dans la Structure du Tarot de Marseille.

La Justice se trouve au croisement d’un Niveau – le second – et d’une Verticale – la troisième -. Le deuxième Niveau, en correspondance harmonique avec les Bâtons du Tarot, renvoie à la passion, celle qu’ouvre le petit Eros de L’Amoureux, mais aussi à l’investissement sociétal. La troisième Verticale est celle de la féminité, de la vie, de la mort, de la créativité. La Féminité procréative et créative s’incarne, dans le Niveau sociétal par excellence qu’est le Niveau II,  en cette femme forte, droite et distante qu’est la Justice, une femme fortement impliquée dans la communauté des hommes.

Statue allégorique de la justice. ChancelleriePlacée, au sein de la Verticale des III, entre la procréatrice qu’est L’Impératrice – cette pourvoyeuse de vie -, et l’Atout XIII qui représente la grande Faucheuse (La Mort), La Justice incarne toutes les petites morts nécessaires à la vie humaine pour que celle-ci suive le droit chemin de l’incarnation actuelle. Ainsi, La Justice punit et rectifie, recadre et sépare comme le montre le fait qu’elle porte une épée levée. Elle est souvent interprétée comme une femme castratrice. En réalité, elle représente la mère de famille dans son activité de distribution équitable des récompenses et des punitions correctives aux enfants. La Balance de la Justice est presque en équilibre parfait, et son épée est presque droite mais pas tout à fait : La Justice, dans cette distance, cette froideur, cette raison qui sont les siennes, n’oublie pas l’équité qui consiste à favoriser qui le mérite, ou qui en a besoin. Contrairement aux représentations classiques qui lui bandent les yeux, La Justice du Tarot a en effet les yeux grands ouverts, car il s’agit de traiter chacun, non de la même manière, mais en tenant compte de ce qu’il est.

La psychanalyse nous a habitué à voir dans la mère symbolique une femme protectrice, nourricière, et fusionnelle qui correspond dans le Tarot à La Papesse, ainsi qu’à voir dans le Père symbolique, ce  séparateur d’avec le corps de la mère, ce qui fait obstacle à la fusion, tout comme un modèle et un cadre qui incarne la Loi dans la famille et permet la construction du Surmoi de l’enfant.

Ce n’est pas le récit familial que raconte le Tarot pour qui c’est la Mère elle-même qui, placée au commencement d’une Verticale centrale, la IIIe, et sous la haute figure de L’Impératrice, sait qu’en donnant la vie, elle fait aussi un don de mort (L’Atout XIII), et que tout en étant dans la tendresse, l’amour, et la transmission de la joie à l’enfant, il lui faut aussi incarner la froide dignité de la Justice familiale et accepter la séparation d’avec l’enfant (l’Atout VIII). C’est en assumant pleinement son appartenance à la Verticale du III où se trouvent La Justice et L’Atout XIII que L’Impératrice ou la mère biologique (ou adoptive) incarne la Mère céleste que représente La Lune, l’Atout le plus élevé de cette Verticale.

Le lien particulier entre La Justice et l’Atout XIII est renforcé par le fait que ce sont des Atouts complémentaires. Ainsi, il n’y a pas de justice sans le travail du deuil sur une affirmation propre absolutisée, et sur l’individualisme.

Aucune mère fusionnelle ne peut enfin être juste avec ses enfants, la mère fusionnelle est en effet la mère de la préférence (pour le dernier né, pour le malade, pour le plus petit, le plus en échec, le plus en réussite, etc.) , et dès lors une mère de l’injustice nécessaire au commencement de la vie du petit humain. Une mère qui doit savoir ensuite se mettre à distance. C’est ce moment de la distance et la construction du cadre familial qu’incarne, dans la Famille, La Justice. Ce que représente La Justice en étant dans la quintade supérieure de L’Impératrice, c’est en effet la discipline. Elle est le jardinier de la famille, et son épée est le sécateur des caractères familiaux. Elle taille en chacun tout ce qui n’est pas droit ; elle sépare ce qui doit l’être ; elle se met, elle-même, à distance de ses enfants pour qu’ils puissent grandir et peu à peu s’autonomiser.

La Justice incarne aussi, en étant placée derrière L’Impératrice, la seconde mère : la marâtre, la belle-mère, mais aussi la tante, celle qui, dans la famille, présente un autre modèle de femme à l’enfant. Elle peut aussi représenter la mère distante, voire froide, peu sentimentale et pas assez ou pas du tout sensible aux besoins de tendresse de ses enfants.

Quand cet Atout est tiré, il indique souvent la nécessité d’une prise de distance au regard d’attachements anciens qu’il n’est plus bon de cultiver avec la même détermination. Elle conseille une séparation. Elle peut représenter un conseil de divorce. Mais le plus souvent elle met en garde sur la nécessité de conserver une distance, au sein même de la relation d’amour la plus fusionnelle. Elle parle donc de contrat de mariage, ainsi que de la nécessaire culture de l’indépendance et de l’autonomie de chacun.

La justice incarne particulièrement bien la personne qui aide à couper le cordon ombilical sous toutes ses formes, réelles ou symbolique. Elle est celle qui fait place à l’autre dans la psyché humaine.

Du point de vue sociétal qui correspond au Niveau II du Tarot, La Justice représente les femmes très investies socialement et en retrait face à la famille. Placée entre jeune Chariot et le vieil Hermite, elle vit dans un monde d’hommes. C’est la fille du Père comme L’Étoile est la fille de la mère, du fait de sa proximité avec L’Hermite qui l’a regarde avec amour. En tant que fille du père, elle a une grande intelligence et une grande autorité naturelle comme le montre son trône C’est bien sûr, la femme juge, l’avocate, mais aussi la directrice, et toute femme de pouvoir.

Toujours dans le domaine sociétal, cet Atout VII renvoie, dans un tirage, aux papiers administratifs, aux contrats, mais aussi aux litiges et aux procès, à la nécessité de régler ses dettes, au risque de la prison.

La Justice regarde droit devant elle et même pourrait-on le penser, elle regarde droit dans les yeux du consultant qui la tire : elle incarne aussi les personnes droites, loyales, et parfois brutales dans leur franchise sans concession. Elle peut même être quelque peu rigide dans sa façon d’être, car elle hait toute forme d’hypocrisie, toutes les petites compromissions qui organisent, ordinairement, la vie de tout un chacun. Avec elle, attendez-vous à une parole très directe.

Au sein des facultés humaines, c’est la raison que La Justice incarne, ainsi que le sens de la justice qui conduit chacun à rectifier un comportement trop égoïste.

Du point de vue religieux, l’Atout VIII représente le karma, cette justice cosmique, mais aussi le  Tribunal divin et le Jugement dernier, la nécessité de rendre compte de ses choix de vie passés et de régler la note, de payer ses dettes, mais aussi de recevoir ses récompenses ultimes.

LaJusticeDu point de vue spirituel, La Justice du Tarot incarne l’une des vertus les plus importantes qui puissent être. Aristote voyait en la justice l’essence de toute vertu : impossible d’être courageux, tempérant, magnanime ou généreux sans être juste. Car on ne peut être juste sans accepter d’être relativisé, de ne plus être au centre du monde ou le seul qui compte. L’homme juste fait donc toujours place pour l’autre et ses droits. La Justice s’oppose donc frontalement à l’égoïsme qui est toujours premier, et d’abord celui de l’enfant. C’est pourquoi le Tarot place La Justice à la fois au coeur du Niveau II qui représente la Société (sans la justice, la vie sociale est impossible) et dans la Verticale III de la mère et de la famille : la justice parentale est la condition de l’amour fraternel. Etre juste est donc une qualité essentielle pour la mère. Étant, enfin, sous l’influence d’Éros, comme tous les Atouts du second Niveaux, La Justice du Tarot rappelle qu’elle est un Idéal qui exige un grand investissement et même des sacrifices. Certains, au nom de la justice, mettent en jeu leur vie. C’est pour finir la première des quatre grandes Vertus humaines que le Tarot incarne dans cet ordre : La Justice ou Atout VIII, La Sagesse (L’Hermite ou Atout VIIII), Le Courage (La Force ou Atout XI) et La Tempérance (L’Atout XIIII). Cela signifie qu’elle inaugure des formes d’accomplissement de soi qui sont autant de balises sur le  chemin spirituel du Tarot.

Avec La Justice, notre Bateleur a fait un grand pas sur le chemin spirituel qui est le sien  : au lieu d’être encore dans l’égoïsme et l’affirmation vitale de soi comme l’était encore Le Chariot, il fait place aux besoins et droits d’autrui, à égalité avec ses propres besoins et ses propres droits. Ce n’est pas encore l’oblation  de la sainte Étoile, mais c’est un premier pas vers elle.

En ce qui concerne le premier Niveau du Tarot, La Justice est significative de la mère éloignée, froide, distante ou ses incarnations (belle-mère, tante, mère adoptive, mère biologique perdue). Elle représente aussi la fille proche du père, femme investie dans la vie sociétale. Elle représente toujours la femme qui coupe le cordon ombilical entre la mère et l’enfant, la famille et l’enfant, etc.

En ce qui concerne le second Niveau du Tarot, La Justice renvoie aux femmes-juges, avocates, administratives. Mais aussi à la sage-femme qui coupe le cordon ombilical. Elle incarne donc la sage-femme, l’infirmière, mais surtout la chirurgienne, la psychanalyste et toute personne qui oeuvre à séparer le bon grain de l’ivraie dans le corps et l’âme des patients. Elle est aussi la jardinière du Tarot, celle qui prend soin de la vie en ôtant, coupant, détruisant ce qui doit mourir pour que le jardin resplendisse.

En ce qui concerne le troisième Niveau du Tarot, l’Atout VIII évoque les problèmes de justice, les procès, la lourdeur administrative, la pesanteur de la paperasse, les dettes, l’injustice. En défaillance, elle indique un manque d’équilibre et un manque de mesure et de raison, un comportement emporté, pulsionnel, passionnel qui est nuisible.

En ce qui concerne le quatrième Niveau du Tarot, L’Atout VIII parle des Justes de l’histoire, ceux de la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi de la Justice divine, celle qui rectifie les erreurs de la justice des hommes. Elle évoque le parfait équilibre d’une âme en paix. En plus de Thémis, la déesse de la justice, Athéna  déesse de la Raison mais aussi de la guerre, et sa mère Métis, déesse de la sagesse qui distingue le bien et le mal, sont particulièrement bien représentée par cet Atout VIII.



Atout VII-Le Chariot

Le Chariot

Atout VII

Curiosité, exploration, découvertes

Succès, chance du débutant

Christ triomphant

Conquêtes, colonisation, faire la guerre

Fils éternel, fils à maman, adulescence

 

lechariot

Le Chariot confronte l’énergie d’éros (en harmonie avec les Bâtons) à la problématique de la Verticale des II où se joue la relation à l’altérité. Alors que La Papesse, qui se trouve sur la quintade inférieure, portait l’altérité en soi sous la forme d’une fusion (et d’une confusion au même), Le Chariot l’a devant lui et vise à sa conquête (afin, là encore, de le ramener au même par sa transformation et son assimiliation).

Le Chariot du Tarot Visconti-Sforza

Ce jeune homme est sorti de l’adolescence qui est le propre de L’Amoureux et désormais avance à grande vitesse dans l’univers sociétal qui est le sien. C’est cette vitesse qu’a choisi d’illustrer le fameux Tarot Visconti, le plus ancien des Tarots que nous possédons encore.

C’est par excellence le conquérant, le jeune premier à qui tout réussit comme le montre sa couronne et son sceptre. Soutenu par sa mère, par la communauté première tout entière (La Papesse), il n’a aucun doute sur le bien-fondé de son entreprise, et sur ses capacités à la mener à bien. Et de fait, il porte, au-dessus de lui (deux quintades supérieures), L’Étoile de la chance à l’état pur.

Passionné par les voyages, par la diversité culturelle, et fasciné par le lointain, comme le sont tous les Bâtons mais aussi tous les Cavaliers du Tarot dont il est le maître Atout par excellence, Le Chariot passe sa vie à explorer de nouveaux horizons, ramenant de là-bas des richesses et des coutumes qui font sa fortune. Mais, en réalité, cette altérité qui l’attire, qu’il visite et dont il emporte avec lui des symboles reste superficiellement assimilée à ses propres visions, ses propres coutumes. C’est même plutôt lui qui tend à imposer aux autres, aux étrangers, ses propres manières d’être. Le Chariot, ce conquérant, est par excellence le représentant des conquistadors et des colonisateurs pour qui les voyages et les pays lointains sont autant de lieux à découvrir, mais aussi à acquérir, à conquérir, à maîtriser.

S’il va à l’étranger, Le Chariot n’adopte que superficiellement ses coutumes. C’est plutôt lui qui tente d’imposer les siennes à ceux qui l’ont accueilli. Ne doutant jamais du bien fondé de ses propres manières d’être, il considère comme son droit de les importer et de les suivre en dépit de tout respect des habitants en place. Souvent aussi, il s’approprie les biens locaux pour les ramener chez lui, comme des trophées de ses voyages, ne se rendant pas compte qu’il s’agissait d’un trésor national.

La parfaite réussites sociales qui est celle du Chariot n’empêche pas la profonde ambiguïté identitaire qui est la sienne en ce qui concerne son genre. Fils, fondamentalement de la mère (La Papesse est juste en dessous de lui, dans la quintade inférieure), il a manqué, dans l’enfance et à l’adolescence, d’une figure paternelle qui lui serve de modèle. Le Chariot est en effet loin de toute figure paternelle. De ce fait, c’est un homme jeune qui possède une puissante tonalité féminine comme on le voit sur tous les Tarots. Le Tarot Visconti va même jusqu’à le représenter par une femme, mais alors, il désigne une jeune femme qui possède une importante tonalité masculine dans ses manières d’être, une femme sportive, martiale même. Dans le Tarot de Marseille, cette ambivalence qui est portée aussi par sa Verticale, se manifeste par le visage unisexe du Chariot, et surtout par ses épaulettes qui portent, à gauche, un soleil et, à droite, une lune, dans une inversion des  symboliques sexuelles (la lune est féminine et ordinairement placée à gauche du soleil, masculin) qui désigne encore une fois l’ambivalence des identités de genre. Elle est portée encore par la Carte complémentaire de l’Atout VII : Tempérance, la Carte la plus ambivalente de la Verticale mâle du Tarot, la Verticale des IV.

Que Tempérance soit la Carte complémentaire du Chariot nous donne encore cette indication essentielle : tout conquérant doit savoir faire place à l’autre et à ses expressions propres. Il ne peut y avoir de vraie conquête que dans le partage et l’échange où l’autre est entendu et respecté.

Du fait de cette ambivalence, l’activité intense dans le monde sociétal du Chariot n’empêche pas son introspection et sa rêverie : il regarde vers la gauche. Il est en effet marqué par un passé où régnait une figure maternelle puissante.

À bien des égards, cet Atout est l’un de ceux qui expriment l’homosexualité, particulièrement quand elle ne s’est pas pleinement révélée.

L’orientation des chevaux du Chariot corrobore cette ambivalence. L’un des chevaux tire sur la droite et l’autre sur la gauche, et bien que le cheval de droite force puissamment vers la droite, ses regards portent sur la gauche. Il ne faut pas y voir l’indécision qui est le propre de la Verticale des I dans ses deux premiers Niveaux. Il s’agit, là, en tant que représentant de la Verticale des II, d’une dualité qui est le propre de ces Atouts systématiquement illustrés par la bivalence. Il n’y a donc pas de choix à faire, mais bien une dualité qui est assumée. Deux métiers, deux orientations, deux passions peuvent être ainsi désignées.

Cette Carte de la conquête et du succès du débutant, du jeune adulte, est aussi une Carte de la quête spirituelle : les chevaux sont bleus, couleur du Ciel, couleur de la spiritualité.

ChariotIl ne faut pas oublier que le Tarot a été inventé à la Renaissance, en Italie, durant une période où l’intelligentsia redécouvrait Platon, le philosophe de l’Antiquité que le Moyen-Age avait mis de côté au profit d’Aristote. Or, Platon voit dans le Chariot une allégorie de l’âme humaine, tirée par deux chevaux, celui de la pulsion (celui de gauche et que Platon imagine comme un cheval noir) et celui de l’énergie mâle, du courage, de la vertu (celui de droite, qui est blanc dans l’imaginaire platonicien). Le conducteur représente la Raison humaine, celle qui doit imposer à ses deux chevaux, sa loi. Il n’est pas inconsidéré de penser que le Chariot du Tarot reprend cette allégorie pour désigner le moment de la vie humaine, celui du jeune adulte où il s’agit de devenir maître de soi, par la domination des impulsions vitales.

La Verticale des II où se situe le Chariot met en garde celui qui en fait le tirage : il a devant lui une période faste, de triomphe, de conquêtes, de réalisations tous azimuts mais il s’agit pour lui de ne pas écraser ceux qui se trouvent sur son chemin ni de leur imposer ses manières d’être, sous peine de perdre son âme. Le Chariot doit spiritualiser sa relation au monde en retrouvant des moments de calme, et de retrait et comprendre que réussir implique souvent une forme d’inaction (La Papesse et Le Pendu), ainsi qu’une grande générosité qui doit le conduire, dans son triomphe même, au Service d’autrui (L’Étoile), et plus particulièrement, du fait de son immersion dans le Niveau II du Tarot, au sein de la société, cette communauté des échanges de biens et de services. Dans tous les cas, ce tirage indique une période de mouvements et de changements, et potentiellement de voyages et déplacements. Il renvoie souvent à une personnalité très ouverte à la diversité culturelle, attiré par l’exotisme du lointain, mais aussi à une personnalité théâtrale (l’iconographie le suggère par les rideaux qui encadrent le personnage central), voire très médiatique (cinéma, télévision, radio, internet).

A sa mesure, Le Chariot est une Star. Il a, en effet, L’Étoile deux quintades au dessus de lui qui veille sur ses intérêts, et la plupart des Tarots, y compris de Marseille, ont signalé ce lien à L’Étoile qui partage, non seulement le II, mais le VII avec lui, par la présence d’étoiles dans la représentation de l’Atout. Dans le Tarot convers, c’est dans le drapé qui l’encadre que se trouve ce signe discret.

En ce qui concerne l’interprétation du Chariot à la lumière du premier Niveau des Atouts, le Chariot représente le fils aimé de la mère et le fils aîné.

En ce qui concerne l’interprétation du Chariot à la lumière du second Niveau des Atouts, l’Atout VII incarne les jeunes premiers, les jeunes hommes à succès soutenus par une femme plus âgée (Macron est l’incarnation actuelle la plus évidente du Chariot), les golden boy, les stars de cinéma, mais aussi d’étrangers.

Bartolomeo_Montagna_-_Saint_Paul_-_Google_Art_ProjectEn ce qui concerne l’interprétation du Chariot à la lumière du troisième Niveau des Atouts, Le Chariot parle d’envahisseurs, de colonisateurs, de guerre, d’échec, de confiance excessive en soi, de soumission masculine à la mère, d’incapacité à murir, d’adulescence.

En ce qui concerne l’interprétation du Chariot à la lumière du dernier Niveau des Atouts, le Chariot parle d’équilibre de l’âme humaine, d’amour pour la transcendance et de conscience verticale, d’élan puissant vers le divin.

En tant que chef des armées , il représente le prince chevalier qui veille sur les frontières du royaume.

Il incarne aussi les grands missionnaires et, les premiers de tous, les Apôtres et particulièrement Paul qui fut sans doute le véritable créateur de la religion chrétienne, en tant que religion séparée du judéo-christianisme initié par Jésus de Nazareth et qui s’est diffusée partout dans le monde.

En tant que Fils de la Mère divine, Le Chariot incarne le Christ triomphant.

Voici le Psaume 45 qui, pour de nombreux chrétiens, fait la louange de ce Christ Triomphant que met en scène le Tarot avec l’Atout VII :

« Tu es le plus beau des fils de l’homme, La grâce est répandue sur tes lèvres: C’est pourquoi Dieu t’a béni pour toujours. Vaillant guerrier, ceins ton épée,

Ta parure et ta gloire, Oui, ta gloire!

Sois vainqueur, monte sur ton char, Défends la vérité, la douceur et la justice, Et que ta droite se signale par de merveilleux exploits!… »



Atout VI-L’Amourevx

L’Amourevx

Atout VI

Tiraillement entre l’ancien et le nouveau

Deux voies possibles

Adolescence, Jeunesse, beauté

Coup de foudre, vie affective

Entrée dans la vie sociale

Eros, inspiration

l-amovreux

L’Amoureux est le premier Atout du deuxième Niveau du Tarot. Il ouvre ce deuxième Niveau qui est en harmonie avec les Bâtons et le Feu. Il est aussi la première Carte en laquelle un V s’ajoute au Nombre de sa Verticale. Ainsi, toute la symbolique de L’Amoureux se trouve dans ce « Un » ( I ) qui s’ajoute au « Cinq » (V). Or, le V, nous l’avons vu avec Le Pape, est significatif d’Union, de communauté, de famille.

L’Amoureux, comme Le Chariot, La Justice, L’Hermite et La Roue de Fortune se caractérise donc par le fait que, désormais, la notion de communauté est acquise, elle est devenue, en profondeur, une part essentielle de son être. Le V est aussi le symbole d’une inspiration de nature divine qui sera en jeu dans toutes les Cartes désormais. Et c’est pourquoi dans le nom des Cartes,  et à partir de  L’Amourevx, le « u » est souvent remplacé par un « v », rappelant l’importance à la fois de la communauté et du lien spirituel et vertical avec le divin.

En tant que membre de la Verticale des I, L’Amoureux confronte donc l’Individualité à la communauté : comment être Soi-même, en face de sa famille ? L’individuation qui mène à l’autonomie et à la responsabilité de la personne humaine implique un certain détachement au regard de la première communauté et une ouverture au regard de la seconde (la société). Ce détachement ne serait pas possible si l’individu n’était pas profondément réorienté par le feu de l’éros. C’est ce que met en scène l’iconographie de L’Amoureux : un jeune homme, L’Amoureux, ancien Bateleur, est  désormais au stade de l’adolescence. Il  se trouve pris entre deux femmes, chacune incarnant une communauté (le V), l’ancienne et la nouvelle, la famille et la société. Et au-dessus de lui, Éros se charge de le motiver en faveur d’une union avec la jeune fille, union vers laquelle tend sa flèche et qui le détache de la famille en lui permettant d’entrer dans une vie sociétale nouvelle. Cette érotique du feu, qui est celle des Bâtons et qui s’incarne là dans le petit dieu Éros, dieu de l’amour, joue un jeu essentiel dans l’ensemble de ce deuxième Niveau des Atouts du Tarot.

Il faut savoir que les Grecs dont la philosophie a inspiré les créateurs du Tarot à l’époque de la Renaissance n’avaient pas de mot pour dire l’unité du fait d’aimer ; ils divisaient donc ce que nous appelons l’amour en deux réalités distinctes : philein (aimer par la durée, par la complicité, par la tendresse) et erein (aimer par le coup de foudre, dans le feu de la passion et de l’état amoureux). Les deux femmes représentent ces formes distincts d’amour : la femme plus âgée, placée sur la gauche (le passé) incarne l’amour de type philiaque et que le jeune homme a pour ses parents, sa famille, sa communauté d’origine, sa patrie, ses acquis du passé, tandis qu’à droite (l’avenir) la jeune femme couronnée de fleurs incarne l’amour érotique que le jeune homme éprouve soudainement pour une femme extérieure à sa famille et à sa communauté, pour une activité qui le passionne, pour un nouveau pays où il désire intensément se rendre, etc.

Les tarologues voient généralement en L’Amoureux la carte du choix. C’est assez juste, mais ce choix est celui qui nous place à la croisée d’un chemin précis : celui qui est en train de bifurquer pour nous réorienter vers le Nouveau, par l’énergie d’éros, ce qui implique qu’on doit apprendre à se détacher partiellement de l’Ancien. Or, c’est précisément ce dont L’Amoureux n’est pas encore capable. Ce n’est donc pas tant le choix qui caractérise cet Atout VI que le tiraillement entre l’ancien et le nouveau.

Remarquons l’intelligence de la vie que manifestent les créateurs du Tarot : rien n’emmène mieux l’adolescent à sortir des « jupons » familiaux que de tomber amoureux. C’est la jeune fille qui, sur la Carte, représente l’attrait de l’amour, l’attrait de la nouveauté, et stimule le besoin de s’émanciper de sa mère, de sa famille, de ses habitudes et coutumes apprises dans l’enfance et qui possède encore sur soi un grand pouvoir, comme on le voit dans le fait que la femme âgée, porte une couronne de laurier.

Notons que ce dieu de l’amour qu’est Éros apparaît de manière traditionnelle comme un petit angelot avec un arc, prêt à décocher ses flèches d’amour. Le Tarot a respecté cette iconographie traditionnelle, en ajoutant quelque chose d’essentiel : les flammes qui entourent l’angelot. Ces flammes sont toujours, dans le Tarot, l’expression d’une inspiration divine. Bien qu’appartenant à l’univers chrétien de la Renaissance italienne, les inventeurs du Tarot étaient très marqués par la culture grecque qu’ils redécouvraient avec délice et qu’ils réinterprétaient à la lumière d’un message hermétique et alchimique. Cette Carte de L’Amoureux indique dès lors qu’une énergie divine, de nature amoureuse, oriente l’individualité en construction vers de nouveaux objets, de nouvelles personnes, de nouveaux rivages. C’est la passion amoureuse, la passion d’une vocation, d’un hobby essentiel que désigne L’Amoureux et qui va le conduire à se détacher des premiers attachements (ceux de sa famille), des premières expressions culturelles (ceux de son ethnie), des premiers enseignements (ceux de l’école), etc. Bien que motivé par éros, le détachement n’est jamais facile, et la tarot-loversréorientation crée souvent des tensions. Il peut y avoir ainsi des conflits entre d’anciennes et de nouvelles loyautés, d’anciens attachements et de nouveaux liens, les anciens liens ayant autorité encore sur L’Amoureux comme le montre la main de la femme de droite, posée sur son épaule et qui tente de le retenir.

Le Rider a fait une interprétation intéressante de ce VIe Atout. Il a privilégié l’érotique amoureuse sur la problématique du conflit de loyauté, du tiraillement qui est central dans le Tarot de Marseille classique. Le Diable (Atout XV) étant l’Atout complémentaire de L’Amoureux, c’est un immense Ange rayonnant de l’amour qui préside à l’instant de la déclaration d’amour d’une espèce d’Eve et d’Adam primordiaux, que le Rider place là où, dans l’Atout XV, Le Diable tarot-devilpréside aux âmes enchaînées. Il met alors l’accent sur le bonheur très intense qu’il y a à être amoureux dans la réciprocité ce qui nous situe dans une espèce d’Éden de l’Amour. C’est en effet une sorte de fusion que vivent les amants qui sont, momentanément, en accord sur tout. Plus tard, les différences seront en jeu et il faudra reprendre la problématique de l’altérité et celle de la dépendance qu’incarne de manière très visible l’Atout XV.

Cette complémentarité entre Atout VI et Atout XV rappelle aussi à quel point l’amour qui règne entre l’homme et la femme s’exprime par la sexualité, ce qui fait de l’amour platonique une expression incomplète de la relation d’amour.

En tant qu’appartenant à la Verticale des I, celle qui met en scène et en jeu la construction individuelle, L’Amoureux signale pourtant bien une étape essentielle, celle de l’adolescence, quand Éros et l’énergie passionnelle du feu ouvrent à la société et au nouveau, au différent, à l’altérité au regard des habitudes acquises et des premières communautés. Il s’agit donc d’un moment-clé, quand encore enraciné dans sa communauté première, un jeune homme s’éprend de la jeune fille qui va l’ouvrir à un nouveau monde.

Ce tiraillement est très visible dans le corps du jeune Amoureux au sein de l’iconographie de la Carte du Tarot classique : il se trouve doublement orienté entre les deux femmes : ses pieds sont écartés, son corps oscille. Mais les pieds parlent clairement d’une orientation vers la jeune fille. Même s’il a le regard portant encore sur la femme plus âgée qui représente sa première communauté, ses premiers attachements, et le regard exprime les pensées et intentions conscientes, les pieds ne se distribuent pas de la même façon, et le pied droit, de l’avenir, des intentions inconscientes et du mouvement réel du corps, s’installe bien plus avant vers la jeune fille que le pied gauche, orienté vers la mère.

Quand L’Amoureux apparaît dans un tirage tarologique, il signifie toujours qu’on se trouve pris entre un amour ancien (celui qu’on porte à sa famille par exemple, à ses habitudes, à ses anciens choix de vie) et l’attirance puissante pour une personne extérieure à ces premiers attachements, pour une nouvelle activité, une nouvelle manière d’être. La Carte de L’Amoureux parle donc moins de choix que de passage, difficile, et douloureux parfois, de l’ancien au nouveau, et de la nécessité d’une croissance intérieure qui fait place à de nouvelles manières d’être, à de nouveaux amours, à de nouvelles passions.

En lien avec le premier Niveau du Tarot, L’Amoureux parle des fratries, des relations frères-soeurs, de la communauté des écoliers et autres expressions collectives de l’enfance mais surtout de l’adolescence.

Il indique un tiraillement entre les valeurs familiales et les valeurs sociales.

erosEn lien avec le second Niveau du Tarot, L’Amoureux parle d’orientation, d’hésitation et de choix entre deux formations, de passion pour telle ou telle activité.

Il désigne tous les conseillers en orientation, les conciliateurs. Il indique les métiers liés à la recherche amoureuse (créateur de site de rencontre, agence matrimoniales, etc.). 

Il concerne tous les métiers du luxe, de l’esthétique, du design, de la recherche de la beauté sous toutes ses formes, et donc de l’art. 

Enfin, il désigne les métiers en relation avec l’adolescence, mais moins le professorat que le monitorat, l’animation socioculturelle, etc. Il n’y a pas, en effet, un statut nettement plus élevé au regard de ceux qui bénéficient de son aide, mais une complicité, une transmission de grand frère ou de grande soeur. 

En lien avec le troisième Niveau du Tarot, L’Amoureux parle de l’épreuve du déchirement (triangle amoureux, déchirement entre communauté d’origine et nouvelle communauté, etc.).

Il indique une forme d’adulescence, une immaturité qui conduit à rester au niveau de l’adolescence et de ses problématiques, une impossibilité d’engagement. 

L’Amoureux enjoint de trouver en soi-même la réponse, sans se laisser influencer outre mesure. Il oriente clairement vers la nouveauté, vers ce qui porte l’enthousiasme et la passion.

jean de la croixEn lien avec le quatrième Niveau du Tarot, L’Amoureux est clairement la Carte du dieu Eros, ce petit dieu grec qui envoie, malicieusement, ses flèches d’amour dans les coeurs les plus improbables.

C’est aussi aux grands mystiques chrétiens qu’il est lié, tous ceux qui vivent leur amour pour le divin sous la forme d’un coup de foudre d’une intensité extrême.



Atout V-Le Pape

Le Pape

Atout V

Sacralité mâle

Père socratique, père spirituel, parrain

Guidance et protection

Émancipation et conciliation

Union, mariage

Enseignement oral

5pape

C’est bien évidemment le nombre cinq et le pentagramme qui exprime le mieux la signification tarologique du Pape. Alors que le carré est fixe, ferme, figé, solide et fermé, le pentagramme retrouve une mobilité et apporte quelque chose de nouveau, tout le comme le graphisme du V, graphisme de la coupe ouverte vers le Ciel : il reprend les quatre éléments qui le précèdent et y ajoute l’esprit. Ainsi, avec le Pape, une histoire se termine, celle du féminin de la Terre, le premier Niveau des Atouts du Tarot .

Alors que les quatre premiers chiffres et les quatre premiers Atouts s’inscrivaient dans une dynamique de l’ajout : I, puis I+I=II, puis I+I+I+I=III, et enfin I+I+I+I=IIII, le chiffre V indique qu’un ensemble est constitué, comme jamais auparavant, chaque élément étant lié aux autres par un cinquième élément, l’Esprit, recueilli dans le calice que forme l’écriture romaine du nombre cinq : V.

120px-Pentacle_1.svgLe pentagramme, constitué de cinq V, est en effet la représentation des cinq éléments, chacun se trouvant dans un des triangles formé par la figure : la terre, le feu, l’air et l’eau, à quoi s’ajoute ce qui les transforme en un tout et leur donne sens : l’esprit appelé aussi éther, cet élément subtil, invisible, et néanmoins absolument nécessaire à l’unité de la réalité. Dans  le Tarot, il incarne la réunion de l’ensemble des personnages du premier Niveau : Le Bateleur, La Papesse, L’Impératrice, L’Empereur et Le Pape qui est aussi cette unité à lui seul.

hierophantLe pentagramme est le symbole de l’union des forces contraires et complémentaires. Ainsi, dans le V, se trouve le I du Bateleur associé au IIII de L’Empereur, union donc des représentants masculins de la famille du Tarot, mais aussi le II de La Papesse associée au III de L’Impératrice. Ainsi 1+4=5 tout comme 2=3. Ainsi, Le Pape est aussi bien l’union des forces féminines que celles des forces masculines. Cette présence double, du féminin et du masculin se retrouve dans les piliers de l’iconographie du Pape.

Le pentagramme, tout en étant constitué de cinq V, qui se rejoignent par leur base, chacun étant pointé vers l’extérieur, encadrent un visage. On peut y voir le visage du Pape, avec deux grandes oreilles destinées à entendre vraiment, un chapeau pointu de la tiare pointant vers le ciel, et à la barbe dédoublée, symbole de l’union entre les forces féminines et les forces masculines. C’est aussi le symbole du corps de l’humanité spirituelle, avec son visage, ses deux bras ouverts à l’autre et ses jambes bien campées dans le sol de la Terre.

Le Pape est par excellence celui qui fait le lien entre les personnes, et entre les personnes parce qu’entre la Terre et le Ciel : il est en effet le grand sacrificateur, celui qui transforme le profane en sacré, celui qui fait de l’union sexuelle un mariage sacré, de la naissance un baptême, de la mort une cérémonie religieuse qui offre un adieu spirituel à  l’aimé. Ce lien est représenté par le cercle implicite qui entoure chaque pointe des V. Désormais, grâce au Pape, la communauté est unie.

Le Pape est donc la figure de l’union, de la réunion, de la communauté, c’est donc la Carte par excellence des conciliateurs et réconciliateurs, et c’est à raison que les taromanciens y voient souvent d’abord la carte du mariage et des contrats. Mais cette union se dépasse elle-même en se sanctifiant. Le rôle par excellence des représentants du sacré sur terre consiste à transformer le profane en sacré. Ainsi, l’union sexuelle, déjà métamorphosée de reproductive qu’elle était dans le monde animal en relation d’intimité, s’élève jusqu’au mariage qui unit dans un acte sacré deux êtres qui s’aiment. Et il est en ainsi de toutes les expressions essentielles de la vie humaine au sein de la famille.

Le Pape est en effet représentant du premier degré de cette Verticale des V où officient La  Roue de Fortune, Le Diable et Le Jugement et qui est la verticale des calices spirituels (les V)où se jouent, donc, les personnalités  les plus inspirées et les plus inspirantes. A l’écoute du divin, recueillant son enseignement mais aussi son énergie elles diffusent la véritable connaissance aux autres hommes, soignent, guérissent et aident les autres. Il est donc juste aussi de voir, dans Le Pape, un enseignant et dans les figures qui l’écoutent des élèves, des étudiants, mais il incarne aussi le médecin et plus particulièrement les thérapeutes de l’âme. C’est un grand écoutant (comme le psychanalyste qui ne dit rien mais sait écouter) et on peut voir, dans le pentagramme qui l’incarne ses oreilles grandes ouvertes mais aussi le chapeau pointu de qui est branché dans le ciel (dans le Tarot, la tiare du Pape), ainsi qu’en bas, la barbe à deux directions, symbole du lien entre la Terre et le Ciel que représente l’Atout V).

La Structure du Tarot révèle le rôle de cet Atout V au sein de la famille qu’incarne le premier Niveau du Tarot : il est celui qui garde l’arrière de L’Empereur. C’est donc une des personnes qui peut le remplacer en cas de besoin (un frère du père, l’oncle de l’enfant, le meilleur ami, le Premier ministre, le directeur adjoint, etc.) et c’est aussi un protecteur de la communauté (un garde du corps, un puissant allié, etc.). Arrivant en dernier, dans ce niveau familial, Le pape représente enfin et surtout la personne qui permet de se détacher de la famille, le mentor personnel, celui qui permet d’aller plus loin, d’entrer dans la vie sociale. C’est donc, encore une fois, un enseignant (l’école et la classe représentant la seconde communauté après celle de la famille) et sa main, ses yeux, l’orientation de son corps indiquent clairement qu’il est temps pour les jeunes gens qui sont sous sa coupe de prendre le large.pape-web

Notons que la tiare du Pape, faite de trois couronnes représente l’importance du III, ou encore du Triangle au sein même du V. Le triangle est en effet démultiplié dans le pentagramme, et c’est, dans le Tarot, l’Atout qui est au cœur du premier Niveau, celui du Féminin de la Terre : L’Impératrice, comme la mère est cœur de la famille. Si le V est l’élément secret et subtil du réel, sous la forme de l’éther, le III, le féminin terrestre et sacré, est son centre, son essence, ce sans quoi, rien ne peut exister. Cela renvoie aussi bien sûr à la sainte trinité de la religion chrétienne, bien que les Tarot ne soient pas prisonniers de cette représentation traditionnelle du sacré.

Certains tarologues opposent l’enseignement oral du Pape à l’enseignement écrit de La Papesse, mais on ne voit pas Le Pape parler sur l’iconographie de l’Atout V. Il désigne la droite de la main et du regard, c’est-à-dire le chemin nouveau, l’avenir, l’activité, la nécessité de se mettre en route, à quoi il faut ajouter la présence des personnages à l’avant de la Carte qui montre l’importance de la réalité communautaire, quand La Papesse tournée vers la gauche et solitaire incarne le temps de la méditation, du repli sur soi, et de l’isolement. Son regard à elle est tourné franchement vers la gauche, et là encore on a une indication de passivité méditative. C’est une moniale, une femme qui a choisi le retrait pour mieux se retrouver, elle et son soi spirituel. Le Pape est au contraire un guide spirituel pour un groupe, une communauté, et dans sa plus belle expression, il ne dit pas ce qu’on doit penser, mais désigne du doigt l’expérience de la vie afin que chacun expérimente et apprenne à penser par lui-même, en tant qu’individu conscient et responsable. C’est ce qui fait que l’enseignement du Pape est socratique, tandis que celle de La Papesse passe par le silence et l’exemplarité.

En tant que membre de la Verticale du V, verticale des Calices du Tarot qui recueillent les émanations les plus subtiles du Ciel, Le Pape représente incontestablement tous les intermédiaires traditionnellement reconnus pour être des médiateurs entre le  profane et  le sacré. Dans Le Pape, on retrouvera donc toutes les personnes consacrées ou assimilées (le prêtre, le moine, l’imam, le rabbin, le brahman, etc.). Comme il ne se trouve qu’au premier Niveau de cette verticale, Le pape incarne cependant aussi la religion et les Églises dans leurs aspects les moins évolués : les rituels, croyances, hiérarchies qui souvent restent immatures et infantiles, les superstitions, le fanatisme, l’intolérance.

Pour dépasser cet obstacle que représente la religion comme tradition culturelle fermée et répétitive, celui qui ambitionne d’incarner Le Pape du Tarot dans ses plus beaux aspects doit apprendre à être aussi détaché que La Roue de Fortune au regard des traditions qui sont les siennes et accepter que les leçons véritables de la vie impliquent une relation au temps, au voyage, au transculturel. Il doit aussi devenir aussi laïque, sceptique, critique et intelligent que Le Diable qui représente le plus haut Niveau de conscience humaine avant l’éveil à la rosée du Ciel et la purification par l’athéisme de ce qui, dans la religion et les Églises relève de l’impureté antispirituelle. Enfin, il doit et devenir aussi intuitif et médiumnique, ou même prophétique que Le Jugement qui représente la sanctification la plus haute de la compape-goldenmunauté. Il doit surtout être capable d’élever son sens communautaire jusqu’à l’humanité entière et sa propre religion jusqu’au Temple universel qui ne se laisse jamais enfermer dans aucune religion mais les contient toutes. C’est pourquoi, la Carte complémentaire du Pape, c’est La Maison-Dieu.

Quand Le Pape intervient dans un tirage taromancien, il représente toujours une problématique de l’union, de la protection, de la religiosité, et de l’autonomisation.

En accord avec le premier Niveau du Tarot, Le Pape représente l’oncle de l’enfant, le frère du père, l’ami proche du père.

En accord avec le second Niveau du Tarot, Le Pape oriente vers les conciliateurs, réconciliateurs, marieurs (maires), ceux qui s’occupent des unions de toutes sortes (notaires), mais aussi les enseignants, et les directeurs de conscience : prêtres, imam, rabbins, etc.

En accord avec le troisième Niveau du Tarot, Le Pape parle de sectarisme, intolérance, fanatisme, divorce, séparations. Il enjoint de développer son sens de l’union, de faire l’effort des concessions, du pardon, de la réconciliation.

En accord avec le quatrième Niveau du Tarot, Le Pape est le grand sacrificateur : il transforme la matière en calice spirituel. Il est celui qui métamorphose les unions d’impulsions en unions spirituelles.

 



Agence Immobilière en Vallé... |
Change The World Together |
April Bowlby |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| Samrelou
| Kyandiyu.