Les plateformes et l’application de la loi du 6 janvier 1978 modifiée

Un droit à l’oubli numérique a été décidé à plusieurs niveaux entre l’Europe et la France. Chez nous et désormais, le site où est présente l’information dispose d’un délai légal de deux mois pour répondre à la demande de toute personne afin que soit effacée toute information, y compris bancaire, concernant le plaignant dès lors qu’il en fait la demande explicite.

En effet, en vertu des articles 34 à 38 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne physique peut en effet exiger que les données à caractère personnel soient rectifiées, complétées, mises à jour, verrouillées et même effacées.

Ayant décidé de fermer complètement mon compte sur une des plateformes où je consultais des voyants, et forte de cette information, j’ai écrit il y a quelque temps pour demander l’effacement de toute information me concernant, y compris les informations commerciales.

Mon compte n’a été, en réalité, effacé que superficiellement. Voici en effet ce que je lis quand je cherche à me connecter avec mes anciens identifiants : « Votre compte est suspendu »

La suspension d’un compte implique que le compte continue à exister. Manifestement les propriétaires de la plateforme pensent que le client va revenir et ils n’entendent pas risquer de perdre les 10mn de consultation offerte aux nouveaux consultants.

C’est d’autant plus inadmissible, que la loi protège les sites contre une fréquence trop rapprochée de demandes d’oubli. Cela signifie que la plateforme en question pourrait « perdre » au pire, une consultation de 10 mn par an ou tous les deux ans.

Une telle ladrerie n’est pas à l’honneur de la plateforme en question dont la réaction dans cette affaire me confirme combien j’ai raison de ne plus vouloir en faire usage. C’est en effet la seule plateforme que j’ai essayée qui n’offre aucune consultation gratuite à aucun moment dans l’année, ne sachant pas fidéliser correctement sa clientèle. Cette plateforme a bien d’autres défauts dont je ne parlerai pas ici, ayant résolument décidé de ne présenter que les prestations satisfaisantes.

Cette plateforme semble, en outre, ignorer qu’après un délai de deux mois, suite à ma demande, je peux contacter la CNIL afin qu’elle œuvre à forcer la plateforme à obéir à la loi. Cela n’ira pas, en outre, sans une punition financière qui peut aller jusqu’à 150 000 euros selon mes informations.

 

Liliblue

 

 

 

 



6 commentaires

  1. Aurore 23 février

    Bonjour Liliblue.

    Merci pour ce point juridique concernant une plateforme qui propose un service de voyance.

    Je conseille aux lecteurs et lectrices d’approfondir leurs connaissances sur le recrutement des « médiums-clairvoyants » de certains sites, information que l’on peut trouver facilement sur leurs interfaces mais aussi de lire les conditions générales de ventes qui portent parfois un autre nom.

    Cela permet de mieux comprendre le fonctionnement des sites et de ce que l’on pourrait en espérer en termes de fiabilité et d’attente.
    J’ai trop souvent « consommé » de la voyance avec des retours sur investissement bien trop faibles ,ceci sur quelques années.Ayant beaucoup lu et observé les avis des consultants et le mode opérationnel plus global de ces sites, je conseillerai la prudence et le bon sens commun pour mieux appréhender ces circuits commerciaux,ceci afin d’éviter quelques écueils.

    Liliblue,vos conseils et retours d’expérience sont judicieux, puissent-ils aider à mieux gérer les interrogations et les attentes des internautes qui font face à ce « monde déconcertant de la voyance ».

    Répondre

    • Liliblue 24 février

      Bonjour Aurore. Merci pour votre participation et ce surcroit d’informations. Peu-être pourriez-vous faire un résumé des exigences (ou absence d’exigences) de ce type de plateforme.

      Répondre

  2. Aurore 24 février

    Bonjour,

    De mon message précédent, je dirai qu’il faut se poser des questions simples sur les plateformes telles que le mode de recrutement des « médiums-voyants », les avis des consommateurs bien souvent positifs (n’y a t-il que de heureuses prédictions?), pourquoi si peu de retours négatifs voire pas de rubrique permettant d émettre d’avis négatifs, l’avis à 15 jours d’une plateforme majeure n’est-il pas que l’expression de la satisfaction d’avoir été « écouté(e) » ou « réconforté(e) » à tort ou à raison bien plus qu’une très improbable prédiction majeure en si peu de temps ?

    Un avis à quatre mois sur une plateforme dont je n’ai jamais vu l’icône sur l’interface, même après avoir demandé au service clients à maintes reprises, sans jamais obtenir satisfaction.

    Je ne nomme évidemment aucune plateforme ni « médiums-voyants » y intervenant;l’idée est d’alimenter la réflexion à partir de questionnements simples.

    En espérant que d’autres internautes se joignent à cette réflexion sur les plateformes.

    Répondre

    • Liliblue 24 février

      Il me semble que pour l’avis des quatre mois sur wengo est possible si on a mis un avis dans la foulée de la consultation. On peut alors faire un suivi de ce premier avis.

      Par ailleurs, le fait qu’il n’y a pas ou quasiment pas d’avis négatifs est dû en partie au fait que les consultants ne veulent pas se fermer une porte, même en cas de consultation ratée. Ce n’est pas toujours la faute de la plateforme.

      Cependant, sur une autre plateforme, j’ai mis un avis assez sévère (deux étoiles sur cinq) pour voir la gestion de la plateforme. Mon avis n’est jamais apparu.

      Répondre

  3. Mathilde 24 février

    Bonjour,
    Je rebondis sur vos articles. Pour avoir consulté beaucoup sur la plate-forme citée par Liliblue, il m’est arrivée de mettre des commentaires négatifs suite à des consultations râtées.
    Bien évidemment, la réponse de l’expert a été incendiaire et quelquefois on m’a rappelé pour me dire qu’on supprimait mon commentaire.
    Avec certains experts aussi, il m’est arrivé que la consultation durait moins de quatre minutes car quand la consultation dure moins de quatre minutes, on ne peut pas noter et cela évite le rouge.
    Je me suis toujours demandée si nous n’étions pas fichés.

    Répondre

    • Liliblue 24 février

      Bonsoir Mathilde, votre expérience rejoint la mienne. Je ne crois pas que les plateformes aient des notes, mais les voyants se connaissent. J’ai la certitude que certains communiquent sur leurs clients ce qui est une faute déontologique évidente.

      Répondre

Laisser un commentaire

Agence Immobilière en Vallé... |
Change The World Together |
April Bowlby |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Luxotesteuse
| Samrelou
| Kyandiyu.